Publicité

9 mars 2022 - 09:58 | Mis à jour : 10 mars 2022 - 09:52

Québec octroie 1,7 M$ à Lac-des-Aigles pour la conversion de son église 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

L’important projet de développement récréotouristique rêvé à Lac-des-Aigles, qui comprend notamment la conversion de l’église de Saint-Isidore en centre d’interprétation des salmonidés et de l’eau douce, a reçu une aide financière de 1,7 M$, ce mardi 8 mars.

Il s’agit d’un important coup de main qui encourage maintenant la Corporation de développement de Lac-des-Aigles à poursuivre ses efforts vers la réalisation ce projet d’envergure pour l’été 2024. 

L’annonce a été effectuée par la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy. Le projet de centre d’interprétation de la petite municipalité du Témiscouata fait partie d’une liste de 22 autres projets qui bénéficieront d’une enveloppe totale de 10 259 756 $ du le cadre du Programme visant la protection, la transmission et la mise en valeur du patrimoine culturel à caractère religieux. 

La somme de 1,7 M$ est d’ailleurs la deuxième plus importante à avoir été octroyée dans le cadre de cette annonce. La majorité des montants sont consacrés «à la transformation de lieux de culte patrimoniaux en de nouveaux usages répondant aux besoins du milieu», peut-on lire dans un communiqué envoyé aux médias. 

«C’est une excellente nouvelle et nous en sommes très heureux», a confié le président de la Corporation de développement de Lac-des-Aigles, Serge Demers, le 9 mars au matin. «C’est un projet sur lequel on travaille depuis quelques années. Au départ, c’était principalement pour sauver l’église et notre patrimoine, puisque la fabrique n’avait plus la capacité de l’entretenir. Mais ç’a évolué et on croit que c’est aujourd’hui un projet majeur pour la région.»

Initialement évalué à environ 2 M$, le projet se chiffre maintenant à 4,5 M$, dont environ 3,4 M$ seront dédiés aux travaux et à l’aménagement d’une exposition interactive et technologique à l’église (qui gardera son apparence extérieure). Le reste de l’argent sera utilisé pour ajouter des possibilités d’hébergement touristique - ce qui manquait à l’idée première - et offrir des activités complémentaires. 

«Nous vivons dans la seule région au Québec où on retrouve les sept espèces de salmonidés. C’est unique et nous voulons les faire découvrir, amener les gens à comprendre leur environnement. Nous croyons que c’est un projet qui intéressera les gens et qui nous rendra attractif comme milieu», a souligné M. Demers.

«On souhaite également agrandir le camping et augmenter le nombre de petits chalets disponibles à la location. Nous aimerions aussi faire l’acquisition d’un ponton pour proposer des excursions sur le lac, faire de l’observation d’oiseaux et aller sur les frayères.»

L’océanographe ajoute qu’un sentier d’interprétation sera aussi développé afin de relier l’église à la rivière des Aigles, grâce à l’obtention d’une aide de 24 500 $ du programme Nouveaux horizons. L’objectif est toujours le même : faire découvrir les sites exceptionnels de la municipalité.  

MONTAGE FINANCIER 

La Corporation de développement de Lac-des-Aigles est confiante de réussir à compléter le financement du projet, maintenant que la subvention du gouvernement lui a été accordée. Serge Demers confie d’ailleurs que d’autres sommes ont été confirmées et que des annonces suivront prochainement. 

«Nous faisons aussi, en parallèle, des démarches auprès de potentiels investisseurs. Tout se déroule bien jusqu’ici et nous sommes confiants. L’aide gouvernementale vient aussi prouver que c’est un projet viable qui a beaucoup de potentiel.»

Déjà, une étude de de faisabilité, la réalisation du carnet de santé de l’église et d’un plan d’affaires avaient confirmé qu’il s’agissait d’un projet porteur compte tenu de sa vocation et de sa localisation sur la route touristique des Monts Notre-Dame, près de la porte d’entrée de la Zec Owen, de la pourvoirie Seigneurie Nicolas-Riou, de la Réserve faunique Duchénier et du parc national du Lac-Témiscouata.

«Beaucoup de travail a déjà été réalisé. Nous sommes excités à l’idée de réaliser ce projet», a conclu Serge Demers, précisant que des spécialistes seront éventuellement engagés pour réaliser la scénographie de l’exposition. 

Les membres de la Corporation de développement visent une inauguration du centre d’interprétation pour l’été 2024. 


 

Publicité


Publicité

Commentez cet article