Publicité

13 mars 2021 - 06:02

Le club Amiski souhaite acheter une nouvelle surfaceuse 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

À un an de la Finale louperivoise des Jeux du Québec, et alors que l’engouement pour le ski de fond est très élevé, le club Amiski de Saint-Antonin souhaite faire l’acquisition d’une nouvelle surfaceuse. 

L’organisation a récemment déposé une demande d’aide financière fédérale auprès de Développement économique Canada afin d’obtenir une subvention qui couvrirait 60 % des couts estimés pour l’achat de la nouvelle machinerie. Le club et d’éventuels partenaires financeraient le reste de la facture évaluée à plus de 345 000 $. 

«C’est vraiment un besoin que nous avons. La nouvelle machine va nous permettre d’offrir des conditions de ski optimales comme celles que l’on retrouve dans les grands centres», a expliqué le vice-président Daniel Talbot, soulignant que l’équipement est aussi nécessaire pour l’accueil des prochains Jeux du Québec. 

La surfaceuse dont rêve le club est plus grosse et plus performante que celle utilisée en ce moment (elle avait été acquise en 2018), confirme M. Talbot. Équipée d’un système de reconditionnement de la neige, elle permettra aux bénévoles de remettre les pistes en ordre beaucoup plus rapidement après de mauvaises conditions climatiques. Elle assurera également le prolongement de la saison de ski. 

«Actuellement, quand il tombe un pied de neige, ça prend deux jours et demi pour refaire tous les sentiers comme il faut. Avec cet équipement, les bénévoles en auront pour quatre heures seulement. On va sauver beaucoup de temps et ça va faire toute la différence», explique-t-il. 

Le club Amiski compte sur 24 kilomètres de sentiers linéaires. Les pistes proposées comptent une largeur d’environ 22 pieds, afin de permettre la pratique du ski de fond classique et du style libre (skating) au même endroit. 

Dans le meilleur des scénarios, le club aimerait obtenir une réponse rapidement et faire l’acquisition de la nouvelle surfaceuse d’ici la fin de la présente saison. Des délais pourraient cependant contraindre le conseil d’administration à patienter jusqu’à l’automne prochain avant de pouvoir aller de l’avant. 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article