Publicité

10 décembre 2021 - 06:02

Les yeux rivés vers le Challenge CCM 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Les Albatros du Collège Notre-Dame ont toujours deux matchs à jouer sur la route avant de se diriger vers Saguenay où sera disputé le prochain Challenge CCM. Et bien qu’ils souhaitent remporter ces deux parties afin de bénéficier d’une dose maximale de confiance, l’équipe est déjà fin prête pour la grande compétition. Depuis le premier jour de la saison qu’elle travaille à bâtir une fondation solide sur laquelle s’appuyer pour performer. 

D’un côté, les Albatros sont les champions en titre de ce tournoi organisé chaque année à l’approche du temps des Fêtes. De l’autre, l’équipe a connu une moitié de saison du tonnerre, certainement la meilleure depuis plusieurs années, et arrive à la mi-décembre avec la confiance qu’elle peut battre n’importe quelle équipe. 

Au moment d’écrire ces lignes, la troupe de l’entraineur-chef Mike Maclure n’a d’ailleurs subi qu’une seule défaite en temps règlementaire à ses 15 derniers départs. Elle a aussi réussi pratiquement deux fois plus de buts qu’elle n’en a accordé lors de cette séquence victorieuse. Nul doute, sur la glace et à l’extérieur, les éléments sont réunis pour connaître du succès. 

«On progresse de semaine en semaine, a partagé Mike Maclure après une victoire de 8 à 2 contre le Blizzard du Séminaire Saint-François, dimanche. Dans les entrainements, les joueurs se donnent à 100 %, même s’ils ne sont pas faciles. On fait beaucoup de compétition, des exercices un contre un. On voulait rentrer en mode Challenge, en mode séries éliminatoires, et les gars ont répondu.»

«Actuellement, c’est vraiment le fun de rentrer à l’aréna avec ce groupe-là. La chimie est bonne et il n’y a pas de clan. Les gars écoutent et travaillent au quotidien.»

Depuis plusieurs semaines, les Albatros jouent comme une équipe unie et tournée vers le même objectif. Mike Maclure voit d’ailleurs le jeu en unité de cinq comme l’un des éléments que les joueurs ont le plus améliorés depuis le début de la saison. 

«On sait qu’il y a des équipes qui ont plus de talent que nous. Mais je pense que lorsque nous jouons en unité de cinq, que la rondelle bouge bien, qu’on défend à cinq et que chacun fait son travail, nous sommes très difficiles à affronter. Les gars commencent vraiment à acheter cette identité-là. Ils savent qu’ils peuvent connaître du succès comme ça et c’est ce qui m’impressionne le plus en ce moment.»

Les Albatros travaillent d’ailleurs sur la recette gagnante depuis le premier jour de la saison. Une équipe de hockey ne peut pas se mettre à «On» et à «Off» comme un interrupteur, image l’entraineur.

«Trop souvent, certaines équipes font l’erreur de se préparer à deux ou trois semaines d’un événement. Nous, c’est quelque chose qu’on a adressé le jour 1. On bâtit notre identité depuis le premier jour et on va rentrer avec un momemtum parce que depuis le premier jour, les gars écoutent et travaillent fort», a-t-il déclaré. 

«On veut jouer de la bonne manière, d’une façon qui va nous aider dans les moments importants. Actuellement, toutes nos phases de jeu sont bonnes, alors on veut continuer comme ça lors du dernier weekend.»

Déjà, les Albatros savent qu’ils affronteront de dangereuses formations dès les premiers jours de compétition au Challenge CCM. Les Cantonniers de Magog, contre qui ils ont subi leurs deux dernières défaites en temps règlementaire, seront les premiers sur leur route. Mais peu importe, les oiseaux sont prêts. 

«Un a un bon pool et c’est excitant. C’est quand tu affrontes les meilleures équipes que le meilleur des joueurs ressort. Pour gagner un tournoi, il faut aussi battre les meilleures formations, alors aussi bien les battre en partant», souligne Mike Maclure à ce sujet. 

«On sait qu’on a nos chances. On va s’assurer d’avoir du plaisir, de compétitionner fort et se concentrer sur ce qu’on contrôle. On veut rendre les gens fiers.»

Quelque part, la victoire exceptionnelle de 2019 servira aussi d’exemple. Une équipe dédiée, travaillante et unie peut arriver à réaliser bien des choses quand elle y croit. «Je trouve que c’est important pour une région comme la nôtre d’y croire. On a souvent un sentiment d’infériorité devant les grands centres […] Mais on est capable d’accomplir de grandes choses et c’est là-dessus qu’on veut bâtir avec ce qu’on a fait il y a deux ans.»


 

Publicité


Publicité

Commentez cet article