Publicité
11 septembre 2018 - 11:01 | Mis à jour : 11:09

L'immigration retient l'attention au débat électoral

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 9

Le débat électoral tenu à l’Hôtel Universel de Rivière-du-Loup le 11 septembre a donné lieu à plusieurs salves d’attaques menées par le candidat de la Coalition Avenir Québec, Denis Tardif, à l’endroit du député sortant de Rivière-du-Loup – Témiscouata Jean D’Amour, qui a notamment dû défendre de bilan de son gouvernement.

Goulimine Cadôret de Québec solidaire et Vincent Couture du Parti québécois complétaient le panel des candidats et ont réussi à présenter quelques points de leur plateforme électorale à la population

Trois grands thèmes ont été retenus pour ce débat organisé par la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup, soit les dossiers régionaux économiques prioritaires, l’attractivité et la rétention de main-d’œuvre et le développement de la région pour la prochaine décennie.

Bien qu’on ait senti Vincent Couture plus nerveux au tout début de son premier débat politique en carrière, il s’est ressaisi en deuxième moitié du débat et a été en mesure d’adresser quelques questions à ses adversaires. Il a misé sur le travail d’équipe à plusieurs reprises notamment au sujet des marinas de Cacouna et du Carrefour maritime de Rivière-du-Loup, et sur l’accessibilité à Internet et à la téléphonie cellulaire pour amener les 18-35 ans à s’établir dans la région.

Le candidat de la CAQ, Denis Tardif, a aussi souligné l’importance de l’accessibilité à Internet haute vitesse et à la téléphonie cellulaire pour soutenir le développement économique de la région. Il a lancé quelques flèches au candidat du Parti libéral, Jean D’Amour, sur la rentabilité du service de traverse à l’année entre Rivière-du-Loup et Charlevoix. Bien que son chef François Legault, veuille faire diminuer de 50 000 à 40 000 le nombre d'immigrants entrant chaque année au Québec, Denis Tardif a martelé qu'il faut en accueillir davantage dans la région pour répondre aux besoins des entreprises. 

Jean D’Amour s’est défendu en soulignant que l’investissement gouvernemental au service de traverse est nécessaire pour «amener du monde chez nous, des travailleurs, des étudiants et des touristes». Pour le secteur économique M. D’Amour a soulevé le réseau express pour soutenir les projets de diverses entreprises sur le territoire. Il a nommé Lepage Millwork, Pâtes Alpha et Prelco qui en auraient bénéficié au cours des derniers mois.

De son côté, la candidate de Québec solidaire, Goulimine Sylvie Cadôret, a fait valoir les points marquants de la plateforme de son parti, sans attaquer ses adversaires. Elle a abordé notamment le désir d’une transition écologique, réduire la dépendance au pétrole et la possibilité de se nourrir localement, dans le cadre du «projet de société» proposé par QS.  Elle croit que la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata est une région exemplaire pour l’attractivité et l’économie basée sur la croissance des ressources.

L’immigration comme source de main-d’œuvre a aussi soulevé les passions chez les candidats. Tous sont toutefois d’accord, il est nécessaire de favoriser l’immigration en région pour répondre aux besoins de travailleurs des entreprises de la région. Les candidats de la CAQ, du PLQ et du PQ ont tous priorisé une immigration d’abord francophone, alors que plusieurs entreprises de la région, telles qu’Asta et duBreton ont recours aux services de travailleurs en provenance des Philippines et du Guatemala. Plusieurs d’entre eux s’établissent d’ailleurs de manière permanente dans notre région.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

9 réactionsCommentaire(s)
  • C'est vraiment désolant qu'on ne soit pas encore capable de commenter ici sans que notre commentaire soit toujours suivi d'insultes à l'égard des gens. Ça fait des années que ça dure et c'est vraiment dommage. L'Info-Dimanche nous offre un forum extraordinaire ici et nous nous traitons l'un et l'autre, ainsi que les gens qui travaillent fort pour le développement de notre région, de nos job et de notre économie avec une telle hargne que ça décourage les gens et personne ne se parle en bout de ligne. Je n'écrirais jamais les choses que vous osez dire ici. Traiter un candidat de démagogue? Je m'assume. La démagogie, c'est malsain. Mais être haineux avec des gens qu'on ne connait pas? C'est méchant. Je débarque de ce forum toujours aussi négatif. Buerk.

    Michelle - 2018-09-12 17:52
  • Jean D'Amour est à l'ass nat depuis des années, Et il est facile pour lui de sortir des chiffres de son chapeau que personne ne connait. Denis Tardif a démontré toute son honn¸eteté en disant ne pas les connaitre. N'oublions pas que les députés, à l'ass nat sont en congés payés depuis le déclenchement des élections. On les paye pour faire leur campagne, alors que les autres doivent se battre pour avoir accès à l'information sur du temps où ils ne sont pas payés. C'est d'ailleurs scandaleux, car une fois les élections déclenchées ils ne devraient plus être payés par nos impôts puisqu'ils n'ont plus de fonction de service aux citoyens. Quand aux grimaces de Mr D'Amour, ça fait partie de sa personnalité d'être suffisant et imbu de lui-même. On ne changera pas son égo, mais ce qu'on peut changer chez lui, c'est son statut de député.

    GB3 - 2018-09-12 16:45
  • Essentiellement de la vieille politique et un discours complètement dépassé et désuet. Le député part avec une grosse longueur d'avance et ses talents de communicateur redoutable lui donne l'avantage mais son arrogance et sa partisannerie crasse lui font perdre toute crédibilité. Le candidat de la CAQ est peu convaincant, mal préparé et moralisateur. Le candidat du PQ s'en est tout de même bien sorti en se concentrant sur les enjeux locaux et en évacuant la souveraineté de son propos. Une performance honnête de la part de la représentante de QS, cal et posée mais arrimé aux valeur de QS bien plus qu'aux enjeux locaux

    Jean Vincent Denis Cadoret. - 2018-09-12 15:27
  • Michelle je sais que le candidat libéral c’est tout mais dans la vrai vie il est mieux peux importe le métier de dire des fois que nous avons pas la réponse au lieu de dire n’importe quoi chose que les libéraux nous ont habitués. Par exemple m tardif a demandé à D’Amour pourquoi une toilette pour deux chambre dans le nouveau chsld et il c’est mis à parler d’éoliennes pas croyable dans ce cas il aurait dû répondre soit qui il ne savait pas ou mieux que c’était une erreur tu comprends Michelle. Et faire des grimaces quand quelqu’un parle c’est un manque de savoir vivre j’espère que vous le saviez.Et le premier octobre nous devons rester au pouvoir et présentement la caq mène dans les sondages alors le choix est simple mais je respecte votre opinion si vous optez pour l’opposition.

    Réaliste - 2018-09-12 08:28
  • @Michelle, C'est le privilège, et le devoir, du candidat déjà en place de connaitre sur le bout des doigts les dossiers de sa région. Soyons franc, je préfère quelqu'un qui est capable d'être honnête et d'avouer son incapacité à répondre, que quelqu'un qui va déblatérer sans fin pour éviter d'admettre son ignorance... M. D'amours a été en dessous de tout, mais fidèle à sa réputation de beau parleur, en utilisation des façons ridicules, enfantines et puériles pour déconcentrer ses adversaires. Quel manque de classe, de l'arrogance libérale à l'état pur.

    Je suis d'accord avec vous, M. couture semblait plus a l'aise en milieu de débat et finalement fait bonne impression, toutefois son parti est voué à la défaite, il faut en être conscient.



    Yvan - 2018-09-12 08:00
  • @médusé je crois que nous n’avons pas écouté le même débat vous et moi! J’ai pour ma part bien aimé Mr. Couture, qui semblait effectivement plus relax vers le milieu du débat, mais je n’ai pas aimé la démagogie et le manque flagrant de connaissances des dossiers de M. Tardif. Selon moi, M. D’Amour a clairement démontré qu’il maîtrisait les dossiers. C’est juste dommage que votre partisanerie vous empêche de l’avouer. Ça nous prend des débats d’enjeux, pas d’attaque inutiles qui ne feront pas avancer le comté! Et je suis d’accord avec M. Lemay, il FAUT parler d’environnement! Bien cordialement.

    Michelle - 2018-09-11 21:01
  • L'enjeu de l'heure c'est l'environnement car l'environnement est le seul que l'on a ! Immigration, santé, éducation sont tributaires de l'environnement, car si on détruit l'environnement, que restera-t-il ?

    serge lemay - 2018-09-11 12:37
  • L'encadrement dans une optique de favoriser l’immigration est importante. De plus, il faut savoir être sélectif et choisir ceux et celles qui ont des compétences valables à offrir à notre région.

    Bob - 2018-09-11 12:15
  • Un véritable manque de classe de la part du député D'Amour, qui marquait les réponses de ses adversaires de mimiques ridicules et de roulements d'yeux vers le plafond. Le débat aura été sans histoire, et franchement sans grand intérêt, l'arrogance libérale demeurant ce qu'elle est et la langue de bois primant à plusieurs reprises. Performances correctes pour les candidats Couture et Tardif, on notera la résilience de ce dernier face à un bombardement de questions lourdes de spécificités de la part de la Chambre de Commerce.

    Médusé - 2018-09-11 12:01