Publicité

4 juin 2022 - 06:00

Un groupe d’amis fait de la magie à Halifax 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Des joueurs de hockey originaires d’un peu partout dans l’Est-du-Québec ont prouvé cette fin de semaine que rien n’est impossible quand un groupe compte sur un extraordinaire esprit d’équipe. Qu’une formation tissée serrée, qui joue en confiance et dans le plaisir, peut réussir de grandes choses, peu importe le défi qui se dresse devant elle. 

Vincent Aucoin, Jasmin Bouffard, Jacob Arseneau, Victor Arseneau, Jasmin Lapierre, Louis-Charles Bourque, Zachary Chouinard, Raphaël Cyr, Logan Gallant, William Dubé, Xavier Thibault, Julien Nadeau, Charles Levasseur, Gabriel Rhéaume, Nathan Ruel et Mathéo Poirier ne se connaissaient pas tous il y a quelques années à peine. 

Certains évoluent aux Îles-de-la-Madeleine, d’autres en Gaspésie ou dans les régions de La Matapédia, Rimouski, Témiscouata ou encore Rivière-du-Loup. Et bien que plusieurs d’entre eux ont évolué au sein de la formation M13 AAA de l’Est-du-Québec, ou avaient fait partie de la sélection Pee-Wee BB qui a remporté la Coupe Desjardins dans la région de Gaspésie - Les Îles, les joueurs n’avaient jamais joué tous ensemble lors de matchs officiels. Un léger détail qui ne les a pas empêchés de remporter les grands honneurs du Blue Bataillon Cup, un tournoi printanier organisé à Halifax en Nouvelle-Écosse, la fin de semaine dernière. 

La clé de cette réussite? Une belle et grande amitié qui évolue et se développe grâce à des activités de hockey printanières et de camps de hockey estivaux. 

«Plusieurs de ces joueurs se sont rencontrés en 2019, avant de se revoir en 2020 malgré la pandémie et en 2021 lors de différents événements de hockey. Ils ont passé du temps ensemble, sont devenus amis et ont bâti des liens forts. Les parents aussi. Plusieurs sont restés en contact», explique Emmanuel Aucoin, le père de Vincent.  

L’an dernier, au mois d’aout 2021, pratiquement tous ces jeunes athlètes ont participé à une école de hockey d’une semaine aux Îles-de-la-Madeleine, à l’invitation de M. Aucoin. «C’est quelque chose que j’avais proposé l’année précédente et on l’a fait. Neuf familles ont fait la route pour y participer et rejoindre des jeunes des Îles. Ils jouaient et pratiquaient leurs habiletés en avant-midi, puis faisaient des activités le reste de la journée comme la pêche, la plongée, la plage… Ils ont adoré ça. Ç’a été une expérience formidable. Tout le monde a eu beaucoup de plaisir», raconte-t-il. 

Tenter de se réunir et de se voir est devenu une tradition pour le groupe et évidemment leurs parents. En 2022, ils ont décidé de faire différent : former une équipe et s’inscrire à un tournoi de hockey printanier à Halifax en Nouvelle-Écosse. Une façon d’étirer leur dernière saison Pee-Wee, de se préparer à faire le saut chez les Bantam et d’avoir du plaisir tous ensemble encore une fois. 

Six joueurs du KRTB, Xavier Thibault et Julien Nadeau de St-Louis du Ha-Ha!, ainsi que Charles Levasseur, Gabriel Rhéaume, Nathan Ruel et Mathéo Poirier de Rivière-du-Loup, en faisaient partie. 

Côté résultats, les attentes restaient cependant prudentes, entre autres puisque les mises en échec étaient permises, ce qu’on ne voit pas dans la catégorie Pee-Wee (M13) au Québec. Il y avait aussi le fait qu’ils ne se connaissaient pas encore énormément comme joueurs de hockey. 

Malgré tout, la magie a opéré, rapidement. Mentionner que tout s’est déroulé pour le mieux relèverait même de l’euphémisme.
«On ne savait pas trop à quoi s’attendre. Jouer contact, c’était nouveau pour eux et ils étaient en terrain hostile, en quelque sorte, mais on a vu très vite qu’il se passait quelque chose de spécial», relate Emmanuel Aucoin. 

L’équipe a remporté son premier match 8 à 1, envoyant un message clair aux adversaires des Maritimes. De partie en partie, la formation a continué de s’ajuster, a gagné en confiance et ne s’est jamais laissé intimider. 

«Le mot s’est passé rapidement qu’il allait falloir nous frapper pour nous arrêter. Ça jouait très dur avec des mises en échec au centre de la glace et l’arbitrage n’était pas toujours adéquat. Les gars ont toutefois tenu le coup. Ils ont misé sur leur talent, leurs habiletés et ils ont démontré beaucoup de caractère», souligne le père de famille, encore impressionné par la performance de l’équipe. 

Les joueurs ont aussi – surtout – illustré de façon magistrale la chimie et la confiance qu’ils ont développées entre eux dans un court laps de temps. «Aux Îles, je crois que les jeunes ont bâti quelque chose ensemble. Puis, ils ont cru en eux très rapidement. Ils ont tous embarqué dans la danse et ils ont joué tout un tournoi.»

Le groupe a finalement remporté ses six matchs, dont la finale par la marque de 6 à 3 contre le Freeze du Cap-Breton, une équipe locale. Cette partie ultime a même été interrompue par l’organisation avant la fin de la 3e période en raison des dérapages et des risques de blessures. Preuve, si cela en est une, que ce n’était pas un tournoi ordinaire pour des jeunes de moins de 13 ans. 

«Ç’a vraiment été une victoire d’équipe. Tous les joueurs ont joué et ont contribué. C’est la beauté de la chose. Le but premier, c’était d’avoir du plaisir et il y a une cohésion d’équipe qui est née de tout ça», résume Emmanuel Aucoin, se rappelant la camaraderie, les blagues et les fous rires du voyage. 

Décidément, ce groupe issu de plusieurs régions de l’Est-du-Québec possède un lien étroit, fort. Une relation «précieuse», estime M. Aucoin, qui devrait continuer de fleurir et qui pourrait bien contribuer au succès des prochaines équipes de la Structure intégrée des Albatros. 

Dès le mois d’aout, plusieurs se présenteront d’ailleurs au pré-camp de la formation Bantam AAA en espérant se tailler une place au camp régulier. Une occasion de se revoir, mais aussi peut-être de poursuivre une aventure pour le moins unique.  
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article