Publicité

3 août 2021 - 10:44

Homme fort : Keven Malenfant-Caron fait sa place parmi les pros 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Il y a trois ans, Keven Malenfant-Caron décidait d’essayer les compétitions d’hommes forts. Rapidement, la curiosité a laissé place à une passion et sa progression a été fulgurante. Aujourd’hui, une trentaine de mois plus tard, l’athlète de Saint-Éloi fait partie des meilleurs du sport au Canada, lui qui a pris le 15e rang du plus récent championnat canadien.

La compétition d’envergure, qui rassemblait l’élite de la force au pays, était organisée dans la région de Québec, du 31 juillet au 1er aout. Keven Malenfant-Caron s’y est présenté comme compétiteur amateur invité. Il l’a quitté comme athlète professionnel, convaincu qu’il a désormais sa place parmi les meilleurs de la discipline au pays. 

«Je sais maintenant que je suis à ma place sur le circuit national. La glace est cassée et j’en suis très fier», a-t-il partagé, lundi, en route vers la maison. 

«En 2019, en Saskatchewan, j’ai pris le 14e rang au championnat canadien amateur. Ce weekend, j’ai terminé pratiquement au même rang, 15e au Canada, mais chez les pros. Je suis toujours très dur envers moi-même, j’aurais voulu faire encore mieux, mais quand je prends un pas de recul, je réalise que l’évolution est belle et ça m’encourage beaucoup pour la suite.»

Le Championnat canadien des hommes forts ou «Canada’s Strongest Man» était de retour au Québec après plusieurs années d’absence. Les meilleurs athlètes de force du pays s'affrontaient afin d’amasser des points à travers dix épreuves pour le titre tant convoité. C’est finalement le Québécois Gabriel Rhéaume qui a récolté les grands honneurs, devant des compatriotes de l’Ontario et de l’Ouest canadien.  

Keven Malenfant-Caron a été invité à faire partie des concurrents, à peine trois semaines avant le grand rendez-vous, grâce aux résultats qu’il a obtenus en compétition au cours des derniers mois. Bien qu’il venait de terminer au premier rang d’un rendez-vous virtuel provincial, l’athlète de 30 ans confiait alors n’avoir aucune attente, si ce n’est que celle de prouver qu’il n’était pas un mouton noir parmi les hommes les plus forts au pays. Il peut maintenant dire «mission accomplie».

«La première journée, ce n’était pas facile, puisque j’étais très nerveux. Mais je me répétais que ce n’était pas une compétition qui récompensait le plus gros ou le plus grand, mais le plus fort. Le lendemain, le stress est tombé et je me suis amusé avec les autres gars.»

L’expérience, sa première chez les pros, lui a permis d’apprendre énormément. Il admet lui-même avoir commis plusieurs erreurs d’inexpérience, mais il est aussi très fier d’avoir réussi de belles marques personnelles. Il a soulevé une voiture de 800 lbs à quelques reprises, ainsi que des charges de 330 livres à l’épaule au Viking press et de 355 lbs au Max Log Lift. Il a aussi effectué un squat de 680 lbs et a transporté un yoke, un cadre d’acier de 915 lbs, dans un temps record pour lui. 

Keven Malenfant-Caron a de plus complété au moins une répétition à toutes les épreuves, un beau fait d’armes pour celui a déjà craint ne pas avoir d’avenir dans le sport en raison de ses 5 pieds 8 pouces. «Je n’ai eu aucun échec, c’est-à-dire qu’il n’y a rien que je n’ai pas été capable soulever», explique-t-il, enchanté par cette «petite victoire» que ne récoltent pas tous les hommes forts à leur première expérience pro. 

«J’ai aussi réussi à battre celui qui avait remporté le championnat canadien amateur en 2019, un athlète beaucoup plus expérimenté que moi. C’est un petit détail qui m’a fait plaisir. Ça prouve encore une fois que j’ai progressé.»

Kevin Malenfant-Caron n’attendait rien de cette fin de semaine de compétition. Sa participation était même une surprise, à quelques semaines de l’événement. Pourtant, dans quelques années, elle pourrait représenter un tremplin, un rendez-vous qui lui aura permis d’entrer parmi l’élite et, qui sait, de connaître une carrière fort intéressante. 

Compétitif, l’homme fort est d’ailleurs gonflé à bloc, emballé à l’idée de retourner à l’entrainement afin de se préparer pour la saison 2022. «J’ai hâte de me renforcir et de continuer à m’amuser […] Je suis fier de représenter la région et je veux rendre les gens fiers à mon tour», dit-il. 

Maintenant homme fort professionnel, Keven Malenfant-Caron verra ses performances être diffusées à l’occasion sur les ondes de RDS, «une belle motivation supplémentaire», estime-t-il. Ses cartes professionnelles lui permettront aussi de mettre la main sur des bourses et des commanditaires qui l’aideront à pousser sa carrière encore plus loin et d’atteindre ses nouveaux objectifs. Parions que ses adversaires devront l’avoir à l’œil dès l’an prochain. 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article