X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Forêt: l'opposition interpelle Jean D'Amour

Chargement du vidéo
durée 8 mai 2015 | 06h32
  • Nicolas Ouellet
    Par Nicolas Ouellet

    journaliste

    Voir la galerie de photos

    Rivière-du-Loup – Après Francis Albert, directeur général du Groupement forestier du Témiscouata et le milieu forestier bas-laurentien, c'était au tour des députés de l'opposition péquiste Harold LeBel et Pascal Bérubé d'interpeller le ministre de la région du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour, pour trouver une alternative au Programme de création d’emploi en forêt (PCEF) qui a été aboli par le gouvernement.
     
    « Lors de la période de questions cet avant-midi (jeudi), j’ai demandé au ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Jean D’Amour, s’il pouvait confirmer les propos de Francis Albert, qui estime qu’il y aura 5 M$ de moins en forêt privée, 1 M$ de moins pour les lots intramunicipaux (gérés par les MRC) et 500 000$ de plus en forêt publique. Ce qui fait un total de 5,5 M$ de moins en forêt privée pour l’ensemble de la région. Finalement, c’est le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard qui a pris le micro, sans remettre en question les calculs évalués par M. Albert », explique Harold LeBel.

    L'abolition du Programme de création d'emplois en forêt annoncée la semaine dernière par le ministre Laurent Lessard, mènera à la perte de quelque 200 emplois au Bas-Saint-Laurent.

    Au Groupement forestier de Témiscouata, ce sont plus de 30 travailleurs qui seront mis à pied et entrainera une perte de 700 000$ pour le Groupement. Celui-ci emploie annuellement environ 160 personnes, incluants les travailleurs saisonniers.
     
    « Cette démonstration a pourtant été faite par les représentants des groupements forestiers lors d’une rencontre tenue avec le ministre Lessard, tout récemment. Il faut que le gouvernement cesse de nier les faits alors que des centaines de travailleurs forestiers de notre région se retrouvent sans emploi suite à cette décision », ajoute le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé.
     
    Harold LeBel et Pascal Bérubé invitent donc le ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent et le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs à coopérer avec les députés de l’Est de la région et de s’asseoir avec les producteurs forestiers afin de trouver une solution. Ce sont 200 emplois pour la région et 38 M$ en retombées économiques dont il est question.

     

     

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    14 avril 2024 | 14h28

    La chasse à l’oie, une activité complémentaire à celle des effaroucheurs

    L’oie des neiges est de retour au Bas-Saint-Laurent pour quelques semaines en attente de poursuivre sa migration vers son aire de reproduction dans l’Arctique canadien. L’intervention de chasseurs, en accord avec les propriétaires des terres agricoles et dans le respect de ces dernières, peut être complémentaire au travail des effaroucheurs et ...

    14 avril 2024 | 14h19

    Le Québec et le Bas-Saint-Laurent perdant sur toute la ligne selon Maxime Blanchette-Joncas

    Le député de Rimouski–Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, a dénoncé le peu d’investissements de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) au Québec, alors que le Québec est plongé en pleine crise du logement. Selon le Bloc Québécois, quand Ottawa choisit les projets, le Québec est lésé. Des chiffres obtenus ...

    14 avril 2024 | 7h10

    Le Jeune Barreau de Montréal lance sa 42e Clinique juridique téléphonique

    Le Jeune Barreau de Montréal (JBM) lance sa 42e édition de la Clinique juridique téléphonique, qui aura lieu les 20 et 21 avril prochains. Le temps d'une fin de semaine, avocats et notaires se mobiliseront pour offrir des conseils juridiques gratuits par téléphone à la population de partout au Québec. Cette initiative constitue, avec d'autres ...