Publicité
30 août 2019 - 15:10 | Mis à jour : 16:09

Entente de 10 ans et près de 13 M$ entre Ottawa et la Première nation Malécite de Viger

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 3

Vendredi midi, le gouvernement fédéral qui affiche depuis plusieurs mois sa volonté de renouveler ses relations avec les peuples autochtones a fait un pas important en ce sens avec la Première nation Malécite de Viger à Cacouna. La ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, et le Grand Chef de la Première Nation Malécite de Viger, Jacques Tremblay, ont annoncé la signature d'un accord de pêche d'une durée de 10 ans avec à la clé des investissements de près de 13 M$.

L'Accord sur les ressources halieutiques renouvelables porte sur des domaines d'intérêts mutuels dans les pêches. «C'est un évènement marquant dans l'histoire de notre communauté, a lancé le Grand chef. (...) Ces sommes nous permettront d'améliorer nos structures de gouvernance dans le secteur des pêches commerciales et aussi de contribuer à la diversification de nos activités en lien avec la conservation et l'exploitation durable des ressources halieutiques.»

L'accord pourra aussi être renouvelé à trois autres reprises pour des périodes de cinq ans chacune pour une durée totale de 25 ans. M. Tremblay a reconnu et remercié la ministre fédérale pour cet engagement à long terme, une première dans l'est du pays.

Le Grand chef a rappelé que les Malécites ont eu, tout au long de leur histoire, un lien privilégié et étroit avec les ressources de leur territoire. Un lien qu'ils entendent maintenir dans le cadre d'exploitation et de développement durable.

«Grâce à cet accord, non seulement allons-nous investir dans nos opérations de pêches en procédant, par exemple par l'achat de quota, de bateau et d'équipement de pêche, mais surtout, nous allons pouvoir améliorer et partager nos connaissances et nos méthodes d'exploitations des ressources halieutiques», a souligné M. Tremblay.

La Première nation compte ainsi s'adjoindre les services d'un directeur des pêches, d'un biologiste ou d'un chercheur en ce domaine. Le Grand chef s'est dit conscient que la nation doit adapter sa pratique d'exploitation des ressources en fonction de l'évolution des stocks et des changements climatiques.

Ce sont des résultats de pêches et des quotas revus à la baisse, notamment pour le crabe et la crevette qui ont fait dire à Jacques Tremblay qu'il était important pour les Malécites de consolider leurs acquis dans d'autres espèces, dont le homard, le concombre de mer et l'oursin. Des efforts ont déjà été posés pour réduire l'empreinte environnementale dans l'exploitation de ces espèces.

Avec la contribution du fédéral, la Première nation Malécite de Viger pourrait faire l'acquisition d'un troisième bateau de pêche et il n'est pas exclu qu'il soit électrique. L'aquaculture est aussi au centre de leur intérêt. Les sites de Gros-Cacouna en eau salée et de Whitworth en eau douce font l'objet d'une sérieuse analyse.

«Avec cet accord, nous allons pouvoir pousser plus loin nos études et mettre l'avant certaines mesures qui vont permettre faire de la nation un leader de gestion durable dans le secteur des pêches commerciales», a conclu M. Tremblay.

Plus de détails suivront...

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Je ne comprends pas...on donne $13 millions à des gens qui ne paient pas d'impôt et qui refusent d'être des citoyens comme les autres. C'est le bout du bout.

    Égalitaire - 2019-08-31 12:16
  • Jacques Tremblay , vraiment un Grand chef , un visionnaire et un exemple au Canada !

    Claude Tremblay ( aucun lien de parenté ) - 2019-08-30 22:48
  • 13M.$
    Pour 1183 personnes habitants en dehors du territoire de Cacouna et de withwort
    C’est beaucoup d’$ pour la pêche en plus de l’acquisition de la grange pour un musée à Cacouna
    Ouff ... nous sommes en période électorale...

    Jen - 2019-08-30 18:48