Publicité

1 novembre 2020 - 06:03

Québec souhaite encadrer davantage la pratique de la motoneige et du quad 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a déposé le 22 octobre à l’Assemblée nationale un important projet de loi proposant une réforme de l’encadrement des véhicules hors route (VHR) au Québec. Une initiative «visant à améliorer la sécurité des usagers» qui semble avoir été bien accueillie au Bas-Saint-Laurent. 

Le projet de loi 71, qui doit toujours être adopté, s’articule autour de différents axes. D’une part, il exige désormais de détenir un permis de conduire pour circuler dans un sentier. Il interdit aussi la conduite avec les facultés affaiblies et instaure de nouvelles mesures pour encadrer la formation des guides d’excursion et la location des VHR.

«Dans l’ensemble, on peut dire que nous sommes très satisfaits, partage Denis Langevin, 2e vice-président et responsable de la région du Bas-Saint-Laurent à la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ). On retrouve plusieurs des demandes que la Fédération avait faites en collaboration avec les clubs.»

La réforme vise également à favoriser une cohabitation harmonieuse entre les utilisateurs de VHR, les autres usagers du territoire et les propriétaires terriens. De nouvelles normes de conduite, un devoir de prudence et des règles de voisinage sont proposés.

Également, la pratique du VHR sera mieux encadrée, notamment par la bonification des pouvoirs confiés aux agents de surveillance de sentiers, dans le but de favoriser l’adoption de comportements sécuritaires par les utilisateurs. 

«Les agents ont actuellement un pouvoir en sentier seulement. Mais avec ce projet de loi, les agents provinciaux de surveillance vont avoir des pouvoirs à l’extérieur des sentiers. Ça va permettre d’être plus actifs et proactifs auprès des comportements délinquants», explique M. Langevin. 

«Ils pourront demander aux gens de s’identifier et de faire cesser toute infraction en cours  comme la circulation dans une propriété privée sans autorisation, par exemple. Ils vont pouvoir exiger le permis aussi qui n’était pas obligatoire en sentier. Je crois que ça va sécuriser les gens qui, en majorité, demandent davantage de sécurité.»

La Loi sur les véhicules hors route a de l’âge, elle qui a été adoptée une première fois en 1996. Plusieurs amendements ont été réalisés depuis sa mise en place, mais les demandes pour des changements plus importants étaient nombreuses. La FCMQ requérait des modifications depuis près de 12 ans. 

Du côté des quadistes, Stéphane Dumont, président du Club Les Rouleux des Basques, voit aussi le dépôt du projet de loi 71 d’un bon œil et il croit que cette réforme permettra d’offrir plus de sécurité aux adeptes. De ce point de vue, il estime même que le gouvernement aurait pu aller encore plus loin en exigeant le suivi d’une formation aux passionnés. «Les gens qui vont louer un quad vont devoir suivre une formation obligatoire, mais pas ceux qui en achètent un pour la première fois. C’est un petit hic pour moi qui est formateur», explique-t-il. 

Il pense aussi que la demande du permis de conduire est une bonne chose, mais il croit que la loi devrait prévoir une option pour les adolescents qui n’ont pas encore l’âge pour l’obtenir.

«J’aurais aimé qu’il y ait une classe, un peu au même titre que les scooters, pour que les jeunes puissent commencer à la base avec de plus petits VTT», ajoute-t-il. 

Il y aurait actuellement près de 390 000 quads et plus de 200 000 motoneiges immatriculées au Québec. L’engouement pour ces véhicules récréatifs est d’ailleurs à la hausse sur tout le territoire. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article