X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Il y a 60 ans une bombe atomique explosait au-dessus de Saint-André

durée 17 novembre 2010 | 14h39
  • Saint-André – L'événement est demeuré secret pendant 50 ans, pourtant le 10 novembre 1950, une bombe atomique américaine de type Mk4 (Mark 4) a explosé au-dessus de Saint-André dispersant 45 kilogrammes d'uranium. L'incident cause alors une contamination radioactive de faible densité.

    Durant la guerre froide, les États-Unis établissent une centaine de bases militaires au Canada. L'une d'elles se trouve à Goose Bay, dans le Labrador. Cette base est la plus rapprochée de l'Europe. En août 1950, l'U.S. Air Force y conserve onze bombes atomiques Mk4.

    Le 10 novembre, un bombardier américain B-50 transportant une de ces bombes est victime d'une panne mécanique lors d'un vol de routine. L'avion menace de tomber. Dans un tel cas, le protocole demande que la bombe soit larguée pour éviter qu'elle explose avec l'appareil. La charge nucléaire (uranium) et la charge d'ignition sont transportées séparément. L'équipage procède au montage de la bombe au moment de l'attaque, peut-on lire dans Internet. La charge conventionnelle est larguée et explose, vers 16 h, à l'ouest du Petit-Pèlerin, une île située au large du village.

    Pendant 50 ans, l'affaire est étouffée. C'est le ministre de la Défense nationale du Canada, Art Eggleton, qui confirme le fait le 25 février 2000.


    M. Guy Desjardins et Mme Marthe Dubé-Hudon se souviennent de l'explosion
    Photo: Maurice Gagnon

    Témoignages

    Un site Internet rapporte le témoignage du curé de l'époque paru dans le journal Le Saint-Laurent. L'abbé Caron raconte : « J'étais occupé à couper mon tabac, lorsque j'ai entendu un bruit sourd. Je suis sorti et ma ménagère m'a dit qu'elle avait vu un nuage de fumée jaune pâle qui s'élevait du fleuve.

    En prenant de l'altitude, il grossissait constamment. Puis, ce fut l'explosion, un véritable grondement de tonnerre répété par l'écho des montagnes. Les habitants sont aussi sortis de leurs résidences, inquiétés par le bruit, mais l'explosion n'a causé aucun dommage. »


    Guy Desjardins a vu une boule de feu de la fenêtre de l’école de Saint-André.
    Photo: Maurice Gagnon

    On retrouve encore à Saint-André des témoins de l'affaire. C'est le cas de M. Guy Desjardins qui a entendu l'explosion de son banc d'école. Il avait 9 ans. L'élève a vu la boule de feu de la fenêtre de sa classe.

    À 92 ans, Mme Marthe Dubé-Hudon se souvient de l'explosion. « On avait un magasin à Saint-Germain. J'ai entendu un bruit extraordinaire. On nous a dit par la suite que quelque chose avait explosé dans le fleuve », raconte-t-elle.

    Collaboration : Maurice Gagnon, leplacoteux.com

    commentairesCommentaires

    11

    • LS
      Le scientifique
      temps Il y a 12 ans
      Si explosion atomique, il y eut, où sont les traces de radiation? Il faut savoir que le seul moment où une bombe atomique était amorçée était celui où elle se présentait au-dessus de son point de larguage. Or St-André n'a jamais été une cible. Et pourquoi en aurait-elle été une? La charge qui a explosé est une charge classique que transportait le bombardier afin qu'elle ne tombe pas au sol, là où il y aurait pu y avoir des morts. Faut quand même pas partir en peur avec des contre-vérités! À moins que le titre de l'article soit incorrect?
    • UL
      une lectrice
      temps Il y a 12 ans
      pour répondre au commantaire du "scientifique" je crois qu'en lisant l'article on peu constater que personne n'était visé et que la bombe n'était pas complète. Qu'elle a été largué pour éviter une catastrofe. C'est pourtant clair dans l'article.
    • LS
      Le scientifique
      temps Il y a 12 ans
      @lectrice Pour faire simple, précisons que c'est une bombe classique qui a explosé et non une bombe atomique et le geste fut volontaire pour éviter une catastrophe potentielle. Donc, le titre est faux et ne devrait pas parler de bombe "atomique".
    • LS
      Le scientifique
      temps Il y a 12 ans
      @lectrice Pour faire simple, précisons que c'est une bombe classique qui a explosé et non une bombe atomique et le geste fut volontaire pour éviter une catastrophe potentielle. Donc, le titre est faux et ne devrait pas parler de bombe "atomique".
    • TJ
      ti joe
      temps Il y a 12 ans
      Effectivement le titre est trompeur. La bombe contenait effectivement de l'uranium APPAUVRI. Elle était effectivement en 2 morceaux. Le détonateur une bombe conventionnel avec uranium appauvri et le noyau de plutonium enrichi dans l'avion. La bombe à explosé à 775 M au dessus au milieu du Fleuve. L'uranium appauvrit est un métal lourd beaucoup moins radioactif et couramment utiliser dans les produit militaire. Donc, c'est une bombe qui a explosé au dessus du St-Laurent près de St-André http://www.seattlepi.com/archives/1990/9010260016.asp : What actually detonated in the water five miles offshore was the 5,000-pound conventional explosive charge of a Mark IV nuclear bomb. The bomb's 6- to 9-kilogram plutonium-uranium nuclear core was not present, declassified Pentagon records indicate. http://www.check-six.com/Crash_Sites/Travis_B-29/The_Bomb.htm pour info sur la bombe http://www.check-six.com/Crash_Sites/Travis_B-29/ATSDR%20-%20PHA%20-%20Travis_AFB_Crash_Site.htm un rapport d'incident similaire qui évalue les risques de santé.
    • M
      Moi
      temps Il y a 12 ans
      @Scientifique : bombe atomique Mark 4, bombe atomique développée par les États-Unis entre 1949 et 1953 pour remplacer le type Mark 3. Apprend à lire et a faire tes recherches si tu te crois scientifique
    • CPC
      Chialer pour chialer
      temps Il y a 12 ans
      La Mark IV est la petite soeur de Fat Boy (Mark III) larguée sur Nagasaki en 1945. La Mark IV est une petite bombe atomique dont 550 exemplaires ont étés produites. Ce qui a été largué est une partie de la bombe, l'autre aurait tombé avec l'avion et n'aurait pas créé de fission nucléaire pendant le crash. Le ministre Louis Saint-Laurent aurait, à l'époque personellement et secrètement permis aux États-Unis le largage de 11 bombes dans leur base militaire de Goose Bay au Labrador en vue d'une pratique pour une éventuelle guerre atomique envers l'URSS.
    • ÉL
      Étienne LeBlanc
      temps Il y a 12 ans
      Je ne vois pas grand chose qui excuse le fait qu'on ait caché cela pendant des décennies. Cela démontre très bien que trop de choses sont cachées sous le secret militaire pour des mauvaises raisons.
    • CPC
      Chialer pour chialer
      temps Il y a 12 ans
      Je n'excuse en rien le comportement du gouvernement a cet époque mais 5 ans après la destruction de villes japonaise suite a un largage offensif de bombe nucléaire (2e guerre) n'aurait fait qu'alimenter de mauvais souvenirs en plus d'alimenter une frénésie au sein de la population... C'était un accident, si la bombe n'aurait pas ''pété'' au dessus du fleuve, le fleuve n'aurait surement plus la forme connue
    • H
      hangwire
      temps Il y a 8 ans
      bof vivement que l'on en explose une autre, les médias se désintéressent de notre belle région !
    • R
      rboaxx
      temps Il y a 8 ans
      boff... y a rien là... tant que les enfants ne jouent pas avec les allumettes, y a pas à s'inquiéter... nous pourront toujours nous agenouiller... c'est ce qui compte le plus... s'pas? faudrait tout de même pas partir en état de péché mortel...
    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    22 janvier 2023 | 13h07

    Un don de 1 000 $ aux Vieux Loups

    Les Vieux Loups ont tenu à remercier Anne Soucy pour son don personnel de 1000 $. Une somme «qui nous encourage à poursuivre notre mission "sport et charité" auprès de notre communauté», a commenté le club social. L’organisme œuvre dans la collectivité de Rivière-du-Loup.

    17 janvier 2023 | 9h20

    Le Centre de jour de la Maison Desjardins fait l'achat d'un casque de réalité virtuelle

    Le Centre de jour de la Maison Desjardins de Rivière-du-Loup a récemment procédé à l'acquisition d'un casque de réalité virtuelle pour le bénéfice des personnes malades en soins palliatifs et de leurs proches. Cet équipement issu des plus récentes technologies permet à la personne malade ou à ses proches fréquentant le centre de jour de vivre des ...

    15 janvier 2023 | 6h56

    Un cœur pour les aimer tous

    À l’enfance dans la grange de son grand-père, Jaimie Lapointe dessinait. Avec ses crayons, elle s’imaginait une famille, une grande famille composée d’un petit tas de garçons et d’un petit tas de filles. Pour ses 12 enfants, elle avait tracé des dortoirs où ils pourraient coucher et une vieille maison jaune où ils seraient tous ensemble. Un rêve ...