Publicité

16 décembre 2021 - 17:19 | Mis à jour : 17:52

Cindy Ouellet et l’importance de tirer le maximum de chaque occasion 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

L’athlète paralympique Cindy Ouellet a un parcours unique, une histoire parsemée d’embuches et d’obstacles qu’ils ne l’ont toutefois jamais arrêté. Résiliente, persévérante et passionnée, la Louperivoise souhaite profiter de chaque journée et surtout tirer le maximum de chaque occasion qui s’offre à elle. 

Devant une salle pleine d’élèves de secondaire 1 et 2 de l’École secondaire de Rivière-du-Loup, c’est essentiellement le message qu’elle a souhaité envoyer lors d’une conférence organisée en collaboration avec la Finale des Jeux du Québec 2022. Un autre? «On peut tirer des leçons de chaque expérience, qu’elle soit positive ou négative.» 

«On va tous vivre des choses qui ne sont pas le fun dans notre vie. C’est une montagne russe pour tout le monde, que tu sois un athlète de haut niveau ou pas. Mais il ne faut pas laisser ce qui nous arrive de mauvais influencer notre vie. On est capable de tourner les choses d’une façon positive et de ne pas abandonner, peu importe ce qui nous arrive», partage celle qui a accepté le rôle d’ambassadrice dans le cadre de la prochaine finale des Jeux du Québec. 

Pendant près d’une heure, jeudi, Cindy Ouellet a parlé de son histoire. D’une jeunesse passée dans le sport, d’un accident et d’une maladie qui l’ont ultimement privé de l’usage de l’une de ses jambes, de sa participation à cinq Jeux paralympiques comme athlète accomplie, et de tout ce qui vient au travers.  

Elle a partagé les hauts comme son amour pour plusieurs sports et le dépassement de soi, les langues, la musique et les études, mais aussi les bas comme l’intimidation, les tentatives de suicide et la dépression. Elle a été un livre ouvert sur ses forces et ses faiblesses, répétant que «rien n’arrive pour rien» et qu’elle se s’identifie pas par ce qui lui est arrivé. 

«Être un modèle, ce n’est pas seulement montrer des choses qui sont belles. Si on vit des choses plus difficiles et qu’on en parle, je pense que les gens peuvent se reconnaître à travers ça. Ils peuvent réaliser que devenir athlètes professionnels, c’est atteignable pour eux aussi. Que les athlètes qu’ils voient si bons et si forts vont aussi moins bien parfois.»

«Quand on parle de grands défis, je pense que c’est souvent nous qui nous mettons des bâtons dans les roues […] Il y a déjà beaucoup de personnes qui tentent de nous bloquer la route dans la vie, il ne faut pas en être une de plus soi-même.»

Elle rappelle qu’il ne faut pas hésiter à demander de l’aide quand on en a besoin. Ce qui a déjà été tabou ne l’est plus et elle se réjouit de constater que plusieurs athlètes professionnels influents ont décidé de s’ouvrir à ce sujet. Elle-même s’est ouverte publiquement sur une année pandémique difficile en 2020. «Aller chercher de l’aide, on n’a pas à avoir honte de ça. On en ressort encore plus fort et outillé. C’est important de passer ce message-là aux jeunes. Parfois, ça ne nous tente pas de partager que ça ne va pas, mais c’est correct de le faire», souligne celle qui a été élue «Personnalité sportive féminine de la décennie» au Québec. 

Cindy Ouellet espère que le partage de son parcours saura aider quelqu’un à son tour, un peu comme ceux des para-athlètes Dean Bergeron et Chantal Petitclerc l’ont fait pour elle lorsqu’elle était adolescente. «Si je n’avais pas eu ces deux figures-là comme exemples, je n’aurais pas su que c’était possible d’atteindre le niveau professionnel […] Ce sont de beaux modèles, des mentors de vie exceptionnels», soutient-elle. 

«Je veux redonner à mon tour pour voir la passion dans le visage des jeunes, aider d’autres personnes qui ont vécu des choses difficiles. J’ai eu la chance d’être aidée. J’ai eu de belles opportunités de pouvoir avancer, de rencontrer beaucoup de personnes extraordinaires, de voyager. J’ai quand même une vie assez incroyable malgré tout ce qui m’est arrivé.»

Engagée tant sur le terrain qu’à l’extérieur, Cindy Ouellet est reconnue pour les actions sociales et communautaires qu’elle multiplie afin de soutenir les causes et les organismes qui lui tiennent à cœur, telles que le Défi sportif AlterGo, Sport’Aide, la campagne Ensemble contre l’intimidation du gouvernement du Québec, Bell Cause pour la Cause, le Comité paralympique canadien, Parasports Québec, et plus encore.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article