Publicité

10 août 2021 - 09:39 | Mis à jour : 10:54

Cacouna veut obtenir la traverse Rivière-du-Loup-Saint-Siméon au port de Gros-Cacouna

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 10

Le conseil municipal de Cacouna s’est publiquement prononcé pour la toute première fois dans le dossier de relocalisation de la traverse Rivière-du-Loup / Saint-Siméon, le 9 aout. Il a entériné une résolution demandant à la Société des traversiers du Québec (STQ) d’aller de l’avant en assurant le lien maritime entre Saint-Siméon et le port de Gros-Cacouna.

«On continue nos démarches afin d’obtenir la traverse à Cacouna. Il faut qu’une décision soit prise. On ne voit pas en quoi ça nuirait au développement économique de la région», explique la mairesse de Cacouna, Ghislaine Daris. Lors des précédentes décisions de la MRC de Rivière-du-Loup concernant la STQ et la traverse, la mairesse Ghislaine Daris s’était retirée des discussions. Elle affirme qu’il faut voir positivement le potentiel déménagement de la traverse maritime au port de Gros-Cacouna.

«Quand les gens prennent le bateau, leurs vacances sont déjà planifiées, ils ont un itinéraire à suivre. Ça ne les empêche pas de rester une journée de plus dans la région. Je suis convaincue que cette décision permettra d’améliorer l’offre touristique et de prolonger la saison aussi», ajoute Mme Daris. À la sortie du port de Gros-Cacouna, les automobilistes arrivent directement dans le parc industriel de Cacouna et ils ont accès à la voie de contournement vers les autoroutes 20 et 85. «On voit vraiment un avantage économique. Si on ne saisit pas notre chance maintenant, on ne le sait pas si elle reviendra plus tard».

Dans sa résolution adoptée lundi dernier, le conseil municipal rappelle que le port de Gros-Cacouna se situe en eau profonde et qu’il permettrait d’assurer le lien entre le Bas-Saint-Laurent et la municipalité de Saint-Siméon tout au long de l’année, prolongeant ainsi le service en période hivernale. Il estime que le port de Gros-Cacouna est «l’endroit le plus approprié et le plus stratégique, tant au niveau socio-économique que touristique afin d’y aménager la traverse permettant de rejoindre la Municipalité de Saint-Siméon».

Mme Daris tend aussi la main à Rivière-du-Loup afin que les deux municipalités travaillent de concert et de façon complémentaire pour continuer de développer l’offre touristique, avec notamment Duvetnor et de Croisière AML. «On est à quatre ou cinq minutes des hôtels. On pense que ça va amener plus de touristes dans la région parce que le bateau sera plus gros et naviguera plus longtemps. À Cacouna, on cohabite aussi avec l’offre touristique du parc côtier Kiskotuk qui continue de se développer». La mairesse de Cacouna ne croit pas que ce changement constituera un blocage pour les personnes qui souhaitaient séjourner dans la région. Avant de prendre formellement position, la Municipalité de Cacouna souhaitait que l’entente entre le gouvernement du Québec et la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk soit conclue concernant les droits d’occupation pour certaines zones du port de Gros-Cacouna. Une annonce a été effectuée à ce sujet en juillet dernier. Mme Daris assure que tous les projets seront en mesure de cohabiter au port, tant le transport maritime, la recherche que le volet d’activités économiques.

Le 20 mai dernier, le conseil de la MRC de Rivière-du-Loup a statué et adopté une résolution n’appuyant pas la délocalisation de la traverse Rivière-du-Loup-Saint-Siméon à Cacouna, à moins d’obtenir de nouvelles garanties de la Société des traversiers du Québec. La mairesse de Cacouna Ghislaine Daris s’était retirée des discussions. Une copie de la résolution adoptée par Cacouna sera envoyée à Stéphane Lafault, président-directeur général de la STQ, au ministre des Transports François Bonnardel, à Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports, à Caroline Proulx, ministre du Tourisme et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, au député Denis Tardif, à Anne Dupéré, présidente-directrice générale de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, à Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup ainsi qu'à René Michel Ouellet, président de la Corporation de développement de Cacouna.

» À lire aussi : 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

10 réactionsCommentaire(s)
  • Ne vous en faites pas, tout est décidé pour transférer à Cacouna. Investissement pour un nouveau Quai pour un nouveau bateau et plus de problème de dragage. Bien dommage mais ce sera la réalité.

    R Lavoie

    René Lavoie - 2021-08-14 10:39
  • N’eut été du poids politique la logique veut que cette infrastructure soit installée dans un espace où l’eau a assez de profondeur pour permettre ces activités sans de perpétuelles interventions extrêmement onéreuses.

    Serge lemay - 2021-08-11 13:40
  • Et la marina de Riv du Loup aussi, ont aurait de l'eau

    Andre Masse - 2021-08-10 23:33
  • Du dragage il y en a même dans le milieu du fleuve pour faire passer les énormes bateaux. Un gouffre entre les 2 rives. On dirait qu'on veut déshabiller Jean pour habiller Pierre. Est -ce que St-Siméon va -t-il risquer de perdre ses droits au profit d'un village voisin ? Ce serait semblable situation non? Je sens un ti peu de brume dans les paroles , quand il est dit que ça ne dérangera pas Rivière du Loup. De la franchise serait beaucoup plus payante. Des demies véritées c'est enmerdant. Bonne chance à tous ces décideurs pour faire toute la lumière nécessaire pour que personne ne se fasse berner.

    Lina St-Pierre - 2021-08-10 22:53
  • Est-ce que le quai de St-Simeon est en eau profonde , prêt à recevoir un plus gros bateau ?

    Marie-Claire Jean - 2021-08-10 20:36
  • Vivement Cacouna! Que des avantages ! Fini le trafic dans ma rue!

    Patrice Michaud - 2021-08-10 17:47
  • Inconcevable qu'une municipalité voisine et "amie" veule enlever un service établi depuis plus de 100 ans dans la ville-centre régionale.
    Rivière-du-Loup / St-Siméon (et vice-versa) est le lien naturel entre les 2 rives. Cette ville-centre possède tous les services et offre toutes les activités pour les touristes qui y transistent ainsi que pour les entreprises qui y sont installées.
    Je ne trouve aucun point positif ni aucune valeur ajoutée à relocaliser la Traverse.

    Yves Bérubé - 2021-08-10 16:11
  • ➕ En ajout au commentaire de « Pelletier donald » (sic)

    👍 Prenant pour acquis que son commentaire est soutenu par les faits, je ne peux qu’y souscrire et ce sans aucune réserve.

    André Bernatchez - 2021-08-10 13:47
  • C’est la logique économique et stratégique, fini de jeter l’argent à l’eau pour du dragage,milliers de tonnes de sédiments jeter au milieu du fleuve . Pollution des bateaux qui les transportent (sédiments). Un dossier qui serait réglé une fois pour toute, arrêté de penser juste pour votre a vous. Pensons régionale pour une fois.

    Pelletier donald - 2021-08-10 12:19
  • Ici, depuis la région de la Capitale nationale, et reconnaissant commenter qu’à telle enseigne, je «nous » souhaite une traversée à l’année.
    Si quelqu’un peut m’éclairer, le traversier continuerait-il d’emprunter le même trajet i.e. à l’ouest de l’île aux lièvres ou à l’est de celle-ci ❓

    André Bernatchez - 2021-08-10 11:03