Publicité
2 octobre 2019 - 11:47 | Mis à jour : 3 octobre 2019 - 10:53

Ils étaient quatre, un d’entre eux sera le député

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le 2 octobre, c’était jour de débat pour les quatre principaux candidats de l’élection fédérale dans la circonscription de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup : Louis Gagnon du Bloc québécois, Bernard Généreux du Parti conservateur, Hugo Latulippe du NPD et Aladin Legault d’Auteuil du Parti libéral. Le 21 octobre prochain en fin de soirée, l’un d’entre eux sera élu député.

Ce débat était organisé par la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup. Environ 70 membres y ont assisté à l’Hôtel Universel. Après s’être présentés à tour de rôle, les candidats ont indiqué deux projets prioritaires pour la circonscription. M. Gagnon a parlé d’éco-tourisme et de décentralisation de la fonction publique. M. Legault d’Auteuil souhaite la création d’un centre d’innovation technologique et le rehaussement du réseau cellulaire et d’internet haute vitesse. M. Latulippe a également priorisé le développement de la téléphonie cellulaire dans l’arrière pays de même que le transfert d’entreprises. M. Généreux a ciblé l’immigration et la rareté de main-d’œuvre ainsi que la téléphonie cellulaire.

Aux questions des porte-paroles de la Chambre de commerce, Gabrielle Lavoie-Lévesque (présidente de la Jeune Chambre de Rivière-du-Loup) et Nancy Dumont, les quatre candidats ont répondu être favorables à un lien de traversier à l’année entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon. Tous ont amené leur initiative pour le développement du transport collectif.

En débat, Louis Gagnon a indiqué que le Bloc protègera la gestion de l’offre pour les agriculteurs. Aladin Legault d’Auteuil du PLC s’est engagé à travailler avec les producteurs. Pour Hugo Latulippe du NPD, c’est une évidence de protéger la gestion de l’offre et de développer bio et la ferme familiale. Bernard Généreux a mentionné que le PC a garanti que la gestion de l’offre ne serait plus jamais touchée. Dans cette partie du départ, la meilleure réplique est venue de Hugo Latulippe : «Bernard Généreux ne dit plus un mot à Ottawa.»

L’immigration et le recrutement de main-d’œuvre ont naturellement été mis de l’avant à cette occasion. M. Gagnon souhaite faire augmenter le plafond d’accueil des immigrants. M. Legault d’Auteuil entend travailler sur le jumelage des immigrants et des entreprises. M. Généreux a indiqué que des centaines de cas ont été réglés dans ses bureaux. M. Latulippe a mentionné qu’il existait déjà une concertation entre les organismes de la région pour attirer des immigrants. Les quatre candidats étaient «d’accord» pour augmenter les incitatifs pour garder des retraités à l’emploi ou voire même un retour sur le marché du travail.

Bernard Généreux du Parti conservateur a été attaqué à quelques reprises sur le projet de son parti de permettre la construction d’un pipeline jusque dans les provinces maritimes, traversant bien entendu le Québec. Louis Gagnon du Bloc québécois s’est fait le plus mordant à cet effet. Aladin Legault d’Auteuil du Parti libéral a été catégorique : «il n’y aura pas de pipeline qui va passer au Québec.» Selon Hugo Latulippe du NPD, la région doit se tourner vers une transition écologique de son économie.

Questionné par Info Dimanche sur la déclaration de son collègue Gérard Deltell qui s’est prononcé contre une aide pour les médias d’information, Bernard Généreux du PC a plutôt parlé du Parti libéral qui donne 600 millions de dollars à l’ensemble des médias, «un programme fait pour les grandes villes», selon lui. Louis Gagnon du Bloc souhaite que «les géants du web soient taxés pour redistribuer une partie de cet argent dans les médias régionaux». Aladin Legault d’Auteuil du PLC entend faire en sorte qu’une partie des 600 M$ aille aux médias régionaux : «comme député, je vais travailler pour aller chercher leur part.» Selon Hugo Latulippe du NPD, «les conservateurs ont coupé partout dans l’information. Le NPD va investir dans les médias locaux pour donner un coup de main».

Pour sa part, le candidat du Bloc québécois a défendu la pertinence de son parti à Ottawa. «Le Bloc existe pour protéger le Québec. En obtenant la balance du pouvoir, il peut faire changer des choses», a-t-il soutenu. Bien entendu, tous les autres candidats ne voyaient pas la situation du même angle et questionnaient l’utilité du parti souverainiste à la Chambre des communes.

Sur le plan régional, Bernard Généreux a mentionné que le Parti conservateur avait annoncé à Rimouski sa volonté d’accorder des fonds pour le prolongement de l’autoroute 20.

Bref, un débat qui a permis au député sortant Bernard Généreux de défendre son travail au cours des quatre dernières années, à Aladin Legault d’Auteuil de se faire connaitre davantage, à Hugo Latulippe de présenter sa vision d’un développement plus axé sur l’environnement et à Louis Gagnon de montrer que le Bloc québécois est bien vivant.

Publicité


Publicité

Commentez cet article