Publicité

25 avril 2022 - 20:39 | Mis à jour : 22:58

435 rue Lafontaine : la démolition est autorisée une 2e fois

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 3

Le conseil municipal de Rivière-du-Loup a rendu son jugement final dans le dossier du 435, rue Lafontaine. Les élus ont réitéré leur appui au projet des promoteurs en maintenant la décision de leur accorder le permis de démolition demandé. 

La Ville de Rivière-du-Loup devait rendre une nouvelle décision sur la question, après que celle rendue le 21 février ait été portée en appel. Mais malgré les arguments des contestataires, les élus louperivois ont décidé de maintenir le cap. 

La résolution adoptée par les élus stipule que l'immeuble actuel n’est pas dans un état pour recevoir un nouveau projet commercial, et que les usages et travaux précédents ont dénaturé les éléments architecturaux historiques et patrimoniaux qu’on y retrouvait. 

Les membres du conseil municipal croient aussi que le projet présenté par les promoteurs est «porteur» pour le centre-ville louperivois et qu’il s’intègrera «harmonieusement» au cadre bâti du secteur. Ils estiment également qu’il permettra d’assurer la pérennité du bâtiment voisin du 433, rue Lafontaine. 

«On a pris le temps d’analyser tout cela. Ce n’est pas une décision que nous avons prise sur un coup de tête. Nous n’avons fait le processus comme il se doit, les gens ont été consultés. Aujourd’hui, on maintient la décision», a déclaré le maire Mario Bastille après la séance. 

«Plutôt qu’avoir un bâtiment laissé à l’abandon, on privilégie le fait qu’un projet va être mis en place. Quand on pense au dossier de la Brasserie Lafontaine, par exemple, c’est plate de vivre ça. Maintenant, pour le 435 rue Lafontaine, quelqu’un de sérieux veut faire quelque chose. C’est un beau projet et on ne peut pas passer à côté de ça», a-t-il plus tard ajouté.  

Entendus le 13 avril, les trois personnes – dont l’une représentait la Fédération Histoire Québec – qui demandaient à la Ville de revoir sa décision avaient soutenu que l’ancienne maison du photographe Stanislas Belle détient «des valeurs historiques, architecturales, paysagères et urbanistiques» non négligeables. 

Elles avaient aussi rappelé que la décision du comité de démolition (et celle des élus) ne suivait pas la recommandation du comité consultatif d’urbanisme de ne pas démolir et aussi que le promoteur n’avait fait la preuve, du moins publiquement, que l’immeuble était désuet et que la seule solution était la démolition, une étape nécessaire à l’obtention du permis de démolition.

«Ces gens-là sont venus répéter ce qu’ils avaient déjà amené comme points. Ils ont bien fait leur travail et ils croient que la maison devrait être sauvée. C’est louable et c’était important de leur donner l’occasion de se faire réentendre. Mais on continue le processus», a dit le maire. 

Malgré une certaine opposition publique, le projet des entrepreneurs Yves Gagnon et Yvan Thibault de détruire la maison pour bâtir un pub irlandais a toujours obtenu une grande part d’appui au sein de la population. En janvier, plusieurs citoyens et gens d’affaires avaient salué l’initiative des promoteurs. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes ont mainte fois regretté qu’ils aient des bâtons dans les roues. 

Rappelons que le ministère de la Culture et des Communications, de même que la MRC de Rivière-du-Loup, ont jusqu'au 26 mai pour intervenir dans ce dossier. Le permis de démolition ne sera pas délivré avant cette date.
 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Pendant que RDL autorise, Lévis se mobilise :
    "Bâtiments patrimoniaux

    Gilles Lehouillier a annoncé que les propriétaires qui laissent leur bâtiment patrimonial tomber en ruines et qui demandent ensuite un permis de démolition vont se faire serrer la vis.

    «Les propriétaires qui achètent des bâtiments patrimoniaux pour faire du développement, c’est eux qu’on cible. [...] Ça ne passe plus la rampe. Il va falloir être beaucoup plus sévère. [...] Si vous achetez un bâtiment patrimonial, il faut que vous ayez la passion patrimoniale. Si c’est pour démolir, vous allez vous mettre dans le trouble», a avisé Gilles Lehouillier.

    Le plan directeur qui encadrera ces nouvelles règles touchera à la fois les nouveaux acquéreurs et ceux qui sont déjà propriétaires. "

    Suzanne Rouleau - 2022-04-29 13:11
  • " Les hommes oublient plus facilement la mort de leur père que la perte de leur patrimoine. " Nicolas Machiavel
    HÉLAS... une démolition qui laissera une plaie béante dans le centre-ville. Comment pourra-t-on refuser d'autres démolitions dans le futur après ça ? Le précédent créé est immense et on ne mesure pas à quel point les doigts ont été mis dans l'engrenage. J'espérais secrètement que le guide du routard puisse enfin arrêter d'écrire à propos de Rivière-du-Loup "petit bourg sans charme". Il n'en sera rien.

    Bernard Landry - 2022-04-26 14:06
  • Le Conseil municipal a pris une excellente décision et on voit bien qu'ils ont soupesé le pour et le contre avant de prendre leur décision finale. Le projet de reconstruction semble bien ficelé et il apportera une plus-value au centre-ville de Riviere-du-Loup et à la rue Lafontaine.

    Denis Gagnon - 2022-04-26 13:53