Publicité
1 octobre 2018 - 23:35 | Mis à jour : 2 octobre 2018 - 09:21

Denis Tardif obtient la confiance des citoyens

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 7
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Les électeurs souhaitaient du changement dans la circonscription de Rivière-du-Loup/Témiscouata et ils se le sont offert, ce lundi 1er octobre, alors que le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ), Denis Tardif, a détrôné le député sortant Jean D’Amour en récoltant 39,18 % des voix. 

Denis Tardif a donc fait partie de cette vague caquiste qui a déferlé sur le Québec lors de cette élection 2018. Alors que la majorité d’un gouvernement de la CAQ était confirmée sur les grands réseaux de télévision, M. Tardif rattrapait M. D’Amour dans les votes, une boite après l’autre. Une fois l’avance acquise, il ne l’a plus jamais laissé partir. Il s’est même offert une impressionnante avance.

Concrètement, après le dépouillement des 199 boîtes de scrutin, Denis Tardif a remporté la victoire sur le député-ministre Jean D’Amour (33,45 %) du Parti libéral avec 1 966 votes d’avance. Vincent Couture (15,25 %) du Parti Québécois, Goulimine Sylvie Cadôret (11,03 %) de Québec Solidaire et Martin Perron (1,09 %) du Parti Conservateur du Québec ont suivi dans les votes. Notons que le taux de participation préliminaire est de 69,43% sur les 50 261 électeurs inscrits. 

«Rivière-du-Loup, Témiscouata, Les Basques…merci, merci et encore merci de votre confiance, du fond du cœur. Ce soir, vous vouliez du changement et nous ferons mieux», a-t-il lancé après les «Denis, Denis, Denis, Denis» de ses compatriotes. 

Le nouveau député a d’ailleurs été chaudement applaudi par l’assistance dès son entrée à la salle Kamouraska de l’Hôtel Universel. L’enthousiasme de la cinquantaine de partisans s’est envenimé plus la soirée avançait, atteignant son apogée vers 21 h 30 lors de la confirmation de son élection. 

«Je vous promets que nous allons travailler pour un mode plus humain, pour un Québec plus fort. On va se donner une société encore plus prospère», a-t-il ajouté. 

TRAVAIL DE TERRAIN

Selon le nouvel élu, sa victoire est le résultat d’un «travail de terrain extraordinaire» et d’une équipe efficace. «[Marcher le comté], c’est un choix que nous avons fait. On a fait plus de 7500 portes et je me suis mis en mode écoute. On m’a parlé de changement (…) J’étais au rendez-vous avec vous, vous avez été fantastiques de m’accueillir dans votre jardin, dans votre cuisine. C’est un vécu extraordinaire que vous m’avez offert. Je voulais faire une différence quand je me suis présenté et les gens m’ont dit que nous avions fait le bon choix, que nous avions pris le bon chemin, la bonne voie», a-t-il dit en s’adressant aux électeurs. 

Il a ensuite dit vouloir se mettre au travail rapidement. «Dès demain, je vais travailler concrètement à préparer les plans d’action pour les trois MRC. Je veux aussi, comme promis, rendre publique éventuellement la liste des projets (…) On va travailler sur les dossiers et on va se faire un calendrier d’actions. Je ne sais pas si les dossiers vont m’être remis ou pas, mais je réitère ma demande [à Jean D’Amour]. C’est pour le bien des citoyens.»

S’il admet être un homme «avec peu d’émotion», Denis Tardif laissait paraitre un enthousiasme évident en mêlée de presse. Décidément, il a hâte de commencer. «Je suis un politicien de dossier. Aujourd’hui, je tombe dans mon meilleur, je tombe dans ce que je connais bien. La campagne électorale, c’est une question de stratégie, de porte-à-porte. Être porteur de dossiers, c’est mon métier», a-t-il déclaré, voulant également travailler pour une réforme du mode de scrutin. 

VAGUE CAQUISTE 

La Coalition Avenir Québec a conquis le Québec en remportant 74 comtés pour une large majorité. M.Tardif ne cache pas qu’il avait vu cette tendance se dessiner au cours des derniers jours. «Dans le porte-à-porte cette semaine, c’était clair. On sentait le vote se cristalliser, on sentait que les gens s’affirmaient beaucoup plus. Le 40 % d’indécis, qu’on ne saisissait pas au début, ont commencé à nous dire qu’on avait leur vote, qu’ils appuyaient la CAQ. Dans ma tête, c’était évident qu’on allait vers un changement.»

Denis Tardif prend donc le relais de Jean D’Amour qui était en poste depuis 9 ans. 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

7 réactionsCommentaire(s)
  • Juste comme ça quand t’a 83 pourcent des francophone qui ne son pas de votre avis sa devrais vous faire réfléchir. Seulement 17 pourcent pense comme vous c’est à dire que les libéraux son à la hauteur soit que les 83 pourcent son ignorant ou que c’est le 17 pourcent qui est dans champs. J’opterai pour le deuxième choix de toute façon tout Québec c’est prononcé et c’est terminé la grande noiceur.

    Réveillez vous - 2018-10-02 14:37
  • La vague lui à permis d'être élu. Maintenance tout un défi devant lui: remplacer un député de la qualité de Jean D'amour et réaliser les promesses de la CAQ avec l'économie du Québec à point grâce au PLQ.

    Très réaliste - 2018-10-02 13:22
  • On peux sentir les mauvais perdant félicitations M Tardif juste ne pas parler pour rien dire comme l’ancien député et être à l’écoute des gens sera déjà une nette amélioration. nous sommes derrière vous le résultat la clairement démontré.

    Réaliste - 2018-10-02 10:39
  • m tardif j;ai hate de voir vos miracles sortez votre pelle l;ecole st antonin legymnasest modeste les enfants sont tres tres a l;etroit allez y voir commencez vos miracles ,mais la c;est beau vous prenez un gouvernement sans dette j;ai hate deja dans 4 ans

    miraculeeui sais je - 2018-10-02 09:37
  • Bravo M.Tardif, quelle belle victoire!

    André - 2018-10-02 09:05
  • J'ai connu Denis alors qu'il était attaché politique au niveau fédéral pour l'ex-ministre Christian Paradis. Vous avez élu ans votre comté, un gars profondément dédié à ses dossiers. C'est quelqu'un qui offre rapidement son appui avec diligence et rigueur. Les dossiers poussés par Denis vont bénéficier d'une écoute plus qu'attentive auprès du Premier ministre Legault, ça je peux vous l'assurer.

    Pierre Harvey, Sherbrooke - 2018-10-02 08:06
  • Un mot enfin

    Jean desamours - 2018-10-02 01:06