Publicité

24 mai 2022 - 06:55 | Mis à jour : 08:28

Gymnastique : un beau succès pour le Challenge des régions

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Pour des centaines d’athlètes, il s’agissait d’une première grande compétition provinciale après des mois de pandémie. Pour Rivière-du-Loup, c’était une opportunité de se préparer – du moins en partie – à une éventuelle présentation de la finale des Jeux du Québec.  Mais pour une raison ou une autre, le 11e Challenge des régions a été couronné de succès, cette fin de semaine. 

Présentée du 20 au 22 mai, la compétition d’envergure a fait vibrer le Stade Premier Tech. Plus de 800 athlètes âgées de 9 à 20 ans, accompagnées de tout autant de parents, s’y sont donné rendez-vous pour performer au nom de leur région. Les épreuves de routines au sol, de sauts, de barres asymétriques, de poutres, de tumbling et de trampoline, toutes sanctionnées par Gymnastique Québec, étaient à l’honneur. 

L’Est-du-Québec était représentée par une cinquantaine d’athlètes, dont certaines représentantes des clubs des Gymnoss de Trois-Pistoles, Cabgym du Témiscouata et RDLGym de l’École secondaire de Rivière-du-Loup.

Entraineuses et gymnastes étaient heureuses de concourir à un niveau plus élevé et de retrouver la fébrilité d’une compétition d’ordre provinciale. 

«Ç’a vraiment fait du bien de voir les athlètes et les entraineuses que nous n’avons pas vues depuis longtemps. C’était vraiment agréable de retrouver de grosses compétitions avec les autres régions», a partagé l’entraineuse Audrey St-Pierre du programme de gymnastique de l’École secondaire de Rivière-du-Loup, dimanche.  

«Nos gymnastes sont aussi chanceuses d’avoir pu vivre ça à la maison, a souligné sa collègue Rose Gagnon-Yelle. Ça fait quelques années qu’elles ne faisaient pas de compétitions et elles ont quand même persévéré dans le gym, même si elles n’avaient pas d’événements pour se motiver. C’est le fun qu’elles aient enfin eu ce moment.»

Pour Amélia Nadeau, la compétition a été une belle opportunité d’apprendre et de gagne de l’expérience en côtoyant des athlètes d’ailleurs au Québec. Elle a aussi apprécié l’opportunité de vivre ça à la maison. «C’était plaisant d’être chez nous et de pouvoir compter sur nos amies pour nous encourager. On était aussi plus à l’aise», a-t-elle confié tout sourire. 

MISSION ACCOMPLIE 

C’est le Comité organisateur de la 56e Finale des Jeux du Québec – Rivière-du-Loup 2022 qui a accepté de prendre en charge la tenue du 11e Challenge des régions, en collaboration avec l’Association régionale de gymnastique de l’Est-du-Québec. 

Au terme de cette fin de semaine, qui s’avérait une occasion de mobiliser ses employés et des bénévoles, ainsi que de lui permettre de se faire les dents sur une compétition d’importance, l’organisation était très heureuse. 

«Pour nous, ce n’est rien comparativement à une finale des Jeux, puisque nous n’avions qu’un sport à nous occuper. Mais en même temps, on n’avait jamais accueilli une compétition de cette envergure et c’était un test pour savoir comment travailler avec la surface synthétique et avec les spectateurs. Il y a des défis avec la bâtisse, mais on voit que le Stade est capable d’en prendre. On a appris beaucoup et c’est rassurant», a partagé la directrice générale du COFJQ – 2022, Karine Malenfant.

Selon elle, les visiteurs ont quitté Rivière-du-Loup très heureux de leur fin de semaine, soulignant avoir beaucoup apprécié la ville. «Les entraineurs nous ont également dit que la compétition s’était super bien déroulée, que les installations étaient belles et que les athlètes avaient de bonnes conditions pour performer et apprendre. On a donc aussi atteint notre objectif de ce côté-là.»

Le Challenge des régions a permis à la région de bénéficier de retombées économiques importantes. Selon Mme Malenfant, tous les hôtels de la région étaient complets et les restaurants ont connu un fort achalandage. Un coup de pouce qui a été le bienvenu de ce côté. 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article