X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

La traverse entre Trois-Pistoles et Les Escoumins est annulée en 2020

durée 20 novembre 2019 | 08h52
  • Andréanne Lebel
    Par Andréanne Lebel

    journaliste

    S'il n'en tient qu'au gouvernement de la Coalition avenir Québec, le service de traverse entre Trois-Pistoles et les Escoumins sera annulé pour la saison 2020. C'est ce qu'a confirmé le ministre des Transports du Québec François Bonnardel le 20 novembre.

    Le 14 novembre, la décision de Québec de ne pas accorder de financement pour des travaux de l’ordre de 5 M$ sur le navire l’Héritage 1 est tombée comme une tonne de briques sur la tête de la Compagnie de navigation des Basques, qui en est le propriétaire. «Ça va être difficile, c'est certain pour 2020. On n'a pas pris cette décision de gaieté de coeur. Jusqu'à la dernière minute, j'ai évalué les pours et les contres. C'est un bateau de 46 ans qui n'appartient pas à la Société des traversiers du Québec ou au ministère des Transports. Avec l'appel d'offres de 4,8 M$ et les frais de contingence minimum de 25% (1,2 M$), les ingénieurs le savent, ils le confirment : le jour où on va ouvrir la coque de ce vieux bateau, il y aura d'autres surprises et assurément, ça va nous couter plus cher», explique le ministre des Transports, François Bonnardel.

    La Société des traversiers du Québec (STQ) travaille présentement sur un plan de match concernant toutes les dessertes de l’Est, de Matane à Rivière-du-Loup. Cette démarche a d’ailleurs été enclenchée, selon lui, bien avant de connaitre les couts de réparation de l’Héritage 1. M. Bonnardel ajoute que trouver une bateau qui convient à la réalité de Trois-Pistoles et Les Escoumins n’est pas une tâche aisée, puisqu’il doit avoir un tirant d’eau de 1,9 mètres et moins.

    La saga du F.-A. Gauthier, du Saaremaa et de l’Apollo dans la dernière année ont d’ailleurs démontré l’importance d’avoir une vision d’ensemble pour les liens maritimes de l’est du Québec. «Il y aura des acquisitions importantes dans les prochains mois et sinon les prochaines années, parce que ça nous prend un plan de match. Je ne veux plus revoir une année aussi difficile, comme on l’a vécue avec la STQ», a fait savoir le ministre des Transports.

    Ce dernier s’est dit ouvert à rencontrer les élus de la région, bien que toute la situation leur ait été exposée. «La décision la plus difficile c’était de ne pas investir une somme aussi importante dans un bateau en fin de vie (…) Ça prend une vision à long terme. Je regarde le futur en me disant que la saison 2020 risque d’être compromise, mais il faut voir plus loin. Je vois 2030, 2040 et je veux un plan de relève pour toutes les dessertes au Québec et un plan de match futur pour tout l’Est. J’en conviens que c’est une décision qui est difficile pour les gens de la région», ajoute François Bonnardel. Il a toutefois l’intention de conserver ce lien maritime entre Trois-Pistoles et Les Escoumins. «On est sur la même longueur d’ondes avec mon collègue Denis Tardif. On s’est parlé jusqu’à la dernière minute de la situation, avec Martin Ouellet aussi du côté des Escoumins. Je leur ai expliqué pourquoi on s’en allait là, et pourquoi on prenait cette décision difficile pour les deux villes. Le plan de match doit être revu avec une vision à long terme et un plan de relève qui va répondre aux besoins des gens de l’Est et des Basques.»

    M. Bonnardel ajoute qu’il s’agissait d’une décision lucide, et que la STQ est dans la même situation concernant la desserte maritime des Iles-de-la-Madeleine, qui compte aussi deux bateaux en fin de vie, le CTMA Vacancier et le CTMA Voyageur.

    Du côté de Trois-Pistoles, la mobilisation citoyenne et politique s'organise. Le maire Jean-Pierre Rioux assure que la Ville de Trois-Pistoles ne lâchera pas le morceau et demandera une contre-expertise indépendante du navire. Il prévoit d’ailleurs une rencontre municipale à ce sujet lorsque de nouveaux éléments s’ajouteront à ce dossier, en janvier prochain. La population est invitée à participer à une assemblée citoyenne spéciale à ce sujet organisée ce mercredi 20 novembre à la cafétéria de l'école secondaire de Trois-Pistoles à 19h. 

    » À lire aussi : 


     

     

    commentairesCommentaires

    11

    • G
      gagaz
      temps Il y a 4 ans
      ces normal que le gouv veut pas payer il veule forcer le mande a prendre le rafio de matane pour entre dans leurs depense politicien de m..........
    • M
      Mike
      temps Il y a 4 ans
      Comme je l’ai déjà dit ce fut une grosse erreur dès le départ que d’acheter ce vieux rafiot. Maintenant on fait face à l’evidence soit le mettre au rancart car il a atteint la fin de sa vie utile. Allons vers un double traversier à Gros-Cacouna et ce sera un bon investissement à long terme et un meilleur service à heures fixes pour tout le monde. Soyons logiques.
    • V
      Victor
      temps Il y a 4 ans
      Quand c'etait le temps de des sauver les meubles de la STQ, on était fin et beau. Maintenant que tout rentre dans l'ordre Bonnardel nous envoie une claque dans la face pour nous remercier.
      Un FA Gauthier qui coute une fortune, 2,1 millions pour l'achat de l'Apollo, plus les couts associe pour le garder a quai. 39 millions pour le Saaremaa plus les frais de mises a niveau. Sans compter les couts des passages en avions. Et rien pour Trois-Pistoles,

      Finalement , J'ai tu voté du bon bord??????
    • A
      André
      temps Il y a 4 ans
      Quand c'est le temps de couvrir l'incompétence de la STQ, aucune dépense n'est injustifiée pour le gouvernement de la CAQ.
    • A
      aL
      temps Il y a 4 ans
      Est-il vraiment nécessaire d'avoir un traversier à Trois-Pistoles en plus de celui de Rivière-du-Loup et de Matane?
    • S
      s.b.
      temps Il y a 4 ans
      Quand il y a des emplois qui se perdent ou ton emploi que tu perds, A.L. te poses-tu la même question. STQ n'on eu besoin de la traverse cet été et en plus la saison a commencé plus tôt.
    • C
      Claude
      temps Il y a 4 ans
      Plus je regarde ça plus que je me dis que sur la rive sud du fleuve, les gens qui demeurent à l'est de Montmagny sont considérés comme des citoyens de seconde ou encore de troisième zone par les élus et décideurs.
    • MS
      Michel Savoie
      temps Il y a 4 ans
      Et les impacts sur la vie économique de la région? On est en pleine revitalisation, la ville est bien vivante, les gens dont fières, et ces gens de Québec, décident unilatéralement qu'il n'investiront pas, dans un lien aussi névralgique! Et ils ont le toupet de prétendre à une vision à long terme! Une vision 2030, 2040, ben voyons donc!! Finalement, ils s'en foutent des régions, ce sont des hypocrites. Nous ne nous laisserons pas faire!!
    • M
      Mamie
      temps Il y a 4 ans
      Il y a déjà un traversier à Rivière-du-Loup, un à Rimouski et un autre à Matane. C'est bien triste qu'il vous coupe.
    • RL
      René Lapointe
      temps Il y a 4 ans
      4 traversiers entre Rivière du Loup et Matane sur une distance de 200 km, est-ce bien raisonnable?
    • LR
      Line Rossignol
      temps Il y a 4 ans
      Je ne comprends tout simplement pas la décision de gouvernement dans ce dossier cette traverse à été la plus fiable dans ses traversées depuis que nous sommes ix prises avec la saga et l incompétence flagrante à la stq encore aujourd'hui même Tadoussac complique la circulation sur la Côte nord il faudrait que nos élus se sorte la tête du sable un moment donné !!!
    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS
    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 15h03

    Les émanations et odeurs de Charbon de bois franc Basques inquiètent 

    Smog, fumée et fortes odeurs de brulé…Les émanations provenant de l’usine Charbon de bois franc Basques, située à Saint-Mathieu-de-Rioux, préoccupent un groupe de citoyens de la municipalité. Les inquiétudes ne datent d’ailleurs pas d’hier, mais ils souhaitent que le dossier puisse enfin progresser pour le mieux, le plus rapidement possible.  Au ...

    Publié à 10h00

    Cacouna reprend le bâton du pèlerin

    La Municipalité de Cacouna ne lâche pas le morceau et elle tente toujours de se faire entendre dans le dossier du déménagement potentiel de la traverse au port de Gros-Cacouna. Le 28 novembre, la mairesse Suzanne Rhéaume a transmis une résolution aux différents intervenants politiques et gouvernementaux afin que le critère de saisonnalité soit ...

    Publié à 6h31

    Jean-Marc Bergeron, candidat au poste de conseiller à Témiscouata-sur-le-Lac

    Le quatrième candidat à avoir présenté sa candidature au poste de conseiller du district 5 de Témiscouata-sur-le-Lac est Jean-Marc Bergeron. Natif de Notre-Dame-du-Lac, le citoyen s’est senti appelé par cette élection. Il a grandi dans le quartier et connait bien son historique, soutient-il. Retraité, il indique être disponible pour représenter ...