Publicité
26 novembre 2018 - 06:57 | Mis à jour : 10:35

« On pourrait grandir encore plus vite » - Jean Bélanger de Premier Tech

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

Le 21 novembre dernier, Jean Bélanger, président et chef de l’exploitation de Premier Tech, a pris quelques instants pour présenter la multinationale louperivoise et répondre aux questions d’équipiers potentiels lors d’une journée d’embauche au Campus Premier Tech de Rivière-du-Loup.

«On pourrait grandir encore plus vite si on trouvait tout le monde dont on a besoin», a mentionné M. Bélanger à près d’une trentaine de personnes intéressées à se joindre à l’équipe de Premier Tech. «Mondialement, on doit avoir tout près de 200 postes à pourvoir, entre 70 et 80 pour la région de Rivière-du-Loup. Il y a de belles opportunités chez-nous», a poursuivi le président et chef de l’exploitation.

Premier Tech compte environ 1200 employés à son campus et une centaine de travailleurs de plus en dehors du site du siège social mais dans la grande région de Rivière-du-Loup. Premier Tech emploie 4500 équipiers dans le monde.

Cette activité faisait partie de la tournée réalisée par l’équipe d’attraction de talent de l’entreprise dans plusieurs villes de la province. Celle-ci a débuté le 16 octobre dernier à Longueuil pour se poursuivre à Québec, Sept-Îles, Chicoutimi, Rimouski, Sherbrooke et Rivière-du-Loup. Montréal sera visitée le 27 novembre et finalement Laval le 29 novembre.

«On a une croissance importante, je pense qu’il faut tout le temps se renouveler, pas seulement dans les produits, dans le recrutement aussi en faisant une tournée d’embauche à travers la province. À date ça dépasse nos attentes, on a tout près de 300 candidats qui se sont présentés aux activités. À ce jour, on a 150 personnes intéressées et intéressantes avec qui on a engagé une conversation qui, espérons-le, mènera à recruter plusieurs personnes de talent. C’est un franc succès selon nos analyses à l’interne», a souligné M. Bélanger.

Les besoins en main-d’œuvre de Premier Tech sont variés : ingénierie, fabrication mécanique, informatique, chaine d’approvisionnement, développement organisationnel, comptabilité et finances, marketing et communications, service client.

Les entreprises ont un travail de recrutement de main-d’œuvre à faire, elles essaient également de garder leurs employés le plus longtemps possible. Jean Bélanger a expliqué que Premier Tech se tire bien d’affaires au niveau de la fidélisation des équipiers avec un taux supérieur à 90 %. «Ce qui me rend très fier, c’est quand on voit à chaque année à Noël alors que l’on va célébrer nos retraités de l’année, d’avoir des gens qui ont pris leur retraite avec 30, 35, 40 et 50 ans dans l’entreprise, qui ont fait toute leur carrière chez Premier Tech», a commenté M. Bélanger.

LEADER DANS LA FABRICATION D’ÉQUIPEMENTS

Premier Tech fête ses 95 ans en 2018. Si l’exploitation de la tourbe de sphaigne est à l’origine de l’entreprise et son développement dans le secteur horticole, elle a diversifié ses activités depuis le début des années 90 notamment dans la fabrication d’équipements pour le secteur de l’emballage, ce qui représente aujourd’hui 80 % des activités de sa division Chronos. Premier Tech est dans le top 3 des joueurs mondiaux à ce niveau et le premier en Amérique.

Lors de la journée d’embauche, les candidats ont pu découvrir l’agrandissement de l’une des 6 usines de Premier Tech à Rivière-du-Loup, dont l’annonce des investissements de 7 millions de dollars a été faite en mars 2017. Cette usine est opérationnelle depuis juin dernier. Cet ajout était requis compte tenu de la demande importante pour ses systèmes d’emballage automatisés fabriqués à Rivière-du-Loup et exportés principalement en Amérique.

D’ailleurs Premier Tech emploie 250 personnes en recherche et développement dont beaucoup sont localisées à Rivière-du-Loup. Jean Bélanger a souligné que deux tiers de la croissance de l’entreprise sont réalisés par le développement de produits à l’interne et l’autre partie par des acquisitions.

Les candidats ont également participé à un 5 à 7 au cours duquel ils ont eu la possibilité de s’entretenir avec des responsables des différentes divisions de l’entreprise. Ils ont aussi pu entendre l’alpiniste Gabriel Filippi lors d’une conférence tenue à la Maison de la Culture.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Je fais partie de ces retraités qui ont travaillé plus de 45 ans . Bravo pour vos réalisations.

    Micheline Thoral - 2018-11-26 16:50