Publicité
30 septembre 2014 - 10:32

Réforme du réseau de la santé: le milieu communautaire est inquiet

Rivière-du-Loup -  L’annonce du Dr Gaétan Barrette, ministre de la Santé, concernant la réforme de la gestion du système de santé inquiète au plus haut point les organismes communautaires. Pour les regroupements régionaux qui les représentent, cette nouvelle réforme pourrait avoir des conséquences néfastes pour le milieu communautaire, mais également pour l’ensemble de la population.

Rappelons que des milliers d’organismes communautaires du Québec reçoivent une aide financière via les agences de santé régionales en soutien à leur mission.

«Depuis 15 ans, nous avons établi des mécanismes de concertation avec les agences en vue d’assurer un meilleur appui à des milliers d’organismes communautaires qui viennent en aide à plus de 2 millions de Québécois chaque année, des populations souvent vulnérables. Dans un contexte de coupes, les organismes se verront-ils intégrés dans des programmes et forcés d’offrir des services délestés par le réseau? Quels seront les pouvoirs des nouveaux gestionnaires? Les organismes communautaires réussiront-ils à préserver leur autonomie? Les conventions signées avec les Agences seront-elles encore valides? » se questionne Sébastien Rivard, porte-parole de la Coalition des tables régionales d’organismes communautaires, qui regroupent près de 3000 de ces groupes.

« Les administrateurs des nouveaux Centres Intégrés de Santé (CISSS) devront comprendre l’importance de soutenir les organismes communautaires pour leur mission première »,  souligne M. Rivard.

De façon plus large, la CTROC se demande aussi ce qu’il adviendra de la régionalisation des soins de santé qui visait à adapter les services offerts aux besoins spécifiques de chaque région. La centralisation inégalée des pouvoirs dans les mains du ministre et de conseils d’administration nommés par ce dernier est assurément une menace au fonctionnement démocratique et le maintien d’une cohérence régionale dans divers dossiers.

La réforme soulève également de nombreuses questions concernant la prévention en santé. Quelle sera la place de l’approche préventive dans un réseau dirigé par une mégastructure administrative qui inclut plusieurs hôpitaux? L’argent investi en prévention sera-t-il détourné pour combler les besoins du réseau?

« Le milieu communautaire talonnera le ministre de la Santé et des Services sociaux afin d’obtenir des réponses à ses questions et pour tenter de réduire l’impact négatif que pourrait avoir une telle réforme sur le travail des organismes communautaires et plus largement sur les services de santé et les services sociaux », conclut M. Rivard.

 

Publicité

Commentez cet article