Publicité

26 juin 2022 - 06:08

Jeux du Québec : «Le milieu est toujours mobilisé»  

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le gouvernement du Québec n’a pas accepté d’offrir une nouvelle aide financière à l‘organisation de la 56e Finale des Jeux du Québec à l’aveuglette. Le comité organisateur a prouvé que le milieu louperivois avait fait son bout de chemin dans cette aventure et surtout qu’il était toujours aussi mobilisé à accueillir le plus grand événement sportif amateur du Québec.  

«Avant d’aller demander du financement supplémentaire, on s’est assurés que milieu voulait encore cette finale-là et y participer. C’était la première étape et on a vraiment eu cette assurance-là», a souligné la directrice générale du comité, Karine Malenfant, le 16 juin.   

«Nos partenaires pour les infrastructures, par exemple, sont tous disponibles et de retour […] On a vraiment eu de l’appui et je sens aussi que les gens veulent vraiment cette finale-là, veulent faire partie de cet événement. Je le sens encore plus qu’avant et c’est important parce que sans toute la population qui gravite autour, la finale n’a pas lieu, elle n’existe pas.»

Au cours des derniers mois, l’organisation a aussi rappelé au gouvernement que la Ville de Rivière-du-Loup n’avait pas à injecter davantage de sous, puisqu’elle donnait déjà plus que n’importe quel milieu hôte. Autre élément majeur : les partenaires privés se sont mobilisés à la hauteur de 1,3 M$, une somme «énorme» pour un milieu comme Rivière-du-Loup.

«Ce n’est pas toutes les organisations qui peuvent lever autant de sous. […] Je crois qu’on a vraiment prouvé que le milieu était mobilisé autant en ressources humaines que financières. Le gouvernement l’a senti et a compris qu’on avait fait notre part».

Maintenant que la bonification financière est arrivée, le boulot reprend pour le comité organisateur. Si la machine n’a jamais été entièrement à l’arrêt, les choses vont s’accélérer au cours des prochains mois. 

L’une des priorités? Recruter du personnel. Seulement 6 des 37 personnes qui participaient à la livraison de la finale à l’hiver 2022 sont toujours présentes. Devant l’incertitude qu’il y avait autour d’un report, des coordonnateurs et coordonnatrices ont notamment quitté pour l’organisation de Rimouski. 

«On cherche actuellement 25 personnes, dont certains coordos pour les postes aux sports, aux communications, au transport et à la sécurité […] On cherche aussi des gens sur le terrain, puisque c’est essentiel pour nous», résume Karine Malenfant. 
«Il n’est pas non plus exclu que certains coordonnateurs ou coordonnatrices de Rimouski puissent revenir faire du temps. Certaines personnes de l’organisation de Laval pourraient aussi se joindre cet automne», souligne-t-elle. 

Le recrutement de bénévoles sera aussi un défi pour l’organisation. Plusieurs centaines de personnes intéressées à donner du temps s’étaient manifestées il y a quelques mois, mais d’autres devaient toujours être trouvées. Le processus reprendra donc de ce côté. Bon an, mal an, 2 500 bénévoles contribuent à la réalisation des Jeux du Québec.

Puis, il y a toute la question de l’approvisionnement et de l’augmentation de certains postes budgétaires. 

«C’est quelque chose qu’on avait commencé à vivre, mais je pense que ça s’est intensifié. Quand on a fait la demande supplémentaire, on avait prévu un pourcentage d’inflation et d’augmentation dans certains postes budgétaires, notamment en alimentation et au transport et ce sera quelque chose à surveiller […] Il n’est pas impossible qu’on doive faire certaines choses différemment, alors on reste vigilants à ce niveau-là.»

La bonne nouvelle, c’est que l’organisation ne repart pas à zéro. Plusieurs éléments clés des Jeux, comme la sélection des blocs de compétition, tiennent toujours et faciliteront la préparation vers la livraison en mars 2023. «C’est reparti pour une troisième ronde!»
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article