Publicité
23 août 2018 - 15:17 | Mis à jour : 24 août 2018 - 13:30

CAQ : Denis Tardif ne veut plus de classes dans des roulottes

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Rivière-du-Loup - Témiscouata, Denis Tardif, a lancé officiellement sa campagne électorale jeudi en dévoilant certains des dossiers qu’il entend développer en cours de route. «La CAQ va régler la situation des classes dans des roulottes, on va investir dans nos bâtiments», a-t-il lancé.

M. Tardif faisait bien entendu référence aux écoles Saint-François-Xavier à Rivière-du-Loup et celle de Saint-Modeste qui doivent organiser des classes dans des roulottes en raison d’un surplus d’élèves pour les locaux réguliers. «J’en fait un engagement. De plus nous devons offrir davantage de services aux élèves qui en ont besoin», a précisé le candidat caquiste qui entend revenir sur le grand thème de l’éducation.

«Avec mon parcours d’enseignant, l’éducation est évidemment une priorité pour moi. Le Projet Saint-Laurent réserve un rôle important aux cégeps pour créer de l’expertise et de la richesse et prévoit l’ajout de zones d’innovations technologies, dont pourrait bénéficier le comté de Rivière-du-Loup-Témiscouata», a-t-il souligné.

«En santé, la réforme Barrette est un échec, pour les gens qui ont payé de l’impôt et les travailleurs. Il faut améliorer les soins, déjà j’ai eu des rencontres avec des gens du milieu et je vais revenir avec des propositions», a soutenu Denis Tardif.

DES PROJETS

Il a également énuméré plusieurs projets qui feront partie de ses préoccupations : le financement du Parc maritime pour Rivière-du-Loup, le prolongement de l’autoroute 20 dans les Basques, la pénurie de médecins au Transcontinental dans le Témiscouata et l’accélération des travaux de l’autoroute 85.

Depuis cinq semaines, M. Tardif a rencontré des personnes dans la circonscription. «J’ai vu des gens enthousiastes envers la CAQ et ma candidature. J’ai fait de 60 à 100 portes à tous les jours pour échanger avec des personnes», a précisé le candidat. Il a refusé de commenter le dernier sondage Ipsos – La Presse réalisé du 18 au 21 aout auprès de 1501 répondants qui donnait une priorité de 7 % à son parti à l’échelle de la province: CAQ 36 %, PLQ 29 %, PQ 18 % et QS 11 %. «Je ne commenterai pas les sondages, je rencontre des gens à chaque jour et je me rend jusqu’au 1er octobre de cette façon-là», a mentionné Denis Tardif.

SA COALITION

«Nous sommes une coalition», a indiqué le candidat en début de conférence de presse. Il ne pouvait pas si bien dire à propos des gens qui l’appuient dans cette campagne. Denis Tardif a travaillé pour le Parti conservateur du Canada et il a été attaché politique de la députée France Dionne du Parti libéral du Québec. À ses côtés, on notait Gilberte Côté qui a été attaché politique du député et chef de l’Action démocratique du Québec, Mario Dumont. Gilbert Blachon était également un partisan de cette ancienne formation politique. Nous pouvons aussi reconnaitre dans son équipe André Beaulieu qui a travaillé dans les campagnes précédentes de Jean D’Amour du Parti libéral du Québec, Jean-Guy Dionne qui a soutenu plusieurs années l’organisation du Parti québécois et Michel Morin, un souverainiste convaincu.

Publicité

Commentez cet article