Publicité

4 avril 2022 - 14:06 | Mis à jour : 17:04

Laurence Couture Gagnon: Bernard Généreux porte le dossier à la Chambre des Communes

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

Le député conservateur de Montmagny - L'Islet - Kamouraska - Rivière-du-Loup a porté le dossier de Laurence Couture Gagnon jusqu'à la Chambre des Communes vendredi dernier. La jeune mère originaire de Rivière-du-Loup qui a accouché à Lviv en Ukraine au début du mois et coincée à Cracovie alors que le consulat canadien refuse d'émettre un passeport pour son bambin, Léo.

  >> AUSSI À LIRE:

- Entre Kyiv et Cracovie, le bonheur réconfortant des retrouvailles

- Un passeport pour Léo

«Je lance un cri du coeur pour aider madame Laurence Couture Gagnon, une jeune mère canadienne qui a dû fuir la guerre en Ukraine avec son nouveau-né, Léo, jusqu'en Pologne. Elle veut à tout prix revenir au Canada, mais l'ambassade à Varsovie tarde à émettre un certificat de citoyenneté pour son bébé qui est également canadien et qui leur permettrait de revenir au Canada. Que compte faire le gouvernement pour m'aider à l'aider?», a lancé M. Généreux.

La secrétaire parlementaire du ministre sur l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marie-France Lalonde a rappelé que le Canada était présent pour aider ses ressortissants «à fuir la guerre de Poutine». Elle a aussi rappelé que plus de 10 000 Ukrainiens ont été accueillis au pays dans la dernière semaine.

«Vous savez bien que les cas (précis) on ne peut pas en parler. Je recommande fortement à mon collègue de venir me voir et on va travailler ensemble», a conclu Mme Lalonde.

DE L'UKRAINE À LA POLOGNE

Rappelons que Laurence Couture Gagnon et son conjoint Tamerlan Vahabov ont quitté la capitale Kyiv, le 5 mars après que l’armée russe eu envahi l’Ukraine le 24 février. Le 6 mars, elle accouchait du petit Léo à Lviv. Le 21 mars elle gagnait finalement la Pologne et Cracovie après avoir traversé le pas en guerre.

La situation de Laurence s’est compliquée le mardi 29 mars. Coup de tonnerre, le consulat canadien l'informait qu’il ne pouvait délivrer de passeport pour le petit Léo. La jeune maman craint devoir retourner en Ukraine où son fils pourrait formuler une nouvelle demande de passeport.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article