Publicité
16 août 2019 - 06:57

La cycliste en met plein la vue au Tour de l'Avenir

L'ascension de Britanie Cauchon

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Depuis le début de la saison, la cycliste Britanie Cauchon prouve, épreuve après épreuve, qu’elle est l’une des meilleures athlètes de son groupe d’âge au Québec. Mais cette fin de semaine, l'athlète est allée encore plus loin, vainquant, parfois même facilement, des cyclistes plus âgées lors du Tour de l’Avenir Makadence, l’un des événements les plus attendus de la saison en cyclisme sur route.

La jeune femme, originaire de Saint-Alexandre-de-Kamouraska, a ainsi dominé la compétition, non seulement dans la catégorie cadet qu’elle a remportée, mais aussi au classement général qui incluait la catégorie supérieure, junior. Britanie a terminé au 2e rang du cumulatif, tout juste derrière Magdeleine Vallières-Mill, triple championne canadienne, qui vient de fêter ses 18 ans.

«J’ai vraiment gagné de la confiance en moi pendant cette compétition», a-t-elle confié, plus tôt cette semaine. «J’ai réalisé que j’avais un calibre assez élevé et que j’étais déjà capable de rivaliser avec les athlètes juniors. Ç’a fait une grosse différence pour moi.»

Le Tour de l’Avenir Makadence proposait cinq étapes sur quatre jours. Disputé dans la région de de la Capitale-Nationale, il testait les athlètes dans toutes sortes d’épreuves dans les secteurs parfois plats, parfois montagneux, de Saint-Férréol-les-Neiges, Saint-Nicolas et Stoneham, notamment. Il rassemblait des coureuses du Québec, mais également de l’Ontario, de l’Ouest canadien, ainsi que des États-Unis. 

La tâche était donc de taille pour Britanie, mais le défi était exaltant. Sur papier, elle était l’une des favorites pour l’emporter, cela dit le dénouement était difficile à prévoir, puisqu’un trop grand nombre de cyclistes n’étaient pas connues au Québec. Les circuits avec des dénivelés importants avaient aussi été plutôt rares, voire inexistants, depuis le début de la saison sur route. 

«C’était une compétition très relevée et le rythme était rapide. Évidemment, on voyait Britanie très bien faire, mais obtenir une 2e place au classement général? Ce n’était pas attendu. Certaines cyclistes juniors qui participaient à cette compétition sont déjà classées pour les championnats du monde et elles ont été battues par des cyclistes cadet de première année. Ce n’est pas la logique des choses», partage son père, Patrice Cauchon, visiblement très fier. 

Sur la ligne de départ, dans les virages et les sprints, les cyclistes cadet de première et deuxième année partageaient la route avec leurs consœurs plus âgées. Ces dernières avaient naturellement une plus grande maturité physique et une expérience de course plus importante. Mais ça n’a pas empêché la relève de causer la surprise, rien de là. D'ailleurs, les performances de Britanie n’ont pas manqué d’écorcher quelques égos. 

ÉPREUVES 

Celle qui a longtemps fait du patinage de vitesse longue piste avant de faire le saut complet vers le cyclisme a entamé le Tour de l’Avenir de très bonne façon lors des deux premières épreuves en récoltant une 2e position à la course sur route, puis une 4e position au contre-la-montre, une discipline qu’elle apprécie beaucoup. 

C’est toutefois lors l’épreuve suivante, une ascension du Mont-Bélair de 6 km (dont 4,2 km proposaient presque 20 % d’inclinaison), que l’athlète de 15 ans s’est particulièrement illustrée. Avec une belle victoire, elle s’est emparée du maillot de meneuse au classement cadet ce qui lui évidemment permis de conserver le maillot de la meilleure jeune (cadet première année), acquis plus tôt dans la journée. Déjà, c’était mission accomplie.

«Au début, quand j’ai commencé le tour, je visais le maillot de la meilleure jeune et je n’étais pas certaine de pouvoir l’avoir. Mais après la 3e étape, je me suis dit «wow». Je n’y croyais pas vraiment», lance la jeune femme qui a roulé dans le sillon de Magdeleine Vallières-Mill tout au long de la fin de semaine. 

Elle portera d’ailleurs fièrement le maillot de leader jusqu’à la toute fin des hostilités, dimanche, puisqu’elle continuera son excellent travail lors des dernières épreuves (une course sur route de 63 km et un critérium sur le campus de l’Université Laval), gardant sa priorité de temps sur sa plus proche poursuivante, Noémie Beaulieu, cycliste cadet 2e année et championne canadienne en triathlon. 

Nul doute, si Britanie Cauchon réussit à bien performer sur les circuits plats - après tout elle a terminé au 2e rang de la Coupe Québec sur route et elle s’apprête à remporter le Challenge Lacasse -, elle se plait dans les collines et les ascensions.

«J’ai davantage un profil de grimpeuse et j’ai l’impression que j’ai vraiment pu me faire justice au Tour de l’Avenir. Cette fin de semaine, on [les grimpeuses] a eu plus l’occasion de démontrer notre talent et à quel point nous sommes fortes et puissantes […] Les courses se finissaient souvent à 2 ou 3 athlètes et non avec un sprint en peloton comme sur le plat. Ça me plait.»

«C’est une cycliste complète», complète le paternel. «Elle se débrouille bien au sprint, mais ce n’est pas une sprinteuse pure. Les épreuves de la fin de semaine lui ont permis de se faire valoir à sa juste valeur.»

Chose certaine, Britanie a fait tourner des têtes, beaucoup de têtes. Ses succès et sa domination tout au long du weekend lui ont valu de nombreux commentaires élogieux d’un peu tout le monde, y compris des athlètes elles-mêmes. Après tout, personne ne croyait voir une cycliste cadet, première année, s’imposer à ce point. 

Ces réussites l’ont d’ailleurs convaincu de participer, dès l’an prochain, à une compétition junior. Surclassée pour l’occasion, elle souhaite essayer un contre-la-montre, sa spécialité, contre des athlètes du niveau supérieur.

Mais d’ici là, elle continuera d’être celle à battre chez les cadet. Le Championnat provincial sur route, un autre événement où elle sera certainement attendue de pied ferme, est notamment sur son tableau de chasse. 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Bravo Britanie pour ton talent, ta force et ta persévérance. La région a bien des raisons d'être fière de tes performances. Tu mérites nos encouragements soutenus.

    Therese Legault - 2019-08-16 17:14