Publicité

6 janvier 2021 - 06:00 | Mis à jour : 09:45

Des 3L au visage différent pour la saison 2021-2022? 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Un nouvel actionnaire et un nouveau directeur général, l’arrivée probable de nouveaux joueurs et peut-être même la présentation d’un chandail neuf…Les 3L de Rivière-du-Loup pourraient se présenter sous un nouveau visage à l’automne 2021, plus d’un an et demi après leur dernier match sur la glace du Centre Premier Tech. 

Non pas que cette équipe sera différente à tout point de vue, loin de là. Après tout, l’organisation gardera cette volonté d’offrir une formation affamée, courageuse et travaillante, sous le leadership du capitaine Jean-Philip Chabot. Mais des changements, il y aura tout de même. Difficile de faire autrement après une si grande période sans activités. 

«Entre mars 2020 à l’automne 2021, il y a un siècle dans le hockey. Des joueurs vont prendre leur retraite, d’autres qui n’ont pas joué depuis 8 ou 9 mois vont décider de passer à autre chose […] Il y a aura un avant COVID-19, puis un après COVID-19. C’est aussi vrai dans le hockey sénior», partage Jean-François Béliveau. 

En décembre, le vice-président aux opérations hockey chez les 3L de Rivière-du-Loup est revenu sur une année unique dans tous les domaines, y compris le sport. Il a aussi été question de la prochaine pour les 3L, celle que les partisans attendent avec impatience. 

Au début de l’année 2020, en mars, les 3L connaissaient de bons moments. Ils se préparaient à entrer en séries avec un groupe de joueurs confiants de pouvoir se rendre jusqu’à la conquête d’un deuxième championnat. «Puis, bang, un coup de pelle dans le visage», se remémore Jean-François Béliveau. «Tout s’est fait dans un claquement de doigts […] La saison a été cancellée, les écoles ont été fermées. C’était un choc.»

Quelques mois plus tard, le deuil de cette saison écourtée a été fait, celui de la saison 2020-2021 – annulée – aussi, bien qu’il a été encore plus difficile. Historiquement, les 3L quittent pour la période des Fêtes sur la bonne voie, après un passage difficile en novembre. Le match en Rose a aussi eu lieu, rassemblant les partisans autour d’une même et excellente cause. 

«Si la saison avait eu lieu, on pourrait penser que le meilleur serait à venir pour nous», partage l’homme de hockey. «C’est difficile, puisqu’on avait prévu plein de nouveautés aussi. On avait par exemple besoin de nouveaux chandails. Mais ce n’est que partie remise.»

Plus tôt cet automne, les 3L avaient confiance de pouvoir recommencer à jouer en janvier, mais l’espoir s’est tue à la mi-novembre. «Rendu là, on se doutait que ça ne marcherait pas et qu’il n’y avait rien à faire […] Notre concentration s’est tournée vers l’avenir. L’objectif, c’est 2021.»

Nul doute, les prochains mois seront occupés chez les 3L. Sur le plan des affaires, l’organisation souhaite trouver un nouveau partenaire, un processus qui n’a jamais vraiment été mis sur pause. Du côté hockey, la première étape sera de trouver un directeur général, puis de faire une tournée des joueurs de l’équipe et d’en savoir plus sur leurs plans à long terme. 

«J’ai déjà une ou deux personnes en tête pour le poste de DG», a confirmé Jean-François Béliveau. «Jusqu’à tout récemment, c’était difficile de faire des approches, on ne savait pas trop où on s’en allait. Mais maintenant oui, on pense au repêchage qui va arriver très rapidement, puis à la saison 2021-2022.»

L’arrivée d’un nouveau directeur général provoquera sans doute des discussions sur le poste d’entraineur occupé en mars 2020 par Benoit Laporte. Elle amènera aussi l’arrivée de nouveaux joueurs. Difficile d’ailleurs de savoir qui sera de retour ou non, à l’exception de Jean-Philip Chabot qui a déjà confirmé son intention d’être présent.  

«Ce qui est certain, c’est qu’on aura eu une équipe qui a de la volonté, qui patine, une équipe passionnée, à l’image des gens de Rivière-du-Loup. Ça ne changera pas.»

Autre certitude? Les amateurs sont impatients de renouer avec l’action au Centre Premier Tech. De se réunir, de discuter et surtout d’encourager leur équipe. Ils seront au rendez-vous, peut-être même plus que jamais.  
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article