Publicité

18 août 2022 - 14:58 | Mis à jour : 16:07

La Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk signe une entente de 10 ans avec Parcs Canada

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

La Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk a annoncé, ce 18 aout au parc Fontaine-Claire à Cacouna, la signature d’une entente de 2 M$ sur 10 ans avec Parcs Canada afin de souligner la ratification de l’accord sur la réconciliation et la reconnaissance de leurs droits. Le Grand Chef Jacques Tremblay se réjouit de cette collaboration qui permettra une plus vaste protection et valorisation du territoire wolastokuk.

«Je suis heureux de constater que le Canada poursuit ses engagements», mentionne M. Tremblay. Rappelons qu’en 2019 une entente-cadre avait été signée visant le renouvellement de la relation de nation à nation. La signature d’un accord sur les ressources halieutiques renouvelables (entente sur les pêches) avait aussi été réalisée la même année.

Ainsi, la Première Nation et Parcs Canada pourront veiller conjointement à un même but, soit de préserver le territoire ancestral et le patrimoine des premiers habitants. Les deux instances avaient déjà collaboré dans le passé, notamment lors d’un projet-pilote de jeune gardien autochtone en 2021 qui a porté fruit.

Jacques Tremblay a donc annoncé la mise en place du programme de gardiens du wolastoquey. Le directeur exécutif Québec et Nunavut d’Agence Parcs Canada, Hugues Michaud, mentionne que ces personnes, qui seront présentes sur le territoire wolastokuk surtout en période estivale, aideront à la prise de données écologiques. Elles contribueront aussi à mettre en valeur la culture de la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk. «Ce sont des gens qui sont présents, ce sont des yeux qui sont sur le territoire constamment», confie-t-il.

Ce programme commencera dès l’an prochain et se poursuivra pendant plusieurs années. D’après M. Tremblay et M. Michaud, d’autres ententes sont à venir. Des projets et nouveautés ressortiront de ce partenariat.

«C’est une entente qui est super importante pour nous parce que c’est une des Premières Nations qui est sur le territoire […] Ça nous permet de nous asseoir à la table, de trouver les zones de confort et d’investir ensemble au même endroit. C’est une étape clé pour Parcs Canada», indique le directeur exécutif. Il ajoute que dans la région de Québec et de l’Atlantique, l’accord signé ce 18 aout est la première entente prise entre Parcs Canada et une Première Nation.

Éventuellement, un comité sera formé entre les instances afin de commencer cette collaboration de 10 ans. Les membres des deux côtés sont impatients de travailler ensemble dans un objectif commun de préservation du territoire, ses ressources, la culture et des bélugas.

«On a tous la chance encore d’avoir une espèce emblématique qui est le béluga et d’avoir plein d’acteurs dont une Première Nation qui croit à sa préservation et à sa survie. Donc de les avoir […] c’est un atout supplémentaire», soutient Hugues Michaud.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article