Publicité

20 février 2022 - 06:59

La marche nordique, une discipline à découvrir

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Elle se pratique avec des bâtons, et d’un œil extérieur, elle peut piquer la curiosité. Or, la marche nordique est un autre de ces sports quatre saisons qui gagnent en popularité dans le milieu du plein air et dont les bienfaits rattachés à une pratique de qualité sont impressionnants. Un sport pour les personnes âgées, vous dites? Détrompez-vous.

«Il faut vraiment démystifier la marche nordique», lance Lorraine Ouellet, une adepte louperivoise de cette discipline trop souvent regardée de haut à tort, estime-t-elle. Mme Ouellet a contacté Info Dimanche la semaine dernière. Tombée sous le charme de ce loisir, elle voulait en faire la promotion et informer les gens sur son existence, «parce que c’est encore trop peu connu ici», mais surtout détruire les mythes qui l’accompagnent parfois. Le premier et sans doute le plus important? «Que ce soit considéré comme un sport pour les personnes âgées.»

En pleine forme, l’octogénaire est bien placée pour connaître les avantages de la marche nordique, dont l’ajout de bâtons et d’une technique particulière la différencie de la marche plus classique. Elle en bénéficie depuis près de 15 ans, après avoir découvert la discipline dans la région de la Capitale-Nationale.

Au cours des années, le sport l’a aidée à se changer les idées, à profiter du grand air et à garder la forme, évidemment. Mais plus encore, elle estime même qu’il a eu un impact positif non négligeable lors de ses périodes de réhabilitation commandées par de sérieuses blessures subies aux épaules et à la cheville.

«C’est un physiothérapeute qui m’en a parlé la première fois […] En 2020, je me suis blessée sérieusement et après ma convalescence, ça m’a aidé à retrouver la forme et à améliorer ma posture. Aujourd’hui, je conduis mon auto, je suis active et autonome», a-t-elle raconté. «La marche nordique a été extraordinaire pour moi, mais ce que je veux passer comme message, c’est que ça peut être très intéressant pour tout le monde, peu importe l’âge.»

«PLUS QU’UNE PROMENADE»

Originaire de la Finlande et des années 1920, la marche nordique aurait d’abord été pratiquée par les athlètes en ski de fond qui voulaient continuer à s’entrainer après la fonte des neiges. Le sport a depuis été adopté par un plus large public et depuis son arrivée au Québec, plusieurs entreprises et organismes en ont fait une spécialité.

Concrètement, il s’agit d’une marche plus dynamique que la traditionnelle randonnée, «une marche de propulsion» disent les experts, effectuée avec des bâtons, hiver comme été. L’ajout de cet équipement contribue à travailler le cardio et les muscles du haut du corps, rendant la marche encore plus salutaire et complète.

Au-delà de la stabilité ou de l’équilibre qu’ils assurent, les bâtons munis de dragonnes sont là pour aider la poussée. L’idée est d’accentuer le mouvement des bras d’arrière en avant, en alternance, ce qui n’est pas sans rappeler le ski de fond.

«On dit qu’une trentaine de minutes de marche avec les bâtons équivaudraient à 50 minutes de marche régulière. On utilise presque tous les muscles du corps», partage Lorraine Ouellet, ajoutant que l’activité est aussi excellente pour l’esprit, puisqu’elle aide à «diminuer l’anxiété, les pensées envahissantes, l’insomnie».

La discipline est aussi vue d’un bon œil par les professionnels de la santé. Lorsque la technique est adéquate, et qu’un rythme soutenu est conservé, les avantages sont non négligeables. «Les bras font augmenter beaucoup le travail au niveau du cœur ce que les jambes ne feront pas autant.  En ajoutant les bras, en gardant un dynamisme intéressant, on travaille tout le corps et c’est là qu’on bénéficie d’effets sur le cardiovasculaire et le tonus, par exemple», souligne Richard Roy, physiothérapeute chez Le Cinq-90 à Rivière-du-Loup et expert en course à pied.

ACCESSIBLE

Au-delà des bienfaits sur les maux physiques et psychologiques – le sport étant reconnu comme l’un des meilleurs remèdes –, la beauté de la marche nordique est qu’elle demeure aussi très accessible. Une paire de bâtons spécialisés coutera en moyenne moins de 100 $, mais une paire usagée (en bon état) suffira pour s’initier et essayer. Il faut aussi évidemment être bien chaussé et des bottines souples à semelle flexibles sont à privilégier devant les bottes rigides.

Autre élément important à retenir : il ne faut pas être un athlète olympique pour pratiquer le sport, puisque chaque personne peut en bénéficier en progressant à son rythme après un peu de pratique. Jeunes et moins jeunes peuvent ainsi se retrouver pour une activité de marche active.

Selon Lorraine Ouellet, il est dommage que la discipline de la marche nordique ne soit pas davantage connue dans la région et c’est pourquoi elle tenait aussi à en faire la louange. Elle estime que Rivière-du-Loup est «sans contredit» une ville propice à la pratique de cette activité avec ses parcs et ses côtes pour les plus aventureux.

Des sites de qualité sont aussi disponibles à proximité et lui font dire que nous n’avons rien à envier aux offres des grands centres. «Notre-Dame-du-Portage, le parc côtier Kiskotuk… c’est fantastique», clame-t-elle.

Lorraine Ouellet encourage les amateurs de plein air à essayer la marche nordique, une façon agréable de s’entrainer et de rester actif. Mais attention, le risque est élevé d’avoir la piqûre, prévient-elle.  

Publicité


Publicité

Commentez cet article