Publicité
22 octobre 2019 - 01:47 | Mis à jour : 01:57

Circonscription de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup

Vive déception chez les candidats défaits

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

La réélection du député Bernard Généreux dans Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup a évidemment déçu ses principaux adversaires du Bloc québécois, du Parti libéral et du Nouveau Parti démocratique, lundi soir, mais c’est surtout l’importante majorité de cette victoire qui a surpris et même attristé.  

Dans les camps bloquiste et libéral, la déception était vive, pas de cachettes. S’il était difficile de cerner aussi rapidement les raisons du revers, on proposait l'hypothèse qu'il y avait, chez les électeurs, une volonté de poursuivre dans la continuité avec Bernard Généreux. Dans les deux cas, on s’attendait à beaucoup mieux, à une lutte plus chaudement disputée. 

«Nous sommes déçus, mais les gens font leurs choix et c’est bien correct comme ça. Bravo à M. Généreux pour sa victoire, a souligné le bloquiste Louis Gagnon qui a dû se résigner de la deuxième place avec 32,1 % des voix. On aurait aimé une lutte plus serrée, mais les résultats sont les résultats et on les accepte, puisqu’on a l’impression d’avoir donné notre maximum, d’être allés jusqu’au bout.»

Du même coup, Louis Gagnon s’est réjoui de la performance de son parti sur le plan national. «On est contents pour les autres [candidats élus], j’en connais quelques-uns. On espère qu’il y aura une bonne représentation. On est heureux de cet espèce d’effet là et on espère que ça va aider les projets au Québec», a-t-il déclaré.

ALADIN LEGAULT D’AUTEUIL 

Le candidat du Parti libéral, Aladin Legault d’Auteuil, a suivi la soirée électorale en direct de l’Hôtel Levesque. Il a avoué être à la fois heureux et déçu de la tournure des événements. Heureux d’une victoire du Parti libéral avec l’élection d’un gouvernement minoritaire, mais naturellement déçu d’une défaite localement (16,2 % des voix). 

«Très content que ce soit un gouvernement libéral, mais c’est clair que je pensais que le résultat allait être différent et que j’allais avoir une chance d’être élu ici. M. Généreux a été reconduit d’une façon beaucoup plus forte que par le passé. Les gens ont donc trouvé qu’il a fait un bon boulot, alors je le félicite, tout comme je félicite tous les autres candidats», a-t-il mentionné. 

HUGO LATULIPPE 

Enfin, dans le camp du NPD, le candidat Hugo Latulippe a partagé sa tristesse et son inquiétude devant les résultats de cette campagne dans le comté. Le candidat a récolté seulement 6,8 % des voix. 

«Je suis très très fier de notre campagne […]  Mais le résultat est extrêmement triste, a-t-il avoué dans son local électoral de la rue Lafontaine. Il dit quelque chose de triste sur l’horizon politique. Je suis aussi assez surpris, vraiment «flabbergasté» en fait, par cette marge très importante. Pour moi, cela a quelque chose d’inquiétant.»

«Il y a quelque chose qu’on ne réussit pas à faire pour rejoindre et rallier les gens, a-t-il poursuivi, lucide. Au Québec, on est l’état le plus social-démocrate des Amériques. Si on ne protège pas cette chance-là qu’on a et qui a été offerte par nos grands-parents et nos parents, ça va nous échapper. On ne peut pas seulement être en résistance, il faut avancer. Là, nous sommes en train de reculer.»

Même si la popularité d’Yves-François Blanchet aura permis au Bloc québécois de grappiller des voix importants au parti de Jagmeet Singh, la problématique est plus importante, estime Hugo Latulippe. Au Québec, seul le chef adjoint du NPD, le député Alexandre Boulerice, a été réélu. 

«Il faut parler très clairement si on veut que notre monde avance sur la question écologique, par exemple. Si on additionne les voix du Bloc québécois et du NPD, dans la circonscription, nous ne sommes toujours pas en train de menacer le Parti conservateur. C’est pour cela que je dis que c’est inquiétant. Comme progressiste, comme écologiste, je crois qu’il y a quelque chose qu’on ne réussit pas à faire dans la communication des enjeux d’aujourd’hui.»

Notons que Louis Gagnon, Aladin Legault d’Auteuil et Hugo Latulippe ont tous déclaré vouloir poursuivre leur implication politique. Aucun d’entre eux n’a fermé la porte à une nouvelle candidature dans le cadre d’une prochaine campagne électorale. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article