Publicité

13 décembre 2020 - 06:55

Un hiver près de la maison pour Frank April 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Depuis qu’il est adolescent, l’hiver est synonyme de voyages, de rencontres et de nouveaux projets pour le planchiste professionnel Frank April. Ce serait mal le connaître que de penser que ce sera bien différent cette année, malgré le contexte actuel lié à la COVID-19. 

Évidemment, les escapades outre-mer sont à oublier, du moins pour le moment. Mais le natif de Notre-Dame-du-Portage ne compte pas rester les bras croisés au cours des prochains mois. Au Québec ou ailleurs, la passion du «snowboard» ne meurt pas. 

«C’est certain que la pandémie change certaines choses. Les voyages, ce sera difficile et je ne pourrai sans doute pas faire équipe avec mes photographes et vidéastes habituels, puisqu’ils sont aux États-Unis. Mais je considère quand même être très chanceux de pouvoir habiter au Québec, un endroit où il y a de la neige. On va essayer d’en profiter au maximum. Je vais continuer l’entrainement, me garder en forme et travailler sur quelques projets», partage-t-il. 

Pour une première fois en 16 ou 17 ans, l’athlète connu à l’international pour ses prouesses urbaines sera contraint de rester en province pour une autre raison qu’une blessure. En pleine santé, il ne cache pas qu’il aurait aimé partir à l’étranger ou même atteindre l’Ouest canadien pour vivre de sa passion. Cependant, réalistement, ces voyages devront être remis à plus tard. 

«Passer deux semaines au Japon, par exemple, ça signifie deux semaines de confinement en arrivant et au retour. C’est donc un projet de six semaines au total. Dans un hiver de quatre mois, ça devient compliqué et ce n’est pas très productif», explique l’athlète de 33 ans. 

Parmi les projets sur lesquels il compte travailler au Québec, il mentionne une série de tournages dans des cours arrière de la région, dont la sienne, ainsi que la réalisation d’un contrat à Murdochville. Entre les deux, il espère également pouvoir filmer des scènes de «snowboard urbain», sa spécialité, avec des amis. 

«Je continue aussi à faire de la promotion. La discipline du snowboard se porte très bien, la vente de planche à neige est super bonne en ce moment. Je ne suis pas trop inquiet pour l’avenir», souligne celui qui compte également des équipements de planche à neige à son nom et sur l’appui de plusieurs commanditaires importants. 

S’IMPLIQUER AUPRÈS DE LA RELÈVE

À travers tout ça – il travaille en plus sur l’ouverture d’un restaurant à Notre-Dame-du-Portage –, Frank April souhaite s’impliquer auprès des jeunes planchistes de la région. À la fin novembre, de passage au Collège Notre-Dame, il a participé à l’inauguration de la saison des élèves de l’option ski/planche-études, ainsi qu’à l’aménagement de leur parc à neige. 

Ancien étudiant du Collège, c’est de sa propre initiative qu’il a décidé de redonner à la prochaine génération. «Quand j’étais étudiant, j’aurais vraiment aimé avoir la chance qu’ils ont [de compter sur des installations comme ça]. Je trouve que c’est une super opportunité, alors je vais essayer d’y aller le plus possible. Je vais m’entrainer et en profiter pour leur donner quelques conseils.» 

Mainte fois récompensé pour la qualité de ses vidéos dans différents festivals et vainqueur des X Games Real Snow, Frank April est une source d’inspiration pour plusieurs passionnés de planche à neige dans la région. Qui sait, peut-être auront-ils bientôt la chance de l’apercevoir en pleine action, non loin de la maison. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article