Publicité

31 mars 2016 - 17:40 | Mis à jour : 1 avril 2016 - 08:27

Enquête lève le voile sur le rôle de Marc-Yvan Côté chez Premier Tech

Toutes les réactions 23

Rivière-du-Loup - L’émission Enquête d’ICI Radio-Canada aura certainement eu un effet-choc dans la région alors qu'elle a révélé jeudi une série de courriels échangés entre le ministre Sam Hamad, le controversé Marc-Yvan Côté, le vice-président au développement corporatif de Premier Tech, Yves Goudreau et le président et chef de l’exploitation de Premier Tech, Jean Bélanger.

Le pouvoir d'influence de Marc-Yvan Côté y est explicitement exposé.

Si le reportage fait perdre de sa superbe à l’entreprise louperivoise, un fleuron prenant un soin jaloux de son image, le ministre Hamad en sort, lui, durement écorché alors qu'il serait intervenu auprès du Trésor et aurait fourni de l'aide à Marc-Yvan Côté dans l'octroi d'une subvention.

  >> Le reportage d’Enquête

Les courriels échangés à l'interne et dévoilés dans le reportage démontrent le rôle de facilitateur joué par Sam Hamad dans l’obtention d'aide gouvernementale pour Premier Tech pour des demandes formulées en 2010 et 2011. Le ministre y est décrit comme «notre ami Sam» dans un courriel envoyé par Marc-Yvan Côté et destiné à Jean Bélanger.

Selon ce qui a été dévoilé par Enquête, Sam Hamad n'a pas hésité à donner «des informations confidentielles sur les délibérations au Conseil du Trésor.»

Son contact chez Premier Tech était Marc-Yvan Côté, vice-président du C.A. Or, tel que rapporté par Radio-Canada, l’ancien politicien n’est pas enregistré au registre des lobbyistes. Une omission qui ne l'empêchera pas de capitaliser sur ses accès privilégiés auprès du ministre.

En mai 2012, Jean Charest, en compagnie de Bernard Bélanger, du député Jean D'Amour et du ministre du Développement économique Sam Hamad, annonçait une aide de 19,7 M$ à Premier Tech. De cette somme, 11 M$ provenaient d'Investissement Québec et le reste d’une subvention du ministère du Développement économique de 8 M$.

Le reportage d'Enquête met aussi en lumière un volet du financement politique dans lequel ont contribué Marc-Yvan Côté mais aussi «certains dirigeants et administrateurs de Premier Tech, ainsi que des membres de leur famille». Ces derniers auraient versé plus de 20 000 $ au PLQ lors d'une période allant de 2008 à 2012.

Rappelons que ce mardi 29 mars, Premier Tech confirmait que les fonctions occupées par l’ex-ministre libéral Marc-Yvan Côté sur son conseil d’administration lui avaient été retirées le 17 mars, date à laquelle l’ancien politicien avait été arrêté par l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Le reportage d'Enquête a été présenté jeudi soir à 21 h sur ICI Radio-Canada Télé.

RÉACTIONS

L’opposition, tant le Parti québécois que la Coalition avenir Québec, a réclamé l’exclusion de Sam Hamad du Conseil des ministres. Le PQ a aussi demandé à l’UPAC et au Commissaire à l’éthique d’ouvrir des enquêtes.

De son côté, Amir Khadir de Québec solidaire (QS) a réclamé la démission du ministre Hamad. Quant au député Pascal Bérubé du PQ, ce dernier rappelé sur Twitter que «Marc-Yvan Côté a été banni à vie du PLC en 2005. Malgré cela, le PLQ a fait appel à ses services pour du financement jusqu'en 2012.»

PREMIER TECH

En réaction au reportage diffusé à l’émission Enquête de Radio Canada, ce 31 mars, Premier Tech qui emploie 1 300 personnes, dont 1 025 à son siège mondial de Rivière-du-Loup a tenu à préciser certains éléments.

«Toutes les contributions électorales faites par les dirigeants de Premier Tech, ou les membres de leur famille, ont été effectuées dans le plus strict respect des dispositions législatives applicables. Un faible nombre de dirigeants de Premier Tech ont historiquement contribué, de manière assez marginale, au financement populaire de divers partis politiques autant provinciaux que fédéraux. Premier Tech ignore tout des contributions politiques de M. Marc-Yvan Côté ou des membres de sa famille», a précisé l’entreprise par voie de communiqué.

Quant aux activités de lobbying, l’entreprise assure respecter les règles de cette activité. «Ses employés et dirigeants responsables à cet égard sont dument enregistrés pour tous les dossiers actifs. Premier Tech continue d'être pleinement engagée dans le respect des lois et des règles entourant toutes ses affaires», souligne-t-on.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

23 réactionsCommentaire(s)
  • C'est plaisant de voir que tout ceux qui ici défendent les subventions à PT sauront reconnaitre que les subventions à bombardiers et à toutes les autres entreprises sont aussi acceptable et défendable. Et surtout que en ce temps des impôts ils doivent être heureux de contribuer à toutes ces subventions. Et que lorsqu'ils font le plein d'Essence, ils se réjouissent des taxes qui vont avec.

    G.Duquette - 2016-04-02 18:17
  • Et SVP

    arretez de dire que c'est de l entreprise privée ....
    On saigne les écoles les CPE, les CLD pour financer
    des entreprises qui débordent d'argent, ou qui vivent au dessus
    de leur moyens

    M.L. - 2016-04-02 16:15
  • M-Y Coté avait été radié du PLC
    Je comprend maintenant le ''love in'' de premier tech
    a S Harper aux dernieres élections.

    Pour le reste, c'est pas chic.

    M.L. - 2016-04-02 16:12
  • Le petit village à grande échelle.
    C'est trop drole de voir les commentaires.

    Chacun protège son frère, sa mère, son beau frère, son chum, son voisin, l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours!

    C'est comme ça que le Québec s'appauvrit, tout vire à coup de subvention mais rien ne rapporte réellement, d'autant que beau frère perd pas sa job....

    lucide en vacance - 2016-04-02 07:36
  • La si belle compagnie se fait démasquer!!

    Ti Mand - 2016-04-01 23:42
  • Le problème n'est pas véritablement les subventions que PT ont reçues, c'est plutôt la façon douteuse de procéder pour les obtenir qui fait défaut à mes yeux.
    Avec les deux mégas commissions d'enquête, PT ne peux surtout pas prétendre d'avoir simplement omis d'enregistré Marc-Yvan Côté au registre des lobbyistes. Pourquoi garder celui-ci malgré son passé entaché autre que pour ces compétences à la frontière de l'illégalité?
    Oui, peut-être que PT est un fleuron pour les Louperivois au niveau du développement, de l'ingénierie, ... mais je n’en dirais pas autant au niveau de l'éthique.

    Steve - 2016-04-01 19:28
  • Il ne faudrait pas oublier que premier Tech cest le plus gros employeur de la ville. Si vous voulez qu'il leur arrive du tort, cest votre job, celle de votre fils, voisin ou cousin que ca pourrait impacter. Il n'y a rien qui les oblige à creer les prochains emplois ici, ils pourraient les creer dans un autre pays aussi si le Quebec ne veut plus d'eux!

    Jo - 2016-04-01 19:09
  • @ Réal Landry

    Il faut savoir que cet argent est celui de nos taxes et de nos impôts.

    Jacques - 2016-04-01 17:25
  • Je trouve que c'est tres correct que Premier ait eu des subventions si cela ne viens pas chez nous l'argent ira dans d'autres compagnies donc arreter de critiquer ceux qui travaillent pour faire avancer les choses et aller chercher l'argent qui est disponible dans le gouvernement, localement les municipalites ont progresser avec cela

    REAL LANDRY - 2016-04-01 11:56
  • Demandez-vous donc pourquoi Premier Tech a été chercher Marc-Yvan Côté dans son équipe????? N'oublions pas que Marc-Yvan Côté a été banni du PLC en 2005, et malgré tout, Premier va le chercher. Pourquoi d'ailleurs Premier a décidé de garder Marc-Yvan Côté dans son team après son passage à la Commission Charbonneau.

    David - 2016-04-01 11:02
  • @ Pierre Paul ... Et pourtant oui, dans une démocratie ce devrait être le formulaire suivi d'un protocole pour mener à une subvention, sinon comment veux-tu que cela n'aboutisse pas à de la magouille.

    Jean - 2016-04-01 09:38
  • Une entreprise qui fonctionne à grands couts de subventions

    Analiste - 2016-04-01 09:35
  • Incroyable tous ce qui peut ce dire sur Premier Tech. Cette entreprise est un exemple de réussite et offre a la population des régions une possibilité d'emploi extraordinaire. J'y ai travaillé pendant plus de 10 ans et j'en suis très fier.
    Qu'une entreprise ait du personnel à l'interne dédié aux demandes de subventions (et aux prêts, ce qu'on oublis souvent ) et qui ont des contacts avec les élus provinciaux et fédéraux n'a rien d’exceptionnel. Pensez-vous vraiment qu'il suffise de remplir un formulaire de demande aux fonctionnaires pour les obtenir? On cris aux loups qu'en nos élus ne s'impliquent pas suffisamment dans l'économie local (car c'est bien de cela qu'on parle) et quand ils le fond on se scandalise. L'on t'ils fait dans les règles de l'art je ne sais pas mais chose certaine Premier Tech livre la marchandise contrairement à bien d'autres entreprises québécoise.
    Et à celui qui demande la démission de Jean Bélanger je te recommande d'aller prendre l'air ça va te passer.

    Pierre Paul - 2016-04-01 08:01
  • On lave plus blanc chez PT !!

    Route 20 - 2016-04-01 07:16
  • Connaissez-vous l'expression: "l'argent sous la couverture" !

    Réalisez que ces individus du gouvernement, se sont accordés tous les droits, ils enfreignent la loi sans que personne ne les touches! Alors SVP mettez en prison les responsables, confisquez leurs argents, Donnez des amendes salées aux partis politique fautifs et que justice soit faite!
    Le simple petit qui a de "l'argent sous la couverture", et qui ne respecte pas les règles, vous les punissez? Alors que ce qui se passe avec nos dirigeants est de loin plus grave!

    Alors le temps est venu de mettre sous les verrous les responsables qui ont enfreins la loi, ces gens qui sont en parfaite connaissance des lois. Le temps est venu de faire le ménage de toutes les institutions gouvernementales qui enfreignent les règles.

    Gino - 2016-04-01 06:45
  • À Charles côté, à ce compte on devrait fermer toutes les entreprise privée . Que faites vous des 3000 employés??
    Vous y aller un peu fort, sa sens la jalousie pour en vouloir comme ca à un fleurons Québécois

    Isabelle - 2016-04-01 06:42
  • @ David --- Il ne t'es pas venu à l'idée de te demander pourquoi on demande de s'enregistrer comme lobbyiste et pourquoi il ne l'ont pas enregistré ?
    La petite secrétaire a oublié ? ;-).... nonnnn

    Martin - 2016-04-01 05:18
  • Tous le monde sais depuis longtemps que Premier Tech est une compagnie qui vit au crochet des Gouvernements.
    Maintenant, nous savons pourquoi il semblait si facile à cette entreprise de recevoir subvention après subvention.
    J'espère que ses profiteurs (Les dirigeants impliqués) vont être punie pour leurs malhonnêteté.

    JF - 2016-04-01 04:28
  • Tellement pas surprenant, Premier Tech est une suceuse à subvention, rien de moins! À quand les accusations pour les dirigeants de Premier Tech et la fermeture de cette compagnie à comportements douteux...

    Charles Côté - 2016-04-01 00:04
  • Le seul tord de premier Tech c'est de ne pas avoir enregistré marc yvan côté comme lobbyistes. Sinon toutes les entreprises font ca du lobbying. Pour Sam Hamad c'est plus délicat

    David - 2016-03-31 22:19
  • Allez lire les courriels de Jean D'Amour ...

    Libéral Libéral Libéral - 2016-03-31 21:25

  • Conseil d'administration IGNOBLE? Direction CORROMPUE?

    Que le président, Jean Bélanger, DÉMISSIONNE!!!

    Pourri comme de la tourbe! - 2016-03-31 21:22
  • Premier Tech et quel autres institutions .... Je suis un ex-fonctionnaire retrairé, dans la région depuis 12 ans. Quand on a vent, que Roche est engagé pour vérifier l'installation de fenêtres dans des HLM de la région, on sursaute ! Roche collabore avec plusieurs ministères et grandes entreprises dans lesquels j'ai bossé. Qu'une Municipalité de moins de 3,000 âmes à l'époque, ait les sommes pour inscrire Roche sur sa feuille de paie, me semble abherant. Il y a anguille sous roche dans les chaumières du BSL.

    Monsieur Perso - 2016-03-31 21:14