X
Rechercher
Nous joindre

Une question de transparence

durée 19 avril 2023 | 14h56
François Drouin
duréeTemps de lecture 4 minutes
Par
François Drouin

Publication d’un reportage choc du média pivot.quebec (anciennement connu sous le nom de Ricochet) ce mercredi matin. À coups d’extraits de courriels échangés entre les fonctionnaires de la Ville et le lobbyiste Robert Cooke de Medway, le texte de Sam Harper expose les liens étroits entre l’entreprise et la Ville de Rivière-du-Loup. Une proximité que n’ont pas cessé de dénoncer les opposants depuis plus d’un an maintenant.

     -> Cliquez ici https://pivot.quebec/2023/04/19/une-histoire-damour-entre-la-ville-et-un-promoteur-le-projet-medway-de-riviere-du-loup/

Le reportage est l’illustration parfaite de ce qu'exposait notre journaliste Marc-Antoine Paquin dès son premier article paru le 23 mars 2022.

«Pascal Tremblay concède que les deux projets sont cohérents [le PPU et le projet de Medway] et qu’ils vont très bien de pair, mais que la volonté de l’administration municipale de définir ses orientations concernant son centre-ville tiendra toujours si l’entreprise décidait de revoir ses plans.

Quoi qu’il en soit, Medway semble être décidée à profiter des opportunités offertes à Rivière-du-Loup. Selon Robert Cooke, la Ville et l’entreprise travaillent main dans la main vers la réalisation d’un projet et les deux parties espèrent pour le mieux.

[…] Il confie aussi n’avoir pas hésité à faire «une recommandation favorable» à l’entreprise, en fonction des orientations déposées par la ville dans le cadre de son PPU.»

Ce que vient confirmer le texte de Sam Harper, c’est à quel point la Ville et l’entreprise ont travaillé «main dans la main» pour reprendre les mots de Marc-Antoine. Les extraits de courriels, pardonnez ma naïveté, sont troublants.

Cette étonnante proximité entre le promoteur et l’administration municipale soulève de nombreuses interrogations. Et c’est sans aborder le Plan particulier d’urbanisme (PPU). Cet outil, on le voit, est un couteau à double tranchant. Dans l’exposé qu’en fait le journaliste Harper, il sert non pas à protéger, mais à empêcher toute forme de contestation.

Le PPU, du moins ce que j'en comprends, c'est un plan détaillé qu'une municipalité se donne afin de prévoir des changements dans un secteur donné, par exemple, la revitalisation d'un centre-ville. Le PPU vient établir des objectifs et propose des mesures afin de les atteindre, ce qui inclut des règlements d'urbanisme et des aménagements. Quand on lit l'article de pivot.quebec, on en déduit que celui de Rivière-du-Loup a été conçu pour aplanir toute forme d'embuche au projet de Medway. Ce n'est pas une vision, mais un rouleau compresseur.

Il y a un terme qui me vient en tête pour décrire ce type de stratégie tacite et il se détache du reportage mis en ligne mercredi. La population qui a été tenue dans l'ignorance des démarches en cours et qui a sans doute été un peu manipulée est la grande perdante.

La manipulation trouve écho dans cet extrait d’un courriel envoyé par le directeur du service des communications de la Ville de Rivière-du-Loup, Pascal Tremblay et publié dans l’article de Sam Harper : «Compte tenu du biais favorable observé jusqu’ici par la radio locale et les retombées positives attendues, nul doute que les médias locaux vont paver la voie et faire la promotion du projet dans la journée demain, préparant ainsi l’opinion publique favorablement.»

… [insérez ici une profonde respiration]

«… nul doute que les médias locaux vont paver la voie et faire la promotion du projet dans la journée demain, préparant ainsi l’opinion publique favorablement.» Vous vous demandez à quoi sert votre service des communications? Entre autres à ça.

Je suis fier qu’Info Dimanche n’ait rien pavé, nous sommes dans l’information et non dans la voirie. Je suis fier que nous ayons donné la voix aux opposants comme à ceux en faveur du projet. Info Dimanche n’a pas d’agenda. Nous sommes ouvertement pour, pour une information sans parti pris et sans biais. Oui, j’aurais aimé que ce soit Info Dimanche qui ait l’idée de faire appel à la Loi d’accès à l’information pour obtenir la correspondance entre le lobbyiste de Medway et la Ville, et malgré l’ego froissé, je ne peux que me réjouir de la publication du reportage de Sam Harper.

En juin dernier, j’ai abordé le projet de Medway sur ce même blogue, son côté "mamouthèsque" et sans âme (quoique franchement moins laid que le design de la Maison des ainés qui n’aurait jamais dû voir le jour à cet endroit). Malheureusement, je n’avais pas saisi les implications cachées qui ont permis au projet d’aller si rapidement de l’avant.

Il est encore tôt pour prononcer ce mot jamais nommé, mais qui transpire de la trame narrative de l’article de pivot. Il faudra poursuivre le travail d’enquête. Et s’il est démontré, les élus devront en répondre… et rendre des comptes.

*****

Pendant ce temps, aux séances du conseil municipal, du temps précieux est gaspillé sur la pertinence ou non d’offrir accès aux citoyens à un téléphone relié au réseau par un fil de cuivre.

*****

Info Dimanche a demandé l’accès à ces courriels par la Loi d’accès à l’information. Nous sommes en attente d’une réponse. Ce billet est rédigé sur la base des informations diffusées via Pivot. Nous sommes aussi dans l’attente d’un retour de la Ville de Rivière-du-Loup.

 

commentairesCommentaires

1

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

  • RC
    Raymond Cadrin
    temps Il y a 12 mois
    Bravo pour cette information et le rappel de l’importance de la transparence!
    Même pour le transfert du CLSC dans ce Complexe de santé Medway, les jeux semblaient faits...
    Bravo à Infodimanche d’avoir permis l'expression de différents points de vue sur ce projet plus que contestable...