Publicité
16 février 2019 - 07:33

«Le meilleur patineur de la province»…en 1969

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Patiner pendant plus de 33 heures et demie sans jamais trop s’arrêter relèverait de l’exploit aujourd’hui, même pour un athlète de haut niveau. Alors imaginez ce que cela représentait il y a 50 ans. C’est pourtant ce qu’a réalisé le Pistolois Benoit Levesque à l’hiver 1969.

Dans le cadre des Festivités 69, M. Levesque avait ainsi enfilé ses patins, une paire de CCM Prolite, pour le plaisir dans le cadre d’une des activités phares de l’événement, le patineton. Venu d’abord encourager ses neveux, il avait finalement foulé la glace du Pavillon des Sports de Trois-Pistoles pendant près d’une journée et demie…sans vraie interruption.

«J’avais commencé à 23 h le dimanche pour finalement terminer vers 8 h 30 le mardi matin», raconte l’homme qui aura bientôt 90 ans, tout sourire. «Ça allait bien, alors je continuais, mais mardi matin, j’avais l’impression de patiner sur des blocs de jello.»

Grâce à son endurance hors du commun, qu’il associe directement aux emplois qu’il a occupés et à sa facilité dans les sports, M. Levesque avait à l’époque mis la main sur la coquette somme de 125 $. Il avait devancé Mario Larrivée de Trois-Pistoles et Jean-Jacques Leblond de Rivière-Trois-Pistoles. 

«Vers la fin, Mario qui était 20 ans mon cadet s’était approché de moi pour me demander si je comptais continuer encore longtemps. Je lui avais répondu que je venais à peine de me réveiller! Ça lui avait scié les deux jambes…», se remémore l’homme qui a une très bonne mémoire. 

Le plus ironique est qu’au moment de son exploit, Benoit Levesque n’avait pas chaussé ses patins depuis environ 10 ans. Il se souvient même que ses lames, rouillées, marquaient la neige d’une teinte orangée à chaque élan. On estime qu’il aura finalement parcouru la distance entre Rivière-du-Loup et Québec, si ce n’est pas un peu plus. 

«Je n’avais pas patiné depuis plusieurs années, alors j’étais bien reposé!», blague celui dont l’exploit n’avait pas manqué de retenir l’attention dans la région. «Et je n’ai jamais repatiné après avoir remporté le patineton. J’en avais assez fait!»

Notons que les participants du patineton avaient droit à une pause aux trois heures. Benoit Levesque se souvient qu’il mangeait alors un peu de chocolat et il buvait du jus d’orange pour se donner de l’énergie. Mais jamais il n’aura dormi. 

«J’avais aussi un long manteau de laine ce qui m’avait aidé comparativement aux autres, puisque je n’avais pas froid. Mais j’avais du plaisir tout simplement», explique-t-il, précisant tout de même que l’évènement avait à un moment pris une tournure très compétitive. «Certaines personnes venaient nous encourager, alors que d’autres essayaient de nous baisser le moral. Celles-là prenaient pour mes adversaires!»

L’aventure de Benoit Levesque avait été décrite en direct à la radio et il avait fait l’objet de reportage à Trois-Pistoles et dans la région de Rimouski. Dans son édition du 27 mars 1969, le Courrier de Trois-Pistoles identifiait l’athlète comme étant le «meilleur patineur de la province», lui qui avait battu le record provincial. Certains disaient qu’il était alors même le vainqueur de tous les patinetons du Canada. 

 

Publicité

Commentez cet article