Publicité

29 mai 2013 - 10:02 | Mis à jour : 10:03

École de boxe: de nouveaux murs qui ont une histoire

Toutes les réactions 1

Rivière-du-Loup – On connait tous l’expression faire du neuf avec du vieux, et cette expression sied parfaitement au projet d’expansion de l’École de boxe olympique de Rivière-du-Loup. Et en fait de vieux, il faut l’avouer, il a de la gueule.

Le 17 mai dernier, Mathieu Lavoie-Dion, Gilbert Dion et Hervé Hodgson se sont portés acquéreurs de l’immeuble situé au 508, rue Lafontaine. Une bâtisse patrimoniale qui abrite notamment la boutique Vézina Mode.

Si la mercerie poursuit ses activités et demeure locataire, la partie arrière de l'immeuble devrait accueillir ses nouveaux propriétaires. Déjà, le second étage est occupé par des bureaux locatifs. Le troisième étage accueillera les bureaux d’Équipe Synergie Conseil. C’est donc au sous-sol et principalement au rez-de-chaussée que, si tout va bien rappelle Mathieu Lavoie-Dion, sera aménagé le gymnase de l’EBORDL.

« Il n’y a aucun plan de fait et nous devons évaluer la nature et les coûts des travaux d’aménagement qui nous permettront de mener à bien nos projets d’expansion. Le projet doit être économiquement viable pour nous. Alors à ce moment-ci, il est encore prématuré de parler de déménagement. »

C’est donc dire que le club de boxe pourrait doubler sa superficie. Le gymnase actuel dispose d’une surface de 3 000 pieds carrés. Il en comptera dorénavant pas moins de 6 000. Mieux encore, il disposera de vestiaires et de douches, qui seront aménagées au sous-sol, ce qui lui fait actuellement défaut.

UN CACHET UNIQUE

C’est en parcourant le rez-de-chaussée que l’on est le plus à même d’apprécier le cachet indéniable de ce vieil immeuble. Des poutres immenses en bois, des murs de briques, le décor se suffit presque à lui-même. Planté debout dans sa future salle, les références aux mythiques gymnases de boxes américains fusent. « C'est comme Philadelphie dans Rocky, c'est un lieu vintage », lance sourire en coin, Mathieu Lavoie-Dion.

C'est plus que vintage, c'est un édifice, un local qui a une histoire, une âme et avouons-le, de la personnalité. Une personnalité qui sied à merveille à un club de boxe. Le charme a un prix et rénovation incluse pour l’ensemble de l’immeuble, la facture dépassera le trois quart de million.

UN RÊVE

 « La première fois où j’ai mis les pieds dans le local, j’ai su que c’était fait pour un club de boxe. C’était notre rêve. C’est un renouveau, ça sera complètement différent », commente le copropriétaire.

De plus, l’école se rapproche du Collège Notre-Dame avec qui elle est liée par le programme Sports-études. Mais selon M. Lavoie-Dion, ce n’est que pure coïncidence. L’EBORDL cherchait avant tout à agrandir tout en demeurant au centre-ville. Le club a des projets d’expansion et pour y arriver, l’aménagement de locaux plus spacieux est un passage obligé.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Ça pourrait être formidable de prendre le cente Énergie Cardio comme locataire. Ils sont présentement à la recherche d'un local. Alié centre-ville et club de boxe. WOW

    un sportif - 2013-05-29 15:03