Publicité

26 mai 2021 - 06:59 | Mis à jour : 08:47

Transformations d’horaire : des signes encourageants pour les paramédics des Basques

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Une rencontre entre le député Denis Tardif, le CISSS du Bas-Saint-Laurent et le Groupe CAMBI s’est tenue le 18 mai afin de réitérer la demande de transformation des horaires de faction en horaires à l’heure des paramédics des Basques. Cette modification devra toutefois être effectuée dans le cadre de la réforme des soins préhospitaliers d’urgence annoncée par Québec le 10 mai.

Lors de cette réunion, le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata a reconfirmé son engagement dans le dossier. «On est content qu’il réaffirme son appui et nous sommes vraiment satisfaits de voir qu’il ne nous a pas oubliés», a commenté Claude Lachance, directeur du Groupe CAMBI qui gère les points de services de Trois-Pistoles et Saint-Cyprien. Il ne se dit pas surpris du gain de la Coopérative des paramédics du Témiscouata, qui a vu ses horaires de faction transformés en horaire à l’heure le 29 avril dernier pour le secteur de Cabano, à Témiscouata-sur-le-Lac. Ce changement représente un investissement annuel de près de 868 000 $. Le premier ministre François Legault avait formulé un engagement à cet effet lors de son passage à Rivière-du-Loup en juillet 2020.

Les critères pour le passage des horaires de faction en horaires à l’heure devront toutefois être revus et assouplis pour que les paramédics du secteur des Basques puissent espérer eux aussi une modification, affirme l’attaché politique du député Denis Tardif, Nicolas Lessard-Dupont.

«Le meilleur outil pour la conversion sera la révision des critères annoncée dans la réforme du secteur préhospitalier. C’est par cela que la transformation va passer», précise-t-il. Les paramédics sont toutefois encore loin de la coupe aux lèvres puisque les annonces de conversion d’horaires ont habituellement lieu à la suite du dévoilement des budgets gouvernementaux. La Coopérative des paramédics du Témiscouata a pu en bénéficier en 2020. Précédemment, en 2018, les horaires de faction pour les paramédics de Rivière-du-Loup avaient été abolis.

«Trois-Pistoles fait partie des zones qui méritent l’attention du gouvernement et Saint-Cyprien également. L’objet de la rencontre du mardi 18 mai concernait ces deux points de services», ajoute M. Lachance.

Selon les informations obtenues par Info Dimanche, des pressions ont lieu afin d’obtenir au moins un horaire à l’heure dans les secteurs qui sont aussi desservis par un centre hospitalier. C’est le cas de Trois-Pistoles. En avril 2018, des paramédics des Basques ont lancé une pétition afin de sensibiliser la population à l’abolition des horaires de faction. Elle a été endossée par 1 071 signataires.

La modification des horaires de faction en horaire à l’heure améliore le temps de réponse des paramédics sur les appels d’urgence et elle leur permet de bénéficier de meilleures conditions de travail. Il s’agit aussi d’un important levier d’attraction de main-d’œuvre. Claude Lachance confirme que certains paramédics ont décidé de quitter leur poste à temps plein en horaire de faction à la CAMBI afin d’être embauchés dans une autre compagnie de services préhospitaliers pour un poste à temps partiel en horaire à l’heure.

Lors d’un horaire de faction, les paramédics sont de garde pendant un quart de travail de sept jours consécutifs, 24 heures sur 24. Ils doivent résider dans un périmètre de cinq minutes de la caserne et se rendre à l’ambulance avec leur véhicule personnel, puis démarrer le véhicule ambulancier pour répondre à l’appel d’urgence. Parfois, les temps d’éveil consécutifs peuvent dépasser 25 heures. Dans un contexte d’horaire à l'heure, deux paramédics sont à la caserne ou encore dans le véhicule ambulancier, prêts à partir dans la minute après la réception d’un appel d’urgence.

Publicité


Publicité

Commentez cet article