Publicité

7 février 2022 - 06:29

Les équipes d’ultimate provinciales junior de passage à Rivière-du-Loup

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste

Les équipes féminine et masculine d’ultimate provinciales junior U19 étaient de passage à Rivière-du-Loup les 5 et 6 février derniers. Les joueurs, qui sont les meilleurs au Québec dans leur catégorie, ont donc pu fouler le Stade Premier Tech pendant leur camp d’entraînement.

Le bâtiment était le seul disponible au Québec pour les équipes provinciales junior : «Rivière-du-Loup était prête à nous accueillir, nous sommes bien contents d’avoir eu une place», confie Virginie Maltais, entraîneuse-chef de l’équipe féminine. Elle raconte qu’en hiver divers sports s’arrachent les stades. «En plus, c’est un beau stade! Ça serait le fun s’il était un trois tiers, mentionne-t-elle d’emblée. Il est super propre et attrayant, mais un petit peu froid quand tu ne bouges pas», termine-t-elle en riant.

Pierre-Yves Dubé, responsable d’Ultimate Rivière-du-Loup, a participé à la mise en œuvre de cette fin de semaine en réservant le stade et en trouvant l’hébergement des équipes. Quand la Fédération lui a demandé de tenir l’évènement à Rivière-du-Loup, il avoue qu’il a sauté sur l’occasion. Quelques-uns de ses athlètes ont manqué les journées d’essais du programme HYDRA à cause d’une tempête, alors que les équipes provinciales n’étaient pas encore montées. «Au moins, ils ont pu venir voir un peu de quoi ça a l’air, rencontrer les entraîneurs afin d’avoir un premier contact pour l’an prochain.», se réjouit M. Dubé.

Il souligne que la tenue de l’évènement à Rivière-du-Loup ouvre la porte à ce sport en région, lui donne de la visibilité et montre aux gens la possibilité de tenir un camp ici. Il rapporte aussi que ça permet aux athlètes du coin de témoigner de l’accessibilité à intégrer une équipe de haut niveau. Il croit que ce camp aura aidé au niveau du recrutement d’athlètes régionaux et manifesté d’un intérêt de la Fédération à se déplacer.

Un programme à découvrir

La quarantaine d’athlètes, âgés de 15 à 18 ans, viennent de partout au Québec, mais majoritairement des grandes villes comme Québec, Montréal, Saint-Hyacinthe et Sherbrooke. Ils sont la première cuvée du programme restructuré HYDRA lancé par la Fédération québécoise d’ultimate à l’été 2021 pour la relève dans ce sport. Cette nouvelle mouture a la chance d’être accompagnée par une psychologue, une nutritionniste, un physiothérapeute, un préparateur physique, etc.

L’entraîneuse explique que le but du programme est d’amener les joueurs à jouer dans l’équipe canadienne U20 qui sera formée l’année prochaine. HYDRA aide donc les jeunes athlètes à se développer à un niveau supérieur pour, éventuellement, débuter leur carrière adulte dans leur sport.

Au départ, leurs entraînements devaient les mener à un tournoi en Colombie, mais la COVID a arrêté leur plan. En ce moment, Virginie Maltais avoue qu’ils se préparent pour une tournée ontarienne, mais rien n’est sûr vu la situation actuelle avec la pandémie. Ils aimeraient faire le tour des grandes villes d’Ontario pour y rencontrer des jeunes d’autres provinces qui ont un niveau de jeu élevé. En attendant, les équipes québécoises junior font des camps d’entraînement dans les villes du Québec. «Ça permet aux jeunes d’avoir une belle expérience de tournoi en étant une fin de semaine complète avec les mêmes personnes. On veut leur montrer aussi le vivre ensemble en communauté», ajoute l’entraîneuse.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article