Publicité

26 octobre 2020 - 06:02

DOSSIER | Les Basques chantent la pomme

De l’ingénierie à l’agriculture : la réflexion de Félixe Girard

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

En juillet dernier, l’ingénieure Félixe Girard a décidé de quitter Montréal pour travailler à la ferme du Castor gras de Trois-Pistoles pendant deux mois, inspirée par les projets maraichers et agricoles. Après avoir habité au Récif à Notre-Dame-des-Neiges, elle a emménagé définitivement à Trois-Pistoles pour changer de mode de vie et vivre en harmonie avec ses convictions environnementales au quotidien.

«Je me suis reconnue dans les valeurs écologiques, avec l’historique du festival l’Échofête, l’histoire militante pour la conservation de la rivière Trois Pistoles. Je trouvais ça important qu’une partie des gens soit déjà conscientisée. Quand j’ai vu tous les projets dans le coin, c’était vraiment inspirant et ça correspondait à ce que je cherchais comme milieu. J’ai décidé d’arrêter de chercher et d’emménager ici», résume Félixe Girard. Elle travaille maintenant à la ferme Masika de Saint-Mathieu-de-Rioux tout en poursuivant ses études à la maitrise.

Félixe Girard a complété un baccalauréat en génie de la production automatisée à l’École de technologie supérieure (ÉTS) avant de travailler trois ans dans une entreprise qui fabrique des produits de ventilation en tant que chargée de projets de réorganisation et d’agrandissement. La pandémie de la COVID-19 a toutefois mis un frein à ses fonctions, son employeur n’ayant plus besoin d’augmenter sa production.

Lors de ses études, elle s’est intéressée à la question de l’alimentation, à l’agriculture urbaine et à la permaculture. L’idée de s’impliquer directement dans ce milieu a alors germé. «J’ai remis en question mon mode de vie pendant le confinement. J’ai réfléchi à comment je voulais vivre, aux changements que je voulais apporter dans ma vie […] Qu’est-ce que je peux faire pour tirer la couverte du bon bord? J’ai décidé de m’attaquer au problème de l’agriculture, parce que je trouve que c’est fondamental. Je veux que dans 50 ans, mes enfants puissent manger. Il faut arriver à mettre en place une agriculture qui est durable et résiliente», partage-t-elle. Félixe Girard veut passer à l’action et se servir de ses connaissances en ingénierie afin d’aider les entreprises agricoles à devenir plus durables et écologiques.

«J’avais envie de faire quelque chose pour l’environnement ou du moins pour la résilience. Je trouve ça important qu’en tant que société, on fasse face aux changements climatiques qui s’en viennent et aux problèmes écologiques, à la crise énergétique. La pandémie a mis en lumière notre dépendance aux réseaux de transport internationaux», ajoute-t-elle.

Tout en poursuivant ses études à distance à la maitrise en agroforesterie à l’Université Laval, Félixe Girard apprend directement sur le terrain le fonctionnement d’une ferme laitière à Saint-Mathieu-de-Rioux. «Trois-Pistoles se situe entre Rivière-du-Loup et Rimouski, deux grandes villes où j’aurais des opportunités de carrière en ingénierie dans le pire des cas.»

Par son implication à Trois-Pistoles dans le domaine de l’agriculture, ses études et ses convictions Félixe Girard veut faire une différence, encourager d’autres personnes à se lever, vivre selon leurs convictions et à passer à l’action.

» À lire aussi : 

Publicité


Publicité

Commentez cet article