X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Hugo Latulippe candidat pour le NPD

durée 4 septembre 2019 | 12h12
  • François Drouin
    Par François Drouin

    journaliste

    Flanqué du député néodémocrate de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, le réalisateur Hugo Latulippe a confirmé, le mercredi 4 septembre, sa candidature comme candidat du NPD pour la circonscription de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup. Il tend donc la main aux progressistes du pays, dans le but, notamment d'assurer une transition écologique.

    Alors que les problèmes de recrutement du Nouveau parti démocratique font les manchettes, c'est une candidature de taille que Guy Caron a annoncé tout sourire à l'Auberge de la pointe. Si le réalisateur passe devant la caméra, ce n'est pas pour y jouer un rôle obscur, dit-il. Ce dernier troque la caméra par souci d'engagement, notamment de la cause écologique qu'il souhaite porter au premier plan.

    «Mon engagement est motivé par l'idée de servir. J'ai décidé de consacrer quelques années à faire avancer le pays de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup que j'aime tant et qui est ma maison.»

    Hugo Latulippe souhaite donc incarner une nouvelle époque politique. «Je serai le député des entreprises responsables, progressistes, équitables et écologiques. (...) Je serai le candidat qui défend le déploiement d'un réseau ferroviaire efficace sur le territoire comme ceux qu'on battit à La Pocatière pour le reste du monde.»

    L'accès à un réseau cellulaire abordable, de l'agriculture diversifiée et biologique, du transfert familial des fermes, l'éco-tourisme sont aussi aux centres de ce qu'il entend défendre et soutenir.

    En point de presse, le candidat qui manie bien le verbe a fait étalage de son talent, fustigeant les autres partis politiques.

    Souverainiste reconnu, Hugo Latulippe s'est défendu et soutient qu'il est possible d'être souverainiste dans l'absolu tout en travaillant à l'avancement du Québec à titre de province canadienne. Il ne s'est toutefois pas gêné pour critiquer le Bloc québécois qu'il accuse d'enrayer la mécanique du parlement canadien. Selon ce dernier, l'heure n'est plus à la souveraineté, même pour les souverainistes.

    «Oui j'ai voté pour le Bloc Québécois dans les années 2000, mais là ça commence à faire longtemps que le parti est essoufflé. Il me semble que le parti est stallé sur une position de refus systématique. Pour moi le Bloc radote. (...) C'est un parti en bout de course.»

    Le Parti conservateur n'y a pas échappé. Pour le candidat néodémocrate, d'être confronté au fait qu'un député conservateur parle au nom des Bas-Laurentiens est un anachronisme. S'il a reconnu que le député sortant, Bernard Généreux, était apprécié comme individu, il a rappelé que voter conservateur équivaut à se tirer dans le pied d'un point de vue économique et écologique.

    «Ces gens sont le bras politique des industriels du pétrole, ils ne sont pas outillés pour concevoir une économie du 21e siècle alors que les Québécois sont résolument tournés vers l'avenir. (...) Voter conservateur c'est voter contre le Québec.»

    Mais c'est avec le Parti libéral du Canada qu'Hugo Latulippe s'est montré le plus cinglant, qualifiant le PLC de «parti fourbe». Il reproche à Justin Trudeau ses nombreuses contradictions, d'arborer des idéologies modernes tout en dirigeant le pays dans une direction inverse.

    «Se placer en défenseur de la planète devant les caméras et de nationaliser un pipeline qui va sortir trois fois plus de pétrole de l'Alberta doit être le clou dans le cercueil du parti. (...) Ce parti est un parti de soumission.»

    Du même souffle, Hugo Latulippe plaide pour cesser de voter en opposition et par stratégie, mais plutôt en accord avec ses propres valeurs.

    Cinéaste reconnu, le candidat âgé de 46 ans a notamment réalisé Bacon, le film, Ce qu'il reste de nous, Alphée des étoiles, Le Profil Amina et plus récemment Troller les trolls (avec Pénélope McQuade). Cinéaste, producteur et auteur, il réside à Cacouna depuis 2017. «À temps plein, souligne-t-il. Pendant près de 20 ans j'ai résidé quelques mois par année sur l'île Verte.»

    Ce dernier estime que la circonscription possède un ancrage social-démocrate qui lui permettra de remporter le suffrage. Il est aussi membre de Projet Montréal et Québec solidaire.

    «L’arrivée de Hugo sur la scène politique est une excellente nouvelle pour la région et pour le pays, ajoute Guy Caron, député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques. Elle traduit l’engagement d’une nouvelle génération en politique.»

     

    commentairesCommentaires

    1

    • MD
      Maurice Dumas
      temps Il y a 3 ans
      J'ai beaucoup d'estime pour Hugo Latulippe. Les thèmes qu'ils défend sont d'une criante actualité et les solutions qu"il propose sont d'une urgente nécessité. Mais dans la conjoncture actuelle il aurait peut-être été plus logique de le voir au Parti Vert ou au Bloc québécois. Mais c'est son choix. Bonne chance à Hugo

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    22 octobre 2019 | 1h47

    Vive déception chez les candidats défaits

    La réélection du député Bernard Généreux dans Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup a évidemment déçu ses principaux adversaires du Bloc québécois, du Parti libéral et du Nouveau Parti démocratique, lundi soir, mais c’est surtout l’importante majorité de cette victoire qui a surpris et même attristé.   Dans les camps bloquiste et libéral, ...

    22 octobre 2019 | 1h45

    Bernard Généreux réélu dans Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup

    Les électeurs de la circonscription de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup ont accordé leur confiance et un deuxième mandat consécutif au député conservateur sortant, Bernard Généreux. Au moment de mettre ce texte en ligne, il avait obtenu environ 42 % des votes exprimés. «On a travaillé très fort au cours des quatre dernières années ...

    22 octobre 2019 | 0h50

    Maxime Blanchette-Joncas élu dans Rimouski - Neigette - Témiscouata - Les Basques

    Après deux mandats, le député sortant, le néo-démocrate Guy Caron, a mordu la poussière alors que le représentant du Bloc québécois Maxime Blanchette-Joncas, porté en partie par la vague bloquiste, a remporté la victoire dans Rimouski - Neigette - Témiscouata - Les Basques. Au moment d'écrire ces lignes, alors que 215 des 220 bureaux de scrutin ...