Publicité

9 avril 2020 - 09:24 | Mis à jour : 09:34

Des mesures de confinement chez les pompiers de Rivière-du-Loup

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

L'intervention des pompiers du Service de sécurité incendie de Rivière-du-Loup (SSIRDL) lors de l'incendie du mercredi 8 avril a été l'occasion de voir à l'oeuvre les nouvelles mesures de sécurité mise en place pour faire face au risque de pandémie de la COVID-19. La caserne a même été divisée en deux.

Si dans le feu de l'action les hommes du directeur Éric Bérubé ont privilégié une attaque rapide à la maintenant sacrosainte distanciation sociale, l'oeil averti a néanmoins pu noter plusieurs différences. Ce dernier abonde, oui, plusieurs ajustements ont eu lieu tant à la caserne que sur le terrain.

«Dans l'action, nous n'avons pas le choix et de toute façon, le port de l'appareil respiratoire est obligatoire. Mais dans les aires de repos, nos pompiers essaient de conserver une distance. Il y a aussi l'équipement utilisé qui est rapidement désinfecté, notamment les bonbonnes d'oxygène», souligne le directeur.

Mais les ajustements apportés par le SSIRDL vont bien au-delà de ces simples gestes. La caserne a été divisée en deux secteurs.

«On a physiquement délimité deux casernes à l'intérieur de la caserne. J'ai deux gars qui vivent dans une section, les autres dans l'autre section. Ces gars-là ne se croisent pas. Si jamais j'ai une contamination dans mon groupe A, ce qui condamne partiellement le groupe, le groupe B lui est fonctionnel le temps que la recherche de personne infectée se fasse.»

Évidemment, le SSIRDL a mis fin à ses entrainements et à la formation sur le terrain de ses pompiers et officiers. Là encore, le télétravail est le nouveau quotidien des officiers, notamment du directeur.

«C'est beaucoup de travail. (...) À titre de coordonnateur des mesures d'urgence, nous avons des réunions tous les jours, alors je dois aussi préparer les réunions d'après-midi, je fais mes suivis et évidemment, on doit aussi rester informé alors l'écoute des médias est importante», ajoute Éric Bérubé.

Actuellement, le SSIRDL ne compte aucun pompier infecté du nouveau coronavirus.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article