Publicité
14 février 2020 - 06:02 | Mis à jour : 15:50

Faillite : GO Usinage démantelée

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 5

Le syndic de faillite Raymond Chabot Inc. vendra par soumissions les biens de l’entreprise GO Usinage de Trois-Pistoles. La dette totale de l’entreprise s’élève à près de 1 M$ et elle a dû déclarer faillite le 6 février.

Stéphane Gauvin, responsable de l’actif chez Raymond Chabot Inc., explique que GO Usinage a fermé ses portes et a pris la décision de faire une cession de ses biens. Elle comptait une dizaine d’employés. Une rencontre avec les créanciers est prévue le 24 février. L’immeuble et les biens à vendre par soumissions pourront être examinés le 27 février au 4, rue Patrice-Côté à Trois-Pistoles. Leur valeur marchande est évaluée à plus de 860 000 $. Il s’agit majoritairement d’équipements de soudure et d’outils.

L’entreprise GO Usinage de Trois-Pistoles a été fondée en 2015. En mai 2016, elle a été rasée par un violent incendie, dont la cause était accidentelle, expliquée par un problème électrique. Dès le lendemain, le propriétaire Michel Ouellet avait confirmé son intention de reconstruire au journal Info Dimanche.

En octobre 2017, GO Usinage avait bénéficié d’une aide financière de plus de 200 000 $ du gouvernement du Canada afin de soutenir ses projets, et de faire l’acquisition d’équipements de production. En mars 2019, l’entreprise avait bénéficié d’une contribution remboursable de 119 062 $ de Développement économique Canada, sur un investissement total de 287 157 $ destiné à hausser sa capacité de production et sa productivité par l’acquisition d’un équipement de production numérique et le développement des capacités de gestion.

Le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux, se désole de constater que des employés spécialisés devront se trouver un emploi à l'extérieur de la ville. «C’était une entreprise très sophistiquée, avec de l’équipement très moderne. C’est dommage parce que ce dossier est passé par nos mains, au Centre local de développement et à la MRC et nous n’avons pas vu venir cette nouvelle, ce n’est pas drôle (…) Avec la SADC et le CLD, nous avons divers outils et des personnes-ressources pour accompagner les entrepreneurs qui vivent des difficultés et les aider à trouver des solutions. Dans le cas qui nous concerne, nous nous sommes retrouvés devant le fait accompli, et on est un peu démuni face à cela», a réagi le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux. Il souhaite d’ailleurs que les biens de la vente restent dans la région et puissent être achetés par des entrepreneurs locaux.

Selon la conjointe de Michel Ouellet, Anne-Marie Roy, GO Usinage avait demandé de l'aide à plusieurs reprises auprès du Centre local de développement (CLD), qualifiant cette démarche de cri du coeur. Elle s'est d'ailleurs indignée des propos tenus par le maire. «C'est le manque de main-d'oeuvre, de machinistes, qui était problématique depuis trois ans, parce qu'il avait des contrats par-dessus la tête. L'incendie de 2016 lui a beaucoup rentré dedans, puisqu'il a eu des pépins. On lui a mis des bâtons dans les roues et a dû se reconstruire ailleurs, à Notre-Dame-des-Neiges. Michel tient à souligner qu'il a bénéficié d'un soutien hors pair de la part de la Société d'aide au développement des collectivités des Basques», a-t-elle complété.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • Vraiment surpris de cette nouvelle. Une belle entreprise qui semblait bien évoluée. Ce n'est pas la première fois que nous entendons des insatisfactions à l'endroit du service aux entreprises du CLD des Basques. La difficulté dans nos régions est le fait que tout le monde se connaît et les gens n'osent pas dénoncer.

    Jacques - 2020-02-17 13:08
  • M. le Maire merci d'avoir pris le temps de répondre.
    Michel envoyait ses chiffres tous les mois au CLD. Quelqu'un dormait au gaz je crois. Des membres du CLD allaient même rencontrer Michel pour voir comment ça allait. Il leur exposait en détails sa situation sans aide supplémentaire apportée...et cela les semaines précédant sa fermeture.
    Lors de l'incendie, c'était bien pourtant commercial toute cette zone. Pourquoi lui donner de tel fil à retordre...quand c'est encore aujourd'hui zoné commercial. A ce que je comprends vous ne pourrez jamais plus avoir d'entreprise manufacturière en raison que vous êtes une ville résidentielle et touristique. J'aurais mieux compris une intervention du maire de NDDN.
    La vérité est que certains membres ne vous ont jamais transmis l'information.
    Passer dans le journal après les faits accomplis voilà ce que vous avez fait.
    Je n'aime pas laver mon linge sale en communauté mais je la situation méritait d'être mise au claire.
    La prochaine fois prenez le temps de vous informer avant de faire des déclarations.
    Merci quand même pour vos encouragements.

    Anne Marie Roy - 2020-02-16 19:21
  • Madame Roy, cette entreprise a reçu plus que 300 000 dollars de fonds publics depuis 2017. Donc soutien financier du gouvernement il y avait...je ne comprends pas comment le maire de 3-Pistoles est à blâmer pour la faillite de cette compagnie privée??

    Michel Nadeau - 2020-02-15 11:27
  • @Madame Anne-Marie Roy, Go Usinage
    Madame,je suis désolé de voir la situation que votre entreprise subit présentement et de ce que vous vivez par ricochet également. Je suis doublement surpris par votre réaction à mon égard face aux propos que j'ai émis concernant le malheur qui vous frappait.Je tiens à préciser certains faits. Premièrement ,lorsque votre bâtiment a pris feu en mai 2016 sur la rue Notre Dame est à Trois Pistoles,c'était difficile de vous accorder un permis de reconstruction au même endroit. Une zone entourée de résidences unifamiliales. C'est alors que la Ville de Trois Pistoles et la Municipalité de Notre Dame des Neiges propriétaires/actionnaires à 50 % chaque du motel industriel situé à Notre Dame des Neiges trouvaient plus intéressant de vous voir relocaliser votre entreprise dans un des bâtiments très potables de notre parc industriel.C'était plus adéquat. C'est ce que vous avez fait et votre entreprise a continué à y opérer jusqu'à sa fermeture. En relisant mes propos de cet article, je souligne la qualité des équipements modernes que vous aviez acquis et des ouvriers spécialisés qui travaillaient au sein de votre entreprise en leur souhaitant de pouvoir se retrouver un travail dans leur domaine dans leur milieu. J'ai moi-même fait affaire personnellement à vos services l'an dernier pour le bateau passeur de l'île aux Basques et le travail avait été exécuté avec professionnalisme . Concernant mon implication au sein du Centre Local de Développement des Basques (CLD) je siège comme sept autres personnes à donner notre aval ou non aux dossiers qui nous sont présentés après recommandations par nos analystes. Et , de mémoire, depuis près de un an , je ne me souviens pas d'avoir vu passer votre dossier d'entreprise être déposé par nos analystes afin de nous sensibiliser à votre situation précaire. Si cela avait été le cas, connaissant notre personnel, et les membres de la table du CLD, une mise en veille essayant de trouver une solution nous aurait été proposée. En ce qui me concerne, c'est mon voisin vivant sur ma rue il y a près de un mois qui m'a appris que votre entreprise vivait de grandes difficultés. J'en fus étonné. Le CA du CLD s'est réuni en janvier et février pour traiter de différents dossiers d'entreprises afin de leur accorder une aide de tout ordre selon leur demande. Ici je parle d'au moins 8 entreprises différentes du territoire qui ont été traitées, avec qui, nous avons accordé ce qu'ils demandaient. Soit une aide financière ou technique. Votre demande.si vous en avez fait une... elle n'est jamais passée au Conseil d'Administration. Difficile d'analyser un dossier dans ces situations. Je me souviens par contre de votre dossier à être traité au début de l'implantation de votre entreprise il y a plusieurs années. C'est à cela que je souligne ''que votre dossier est déjà passé entre nos mains''. J'ai hésité à vous répondre dans le contexte actuel mais étant visé de la sorte, je ne pouvais attendre. '' Devant l'impossible.... nul n'est tenu!''
    Je vous souhaite du courage dans l'épreuve que vous traversez.
    Jean Pierre Rioux, Maire Ville Trois Pistoles et administrateur au CLD des Basques

    Jean Pierre Rioux - 2020-02-14 20:58
  • Merci M. le maire de venir mettre votre grain de sel dans cette affaire quand vous n'avez jamais rien fait pour soutenir la compagnie. Je suis outrée par votre témoignage
    Signé Anne-Marie Roy

    Anne-Marie Roy - 2020-02-14 15:14