Publicité

3 août 2020 - 08:43

De grandes ambitions pour le Parc du Mont-Saint-Mathieu

Le Parc du Mont-Saint-Mathieu a l’ambition de devenir une destination de vélo de montagne incontournable dans l’est de l’Amérique du Nord d’ici quelques années. Des démarches sont en cours auprès des paliers gouvernementaux afin d’obtenir le financement de près de 3 M$ requis pour concrétiser le projet.

Une étude de faisabilité réalisée par la firme Gravity Logic de Whistler en Colombie-Britannique en octobre 2019 confirme le potentiel du Parc du Mont-Saint-Mathieu comme site majeur pour la pratique du vélo de montagne. Elle souligne notamment la qualité des infrastructures d’accueil et de services, la disponibilité de remontées mécaniques et la compatibilité de la topographie du terrain avec l’aménagement de sentiers de vélo de montagne. Gravity Logic est spécialisée dans la conception et la construction de sentiers de vélo de montagne. Mondialement reconnue pour la qualité de ses sentiers, elle a mené à bien plusieurs projets au Canada et à l’international.

Le Parc du Mont-Saint-Mathieu vise l’aménagement de 45 km de sentiers de cross-country, d’enduro et de descente s’adressant aux familles comme aux cyclistes expérimentés désireux de repousser leurs limites. Les prévisions font état d’un potentiel de 10 000 visiteurs par année. 

La phase 1 permettrait de rendre un premier parcours accessible dès l’automne 2021. L’aménagement complet nécessitera des travaux échelonnés sur trois ans. À terme, le site pourrait être utilisé pour le loisir et la compétition, favoriser la création de clubs locaux et régionaux, devenir un lieu d’entraînement scolaire ou élite, et accueillir des événements d’envergure nationale.

Pour le directeur général du Parc du Mont-Saint-Mathieu, François April, ce projet rejoint les objectifs du plan de développement mis en œuvre à la fin des années 2000, visant à faire du Parc du Mont-Saint-Mathieu une destination loisir et plein air quatre saisons. 

«La beauté de l’environnement naturel, la disponibilité d’infrastructures touristiques complémentaires et la qualité des services et équipements ont déjà permis au Parc du Mont-Saint-Mathieu de se positionner comme un pôle d’attraction en loisir et plein air dans la MRC des Basques. L’ajout du vélo de montagne comme produit d’appel bonifiera notre offre de service et sera un facteur supplémentaire d’attractivité pour les Bas-Laurentiens et une clientèle québécoise élargie. L’aménagement professionnel de sentiers de vélo de montagne proposant des défis pour tous les niveaux d’habileté comblera une demande et confirmera notre statut de complexe récréotouristique multidisciplinaire.»

Le président de Sentiers des Écorchis, Charles-Olivier Binet, est heureux que l’organisme bas-laurentien ait été sollicité pour conseiller le Parc du Mont-Saint-Mathieu dans la réalisation de ce projet. «Nous sommes des passionnés de vélo de montagne provenant notamment de Sainte-Flavie et Rimouski. Nous voulons promouvoir et encourager le développement de ce sport dans l’Est-du-Québec. Nous en connaissons toutes les subtilités. C’est un véritable mode de vie pour les adeptes et nous savons ce que ça prend pour aménager un site apprécié. Il y a des besoins, des critères, des services et des tendances incontournables à considérer pour créer un aménagement qui obtiendra la faveur des cyclistes. Notre rôle est donc d’orienter et d’accompagner les gestionnaires du Parc du Mont-Saint-Mathieu pour la construction d’un site et de sentiers qui feront référence.»

Les gestionnaires du parc développent le projet d’infrastructure avec la collaboration de la Municipalité de Saint-Mathieu-de-Rioux, de la MRC des Basques et de l’ONBL Sentiers des Écorchis, depuis plus d’un an.

Sur la photo, de gauche à droite : Charles-Éric Dolce, Sentiers des Écorchis, Gaston Rioux (président) et François April (directeur général) du Parc du Mont-Saint-Mathieu, Roger Martin, maire de Saint-Mathieu-de-Rioux, Hugo Faucher, Sentiers des Écorchis, Bertin Rioux, préfet de la MRC des Basques, Dany Smith et Charles-Olivier Binet (président), Sentiers des Écorchis.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article