X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Renoncement d’un prix par Victor-Lévy Beaulieu

«On veut faire une différence, que sa voix soit entendue» -Dany Larrivée

durée 9 décembre 2022 | 06h29
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    La Municipalité de Notre-Dame-des-Neiges présentera une résolution le 12 décembre lors de sa prochaine séance du conseil afin de soutenir l’auteur Victor-Lévy Beaulieu. En novembre dernier, le Neigeois a partagé un communiqué de presse mentionnant qu’il était contraint de refuser le Prix de la langue française décerné lors de la foire du livre à Brive en France.

    Afin de mettre la main sur le prestigieux prix, M. Lévy-Beaulieu devait se rendre physiquement en France. Étant atteint du syndrome post-poliomyélite, le monument vivant de la littérature québécoise se trouvait dans l’impossibilité de traverser l’océan puisqu’il doit se déplacer en fauteuil roulant et, la majorité du temps, rester encabané. Il a donc dû refuser la reconnaissance qui était décernée pour la première fois à un Québécois et les 10 000 euros qui s’y rattachaient, soit un peu plus de 14 000 $ canadiens.

    La nouvelle, qui a tôt fait réagir de nombreux habitants du KRTB, n’a pas laissé insensible les élus politiques municipaux et gouvernementaux. Pascal Bérubé, député péquiste pour Matane – Matapédia, travaille à ce que le gouvernement actuel reconnaisse le travail de M. Lévy-Beaulieu et lui remette la bourse à laquelle il aurait eu droit avec le prix par l’entremise du ministère de la Culture et des Communications. À Notre-Dame-des-Neiges, par une résolution, le conseil essaiera de faire en sorte que l’auteur soit le récipiendaire du Prix de la langue française en 2023 et qu’un délégué de la culture québécoise en France puisse le recevoir en son nom.

    Pour y arriver, Dany Larrivée, directeur général à la Municipalité indique que le document sera envoyé à Amélie Dionne, député caquiste de Rivière-du-Loup - Témiscouata, aussi vice-présidente de la Commission de la culture et de l’Éducation; à Maxime Blanchette-Joncas, député du Bloc Québécois au fédéral pour Rimouski-Neigette - Témiscouata - Les Basques; ainsi qu’à des médias importants tels que Le Devoir et La Presse. Par ces divers contacts, il croit qu’il sera possible d’échanger avec les responsables du Prix de la langue française et s’entendre sur une solution pour que le travail de M. Lévy-Beaulieu soit honoré.

    «La Municipalité de Notre-Dame-des-Neiges est d’avis que cette restriction [soit celle de se rendre en France] contrevient à l’intégrité de M. Victor-Lévy Beaulieu et que cette obligation protocolaire a privé l’auteur de cette importante reconnaissance pour des raisons qui étaient hors de son contrôle», est-il écrit dans la résolution. «M. Lévy-Beaulieu est notre citoyen […] Étant donné qu’il est de chez nous, on pense qu’on a encore plus le devoir de parler en son nom et de faire entendre sa voix», soutient Dany Larrivée.

    Le directeur général raconte qu’il a échangé avec l’écrivain ces dernières semaines pour lui faire par des démarches entreprises par les élus. Il souligne qu’avoir pu voyager, l’auteur serait allé réclamer son prix. Aujourd’hui, M. Lévy-Beaulieu s’est résigné et ne croit pas nécessairement que les choses changeront, mais apprécie l’attention portée par la Municipalité à sa situation.

    Selon M. Larrivée, lorsque les élus ont appris la nouvelle près d’un mois après le refus de M. Lévy-Beaulieu, ils étaient indignés. «Il ne peut même pas sortir de sa maison, soutient le directeur général. Si on est capables de faire une différence, allons-y». Il ne cache pas aussi que la réception de ce prix contribue grandement au rayonnement du Québec et de la région des Basques. «C’est un personnage de proximité, connu de tous autant pour son travail que pour sa personnalité en soi», confie-t-il.

    À la place du Neigeois, c’est l’autrice Nathacha Appanah de l’île Maurice qui a reçu le Prix de la langue française 2022. Rappelons que Victor Lévy-Beaulieu a reçu de nombreux prix dans sa carrière. Il publiera prochainement son 97e livre «Poisson d’octobre en maraude chez les francs Gaulois».
     

    commentairesCommentaires

    2

    • PR
      Pelletier René
      temps Il y a 1 mois
      Sais désolant de voir que en 2022 quand on gagne un prix et que vous soyez obligé de payer de votre poche pour aller le chercher. Ce serait à eux de se déplacé pour voir toutes les œuvres que cette homme a fait dans sa vie il est un musée vivant et je suis sur qu’il serait ravie de les recevoir chez lui. Bravo monsieur beaulieu et chapeau
    • PR
      Pelletier René
      temps Il y a 1 mois
      Un manque de respect pour un écrivain de sa trempe. Le ministre des lettres et des arts aurait pu faire un accroc au règlement

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    28 janvier 2023 | 6h00

    Place aux joues rouges, la programmation Boule de neige débarque à Rivière-du-Loup

    L’hiver 2023 marque le retour de la programmation Boule de neige, du 27 janvier au 18 mars. Place aux joues rouges et aux sourires, Rivière-du-Loup invite les citoyens à croquer l’hiver à pleines dents et profiter de ses multiples occasions de jouer dehors. Les festivités s’ouvrent dès ce vendredi avec la toujours fort populaire marche aux ...

    27 janvier 2023 | 13h33

    Avenir incertain pour les ponts de glace de la région

    Même si certains se réjouissent de la température clémente jusqu’à présent, certains seront déçus. Les conditions hivernales douces risquent de faire en sorte que les ponts de glace de la région ne puissent ouvrir. Les prochaines semaines seront décisives quant à l’avenir des ponts de glace de Saint-Juste-du-Lac/Témiscouata-sur-le-Lac et ...

    27 janvier 2023 | 13h01

    Éric Duhaime considère Rivière-du-Loup comme un terreau fertile pour le PCQ

    Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, s’est arrêté à Rivière-du-Loup le 25 janvier dans le cadre d’une tournée de toutes les circonscriptions de la province amorcée à la suite des élections provinciales. Son défi principal sera de maintenir l’intérêt pour son parti pendant quatre ans. Il croit que la région est sensible aux ...