X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Traverse entre le Bas-Saint-Laurent et Charlevoix

Cacouna reprend le bâton du pèlerin

durée 29 novembre 2023 | 10h00
  • Andréanne Lebel
    Par Andréanne Lebel

    journaliste

    La Municipalité de Cacouna ne lâche pas le morceau et elle tente toujours de se faire entendre dans le dossier du déménagement potentiel de la traverse au port de Gros-Cacouna. Le 28 novembre, la mairesse Suzanne Rhéaume a transmis une résolution aux différents intervenants politiques et gouvernementaux afin que le critère de saisonnalité soit intégré dans l’appel d’intérêt qui sera prochainement lancé.

    Elle est d’avis que le projet de traverse au port de Gros-Cacouna réduirait de façon importante le dragage requis et les couts rattachés à cette opération puisque les installations sont situées en eau profonde. «Nous sommes convaincus que Cacouna est le meilleur endroit pour la traverse», souligne Mme Rhéaume.

    Dans sa résolution adoptée en séance extraordinaire le 27 novembre, le conseil municipal de Cacouna demande que le critère de saisonnalité (traverse à l’année) fasse obligatoirement partie intégrante de l’appel d’intérêt puisqu’il «constitue un avantage extrêmement important aux niveaux économique et touristique entre les deux rives». Il demande aussi que les couts et les impacts environnementaux soient «formellement analysés dans cette nouvelle démarche».

    Il y a deux semaines, la ministre des Transports et de la Mobilité durable, Geneviève Guilbault, annonçait qu’un appel d’intérêt serait prochainement publié pour obtenir des propositions d’entreprises privées afin d’assurer la gestion du service de traverse et du dragage.

    Avant cette déclaration en conférence de presse par la ministre, la mairesse de Cacouna Suzanne Rhéaume n’avait pas été informée de la possibilité de l’inclusion d’un gestionnaire privé dans le dossier de la traverse entre le Bas-Saint-Laurent et Charlevoix.

    Elle a d’ailleurs critiqué la députée de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Amélie Dionne, à ce sujet vendredi dernier. «J’ai dit que ça m’avait déplu parce que je ne le savais pas avant que la conférence de presse n’ait eu lieu. Une fois que c’est dit, il faut regarder en avant et nous avons un projet à faire. Nous sommes deux parties prenantes, Rivière-du-Loup et Cacouna, et il faut avancer.»

    Rappelons que les démarches ont été entreprises en 2021 par la Société des traversiers du Québec et la Société québécoise des infrastructures pour analyser la possibilité d’aménager la traverse au port de Gros-Cacouna.

    Une copie de la résolution adoptée par le conseil municipal de Cacouna a été acheminée le 28 novembre par courriel à la ministre des Transports et de la Mobilité durable, Geneviève Guilbault, son directeur de cabinet, Mario Lapointe, la ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Maïté Blanchette Vézina, la vice-présidente de la STQ, Greta Bédard et la députée de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Amélie Dionne.

    » À lire aussi : 

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    2 mars 2024 | 16h15

    Revenu Québec fournit des précisions concernant l'envoi de notifications

    Revenu Québec informe les citoyens qu'il utilise toujours des moyens sécurisés pour communiquer des renseignements confidentiels aux contribuables. Il ne demande jamais de renseignements personnels par courriel ou par texto et n'offre jamais de remboursement ou de virement par l'entremise de ces moyens de communication. Comme plusieurs grandes ...

    2 mars 2024 | 13h17

    Appels de projets pour deux programmes de la MRC de Kamouraska

    La MRC de Kamouraska lance deux derniers appels de projets dans le cadre du Programme de soutien aux projets structurants pour améliorer les milieux de vie et du Programme de soutien aux projets innovants du secteur bioalimentaire du Kamouraska. Ces appels de projets visent la clientèle des OBNL œuvrant des domaines social, culturel, touristique, ...

    2 mars 2024 | 6h54

    Mettre ses mots au service des autres

    Si l’on vous dit qu’il existe un service de proximité qui vous aide à rédiger et à réviser des lettres, à remplir divers formulaires ou encore, à écrire des biographies? L’amoureuse des mots et de la langue française, Corine de Repentigny, porte le titre d’écrivaine publique depuis peu de temps. Un métier qui lui permet de prêter sa plume aux ...