X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Coup de cœur 2023, des histoires touchantes

durée 31 décembre 2023 | 06h59
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    En tant que journalistes, nous aimons être premiers sur la nouvelle, sortir un article avant d’autres médias. Or, dans le monde de l’information, il est impossible de toujours être celui qui met de l’avant une histoire. Bien souvent, il faut reprendre les primeurs sorties ailleurs, mais leur apporter une nouvelle lumière, trouver le point tournant de l’information. Mes coups de cœur de l’année ont été pondus de cette manière. C’est en cherchant à faire ressortir l’humain derrière la nouvelle, comme nous aimons le faire à Info Dimanche, que j’ai été touchée par trois êtres humains différents. Regards en rencontres sur 2023.

    Jaimie Lapointe

    Rares sont les familles qui, aujourd’hui, comptent plus de quatre enfants. Il y a presque un an, j’ai eu la chance de rencontrer Jamie Lapointe et 8 de ses 12 enfants dans leur magnifique maison jaune à Rivière-du-Loup. Pendant un instant, ils m’ont accueillie dans leur intimité, au sein de leur routine familiale, de leur amour débordant. J’ai pu échanger sans tabou avec la mère de famille monoparentale, les enfants qui s’amusaient en arrière-plan ou cuisinaient le repas. Une vie mouvementée, mais ô combien enrichissante. Rapidement j’ai été touchée par cette femme qui a pris les moyens pour réaliser son rêve de petite fille, qui y a mis tout son cœur, tout en continuant de travailler, puis de s’impliquer dans sa communauté. Une leçon de force et de confiance en soi inspirante, à relire sur le web : Un cœur pour les aimer tous, 15 janvier 2023.

    Dany Larrivée

    Le directeur général de Notre-Dame-des-Neiges, Dany Larrivée, est souvent amené à parler aux médias dans le cadre de ses fonctions. En 2023, j’ai souvent échangé avec lui sur divers sujets. Chaque fois, il a pris le temps de me parler, et je sentais qu’il le faisait sans pression, par plaisir même, par amour pour sa municipalité. 

    Lorsque je l’ai rencontré cet été pour parler du parcours historique de Notre-Dame-des-Neiges, j’ai clairement réalisé qu’il occupait son rôle par passion, par désir de voir sa municipalité s’épanouir, et non seulement pour avoir un travail et un horaire fixes. Car les heures pour Notre-Dame-des-Neiges, M. Larrivée ne les compte pas. Historien de formation, il se donne corps et âme à développer le parcours historique, pas seulement sur les heures de bureau, mais à la maison aussi. 

    Cet été j’ai découvert les plus beaux endroits de la municipalité à l’aide d’un guide exceptionnel. Au fil de la rencontre avec cet intervenant, qui a fini par basculer un peu de son cadre, j’ai découvert un bel être humain amoureux de l’art, conscientisé aux problèmes de société et désireux d’y trouver des solutions. Une rencontre formidable qui m’a beaucoup apporté. Pour (re)découvrir le projet, plongez-vous dans le texte sur notre site web : Quand l’histoire reprend vie à Notre-Dame-des-Neiges, 20 aout 2023.

    Simon Croz

    La prochaine personne dont je veux vous parler est Simon Croz, ce cinéaste qui était à la tête de Paraloeil, et qui a dû délaisser de force cet emploi en raison des dédales de l’administration d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada avec sa transition numérique. Mes entrevues avec M. Croz ont été réalisées au téléphone chaque fois, mais son histoire est loin de m’avoir laissée indifférente. À notre premier échange, le Pistolois d’adoption était forcé de quitter le pays. Deux semaines après une conférence de presse couverte par ma collègue Andréanne Lebel visant à soutenir M. Croz, il a été convoqué au bureau de l’Agence des services frontaliers du Canada à Québec où il s’est vu remettre formellement une mesure d’expulsion et confisquer ses passeports. Il a continué à se battre en remplissant d’autres documents pour gagner du temps. Un mois plus tard, il apprenait que son expulsion était suspendue. Il attendait que sa situation soit complètement régularisée avant de crier victoire, mais l’histoire pourrait bel et bien avoir une belle conclusion.

    Une histoire touchante, humaine, que j’ai pu suivre dès le début et qui a reflété des problèmes importants dans notre système d’immigration fédéral. Car l’histoire de Simon est aussi celle de centaines voire de milliers d’autres Québécois. Plusieurs ont fait la manchette dans les médias du Québec en 2023. Mais les personnes derrière les dossiers d’immigration n’ont pas toutes l’opportunité d’être mises de l’avant et de connaitre une fin heureuse. Les textes sur le Pistolois peuvent être relus sur notre site web, il suffit d’inscrire le nom de Simon Croz dans l’onglet de recherche.

    Un Pistolois d’adoption forcé de quitter le pays

    Expulsion du Canada : Simon Croz passe à une autre étape

    Mesure d’expulsion suspendue: «J’attends avant de crier victoire» -Simon Croz

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h53

    Entre douleur et rémission, le chemin se nomme action pour Charlène Dupasquier

    Imaginez votre quotidien quand des gestes aussi simples que marcher ou courir représentent un défi important. Imaginez vivre cette réalité quand votre vie est axée autour du mouvement, du plein air et de l’activité physique. Un cauchemar éveillé. C’est pourtant ce que vit la guide d’aventure et biologiste Charlène Dupasquier depuis qu’elle cohabite ...

    Publié à 6h32

    Lancement du Golf en santé Hôtel Levesque

    La Fondation de la santé de Rivière-du-Loup a annoncé, le 23 mars, que les inscriptions pour son activité de Golf en santé Hôtel Levesque du 7 juin prochain sont ouvertes. L’évènement se déroulera au Club de Golf de Rivière-du-Loup et, par la suite, à l’Hôtel Universel pour un souper en santé Aliments Asta, incluant un encan à la criée présenté ...

    Publié à 6h07

    Interdiction de dégriffer les chats au Québec : «C’est une bonne nouvelle que tout le monde partage» -Heidi Pomerleau

    Après des années à demander des changements quant aux chirurgies mineures chez les animaux, les professionnels du monde animal ont obtenu gain de cause. La Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal, entrée en vigueur le 10 février, interdit notamment le dégriffage chez les chats. Une nouvelle qui réjouit les vétérinaires dont Heidie Pomerleau, ...