Publicité
22 février 2019 - 06:57

Enregistrement des armes à feu : une des mesures pour prévenir le suicide

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 17

Six organismes œuvrant sur le territoire québécois en santé mentale ont réalisé une sortie publique pour indiquer que la lutte pour prévenir le suicide doit se faire sur plusieurs fronts, notamment en réduisant l’accès aux moyens de s’enlever la vie, dont les armes à feu.

«Nous sommes pour la prévention et pour rendre le milieu plus sécuritaire», a mentionné Mélanie Dumont, directrice générale du Centre prévention suicide du KRTB, rencontrée par Info Dimanche à la suite de la diffusion de la lettre conjointe émise par les six organismes dont l’Association québécoise de prévention du suicide et le Regroupement des centres de prévention du suicide du Québec.

  >> Aussi à lire : Registre des armes à feu : la goutte qui a fait déborder le vase

Des opposants au registre réclament que les sommes qui sont investies dans le registre soient plutôt consacrées à la santé mentale. «C’est un faux débat», soutiennent les organismes signataires de la lettre. Ils souhaitent en fait le maintien du registre des armes à feu (sans restriction - pour la chasse) et aussi que l’accès à des ressources et des soins en santé mentale soit facilité.

100 QUÉBÉCOIS PAR ANNÉE

«La majorité des décès par arme à feu au Québec sont des suicides et plus de 100 Québécois s’enlèvent la vie à l’aide de ce moyen tous les ans», a-t-on indiqué. L’Institut national de santé publique du Québec indique dans son rapport pour l’année 2016 qu’il y a eu 29 suicides au Bas-Saint-Laurent dans cette période. «Les armes à feu sont le deuxième moyen utilisé dans la région», a précisé Mme Dumont.

La directrice générale du Centre prévention suicide du KRTB explique que le registre des armes à feu est une mesure parmi d’autres comme la vigilance des propriétaires qui se doivent de bien entreposer et sécuriser leurs armes. «C’est mettre des étapes de plus quand vient le choix de s’en servir, du temps pour réfléchir», a précisé Mme Dumont. «Les propriétaires le font pour leur propre sécurité, mais aussi pour celle d’un membre de leur famille, d’un ami ou d’un voisin», a noté l’intervenante. On indique que près du tiers des personnes qui utilisent une arme à feu pour se suicider ne sont pas propriétaires de l’arme.

«Bien que le suicide soit multifactoriel, la présence d’une arme dans la maison multiplie par cinq les risques de suicide. (…) Si le moyen que la personne a en tête pour s’enlever la vie n’est pas disponible au moment où sa détresse est la plus vive, un drame peut être évité», ont indiqué les intervenants en santé mentale dans la lettre.

ACTION RÉGIONALE

Selon Mélanie Dumont, le portrait du Bas-Saint-Laurent est relativement semblable à celui du Québec. Toutefois, les intervenants de la région ont effectué passablement de sensibilisation. «Nous sommes un milieu plus régional dans lequel les armes à feu ne sont pas rares, c’est pourquoi on cherche à poser des actions pour diminuer les drames humains», a souligné Mme Dumont faisant ainsi référence au programme de désistement des armes à feu mis en place au Bas-Saint-Laurent en collaboration avec la Sûreté du Québec. «On invite les gens qui ne veulent plus se servir de leurs armes, ou des successions, à les remettre à la SQ pour destruction. On leur remettra 20 $», a-t-elle précisé.

IMPACT DU REGISTRE FÉDÉRAL

Selon les organismes signataires de la lettre, l’investissement collectif dans un registre est tout à fait raisonnable pour une mesure qui a déjà contribué à sauver des vies. On fait ainsi référence à l’ensemble des mesures fédérales adoptées à la suite de la tuerie à Polytechnique, dont l’enregistrement de toutes les armes. «Ces mesures ont été associées à une baisse des suicides par armes à feu. Au Québec, nous avons constaté une baisse de 53 % des suicides par arme à feu entre 1995 et 2011, et ce, sans indice de substitution avec d’autres moyens», a fait savoir le regroupement. «Il est également démontré que les pays ayant un contrôle plus serré des armes à feu présentent un taux de suicide avec ce moyen inférieur aux pays qui n’en ont pas», a-t-on ajouté.

«Nous enregistrons nos voitures, certains animaux de compagnie. Pourquoi pas nos armes à feu? Pour la prévention du suicide, appuyons le registre, enregistrons nos armes et investissons dans les soins de santé mentale», a souligné le regroupement des organismes œuvrant en santé mentale. «C’est un ensemble de toutes les mesures qui peut finir par faire une différence», a pour sa part conclu la directrice générale du Centre prévention suicide du KRTB.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

17 réactionsCommentaire(s)
  • Posséder des armes à feu n'est pas un droit, c'est un privilège. Nous ne sommes pas aux USA où le port d'armes est inscrit dans la constitution et qui quand à moi ne devrait pas y être inscrit.

    Avec les privilèges vient des obligations. L'enregistrement est une de ces obligations. Et laissez moi en paix avec le gaspillage d'argent. Il s'en gaspille bien plus dans d'autres secteur du gouvernements juste à penser au B.S. corporatif et aux Paradis fiscaux.

    Mais bon il est impossible de dialoguer avec des gens qui se font guider par les émotions***. Ils écoutent trop d'une certaine radio pour comment dire ''laisser leurs émotions de côté'' et entamer un dialogue éclairé.

    *** Émotions qui se lit dans l'exagération empreinte de peur comme : notre passions serais certainement en perile,

    Y.L : ... qui ont consulté le PCAF ...

    Le PCAF n'est pas encore en vigueur, le projet de loi C-71 est un projet de loi et non une loi, donc, la police n'a pu consulter ce registre de permis car il n'est pas en vigueur il est présentement à l'étude par un comité sénatorial et a été différé pour le 01 décembre 2020 ou plus tard.

    Bonne soirée.

    G.Duquette - 2019-02-26 21:50
  • monsieur duquette premierement heureusement que tout les chasseurs se tiennent et se sont pas comme vous , sinon notre passions serais certainement en perile! vous dites que sa na rien changer? alors si apres nous avoir demander denregistrer nos armes gratuitement on nous demande de payer pour enregistrer vous allez en dire quoi?
    le peuple qui avale tout sans poser de question comme des gentille brebis cest pas mal sa le probleme au quebec, on nous dit denregistrer nos armes et que sa va etre bon pour nous alors les gentils quebecois enregistre leurs armes et son content et pensent faire une bonne action !
    pour les personnes en detresse un PPA sa vous dit quelque chose ??
    sa sert selon vous?
    desoler de peter votre bulle monsieur duqette mais le registre ne sauvera pas des vies!

    contre le registre pour la sante mentale - 2019-02-26 18:32
  • @ G. Duquette
    Pour faire 'simple' comme' vous dites, j'aimerais apporter un ou des correctifs à votre texte. Vous dites "La mesure pourrait contribuer à retirer des armes des mains de personnes présentant un risque.." Eh bien non, elle ne 'pourrait' pas, elle peut. Et ça, bien avant le registre. A preuve, j'ai un collègue qui a eu une mauvaise passe et des idées noires. Son épouse à communiquer avec son médecin pour lui faire part de ses inquiétudes et celui-ci a communiquer avec la sureté du Québec, qui ont consulté le PCAF et se sont présenté chez lui pour lui retirer ses armes. Vous voyez, ça existe déjà et ça marche. Bravo à ce médecin qui a su prendre le temps (il ne l'ont que trop rarement malheureusement) écouter et communiquer avec la sureté.

    Quant au texte du Devoir, il identifie très bien le problème, mais le registre n'apporte aucune solution à celui-ci et n'aurait en aucun cas permis d'éviter cette situation.
    Mettre de l'argent pour des ressources et une solution qui permettrait d'être proactif, de prévenir, de faire de vrai analyses et non seulement se fier à ceux qui signe la demande d'une PPA. Ça, ça aurait pu faire une différence, et ça, ce serait une réponse à la lacune identifié dans l'article.
    Associer un numéro à un objet inerte n'est en aucun cas proactif et n'aide en rien à la prévention.

    Y.L. - 2019-02-26 10:53
  • @ Y.L.

    OK je vais faire simple. Présentement, lorsqu'un individu se présente en crise psychologique (état suicidaire, dépressif, panique, etc.,) chez son médecin ou à l'hôpital, le médecin doit demander à cette personne s'il possède des armes à feu chez lui. Il doit se fier à la parole d'une personne en état de crise. Le Collège des médecins du Québec aimerait que le gouvernement rende les données du registre québécois des armes à feu accessibles à ses membres. La mesure pourrait contribuer à retirer des armes des mains de personnes présentant un risque en raison de troubles de santé mentale.

    Facile à comprendre non??? Et pour moi si cette mesure permet d'éviter un suicide ou carnage oui je suis pour. Et comme j'ai déjà dit : Cela n'enlève rien à ma libarté et les coûts sont minimes. P.S. Lisez cet article au sujet de Bissonnette et vous comprendrez peut-être le but recherché par ce registre. : https://www.ledevoir.com/politique/quebec/526498/sante-mentale-et-armes-a-feu-pas-de-vraie-verification

    Et SVP si vous désirez être pris au sérieux évitez donc les phrase stupide et les non sens comme Les arbres.. ce ne sont pas des antennes...il n'y a pas d'internet... qui l'aurait cru!!!
    Une personne en état de crise est rarement à la chasse lorsque cela arrive. La chasse dure qu'une petite portion de l'année, les amres sont accessible 365 jours par années..

    G.Duquette - 2019-02-25 13:19
  • @ G. Duquette
    C'est sur que cela ne change rien dans votre liberté, sinon de vous alléger de quelques dollars en impôt inutilement. Et désolé de vous décevoir, mais les médecins et la majorité des 'autres personnes qui soignent' n'ont pas accès à ce registre. Même les agents de la faune n'y ont pas accès. Ils doivent communiquer avec la sureté pour obtenir de l'info. Et qui plus est, nos magnifiques dirigeants urbains viennent de constater qu'il n'y a pas d'internet en forêt.. Bin non, incapable de faire des vérifications.. Les arbres.. ce ne sont pas des antennes...il n'y a pas d'internet... qui l'aurait cru!!!

    Y.L. - 2019-02-25 10:18
  • @
    contre le registre pour la sante mentale

    Je suis un chasseur et j'ai enregistré mes armes à feu (Ça m'a pris moins d'une heure pour 4 armes). P.S. Depuis, aucun changement dans ma vie pas moins de libarté qu'avant. Pour moi si ce registre permet aux médecins ou aux gens qui soignent des personnes dépressives d'avoir accès à ce registre pour interdire temporairement la possession d'armes lors d'un évênement dépressif je dis Bravo.

    G.Duquette - 2019-02-24 13:51
  • Alors j'aimerais savoir pk dans ma région le dernier suicide par arme a feu le gars ces présentert a l'hopital en détresse pi quon lui a dit de revenir dans quelque jour le service étais engorger et en sous effectife ce que ma confirmer une intervenante du meme hopital ??? Pourquoi y a 5 ans un gars avec une armoire pleinne de carabine ces pendu ??? Si tes en detresse tu va passer a l'acte carabine ou pas !!! J'attend vos réponse !!! haaa oui j'oubliait si vous n'avez pas besoin d'argent de plus ont pourrait l'injecter dans les école pleinne de pourriture dans les racouin ou dans les centre pour personne agée pour des meilleur condition de vie .

    Ian Poulin - 2019-02-23 15:02
  • Les trois raisons invoquées par le gouvernement pour cette aberration de registre sont:
    - ..."connaître la présence des armes à feu sur le territoire du Québec ainsi que leur propriétaire"
    -..."appuyer les agents de la paix dans leur travail d’enquête ainsi que lors de leurs interventions"
    -..."assurer une exécution efficace des ordonnances des tribunaux interdisant la possession d’armes à feu."

    Avez-vous vu une quelconque référence à une supposée diminution du taux de suicide? Non. Parce qu'ils savent que cette référence est douteuse pour le type d'armes visés par le registre.

    Et pour ce qui est des trois raisons invoqués, le gouvernement a déjà toute l'information requise. Sinon, comment peuvent-ils indiquer le nombre d’armes en circulation au Québec? Comment peuvent-ils savoir le nombre de chasseurs qui n'ont pas enregistré leurs armes s'ils n'ont pas l'information???? Étrange non...

    Registre = payer pour une information requise déjà existante. Faut être riche pour se permettre de telles dépenses, alors ne chialer pas contre vos impôts

    Y.L. - 2019-02-23 09:55
  • J'aimerais savoir quel type d'arme ces personnes ont utilisé lorsque vous citez: ¨L’Institut national de santé publique du Québec indique dans son rapport pour l’année 2016 qu’il y a eu 29 suicides au Bas-Saint-Laurent dans cette période.¨ Pour plus de détails, https://www.inspq.qc.ca/publications/2497

    Georges Mailloux - 2019-02-22 17:53
  • La solution magique, Ce registre est supposé réglé un paquet de problème, mais est en fait pour bien des intervenants c'est un constat d’échec car en fait l'arme n'est pas la réel source du problème c'est l'individu ! Faut arrêter d'essayer de corriger des problèmes la ou les actions n'aurons aucune incidence. Détecter, et s'occuper des individus est la seul voit qui donne des résultats. Le registre n'est qu'un leurre qui donne un faut sentiment de sécurité. Un numéro dans une base de donné sérieusement comment est-ce censé protégé contre un suicide???? Le contrôle actuel est bien suffisant si il est bien appliqué. Exemple la police a le registre le plus strict et des policés s'enlève quand même la vie avec leurs armes de service.

    Steve - 2019-02-22 17:14
  • C’rst Non juste pour le Québec ce registre là, prenez toute l’argent que le gouvernement investit dans ce registre. Car il y aura toujours des armes à feu

    Jacques - 2019-02-22 16:31
  • @ G. Duquette,
    Faut lire jusqu'au bout. Les chasseurs PAIE déjà pour l'utilisation de leurs armes, ça s'appelle un "permis". Ils paient deux fois plutôt qu'une car un "permis" est exigé pour chaque type de chasse. Pour être équitable, faudrait exiger une immatriculation pour l’utilisation de la voiture en ville, une pour l'autoroute, une pour les chemins de gravier, etc... Faudrait voir ce qu'en penserait les propriétaires de voitures... Les pro-transport en commun eux seraient heureux.

    Y.L. - 2019-02-22 16:28
  • @g duquette, vous faite l'oreille sourde ! nous (chasseur) avons deja un permis pour avoir des armes a feu(permis de possession ET acquisition) alors quelle est le but de votre intervention, immatriculer nos armes? elles le sont deja , quand on parle sans connaissance de cause cest ce que sa donne ! en quoi une personne depresive avec une arme ENREGISTRER va etre plus en securite ? jaimerais que madame melanie dumont reponde a cette question car je ne la comprend vraiment pas , plutot inquietant venant d'une intervenante du milieu , la Prévention est pas plus la solution a adopter!

    contre le registre pour la sante mentale - 2019-02-22 15:33
  • ...Finalement, pète et répète... on n'ENREGISTE' pas nos voitures, on les I.M.M.A.T.R.I.C.U.L.E.S. Et on les immatricules pour avoir le droit d'utiliser la voiture sur les routes. ...

    Bon alors que l'on I.M.M.A.T.R.I.C.U.L.E.S les armes à feu et on les immatriculera pour avoir le droit d'e les utiliser.

    Simple comme bonjour

    G.Duquette - 2019-02-22 13:54
  • Encore et encre du lobby fait tout croche la cause que vous représenté est importante mais le registre ne changera absolument rien pour aider votre cause même va nuire car enlève une partie de l'argent disponible qui aurait pu vous aidé. Les chiffres véhiculer dans votre article sont pas cohérent avec la réalité, c'est de la désinformation. A ce jour avec l'ancien registre il n'a même pas été prouvé qu'il a pu sauvé une seul vie Pourquoi partout en Amérique du nord il font sans et que nous au Québec il faut avoir cela? Les mécanisme en place actuellement sont parmi les meilleurs au monde. PPA

    Steve - 2019-02-22 12:06
  • C'est se bercer d'illusions et faire preuve d'une naïveté sans bornes que de croire qu'un registre est une mesure préventive. D'ailleurs, Madame la directrice se réfute elle-même en mentionnant que le 'tiers des personnes qui utilisent une arme à feu pour se suicider NE SONT PAS propriétaires de l’arme'. Alors qu'une arme soit enregistré ou non, le personne quo veut se suicider sous fou complétement. De plus, elle ajoute 'Si le moyen que la personne a en tête pour s’enlever la vie n’est pas disponible au moment où sa détresse est la plus vive, un drame peut être évité'. Voilà une vrai solution. Est-ce qu'un registre peu empêcher l'accès à une arme? AUCUNEMENT. Est-ce qu'un registre obligera un propriétaire, qui est déjà obligé en passant, de conserver ses armes dans un endroit sécuritaire? AUCUNEMENT. Ce sont ce que les gens font avec leur armes qu'il faut contrôler, pas les armes.
    Finalement, pète et répète... on n'ENREGISTE' pas nos voitures, on les I.M.M.A.T.R.I.C.U.L.E.S. Et on les immatricules pour avoir le droit d'utiliser la voiture sur les routes. Tout comme un chasseur s'achète un permis pour pouvoir utiliser son arme.
    Ceci étant dit, saviez-vous qu'une personne de 16 ans et plus peut aller s'acheter une voiture SANS MÊME détenir un permis de conduire, SANS MÊME l'immatriculer, pour aller ensuite foncer dans une foule? Ça, personne ne s'en inquiète.. jusqu'au jour ou cela arrivera. Là, tout le monde sera surpris et se demandera comment cela est possible...Là, on pensera à mettre un registre sur les immatriculations.. Qui sait? une autre mesure inutile au lieu de vrais solutions, pourquoi pas.

    Y.L. - 2019-02-22 10:17
  • Selon l'institut de santé publique du Québec, le taux de suicide le plus élevé est au Japon, le pays avec le plus strict contrôle au monde. Même l'Australie qui est souvent "citée en exemple" a un taux plus élevé que le Canada. Selon la même source, on remarque que les aaf sont le 8e moyen utilisé pour les suicides soit 6.6% Chez les hommes, c'est 28% à noter que l'institut ne fait pas la distinction entre arme à feu et explosifs donc le vrai taux d'aaf est inférieur. Aussi, les aaf utilisées sont dans une forte proportion des armes de poing, ne faisant pas l'objet du registre. Et finalement, en quoi le fait qu'une arme soit enregistrée va t-il empêcher quelqu'un de passer à l'acte? La prévention reste le seul moyen efficace.

    Roch Bouchard - 2019-02-22 08:44