Publicité

21 septembre 2022 - 15:37 | Mis à jour : 22 septembre 2022 - 09:14

Prolongement de l’autoroute 20

Carole Sierpien invite les autres candidats à se prononcer

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Ce 21 septembre, Carole Sierpien, candidate de Climat Québec dans Rivière-du-Loup-Témiscouata, a lancé sa campagne dans le parc de l’église de Trois-Pistoles, face à la mairie de la ville. Lors de son discours, elle a invité les candidats des autres partis à prendre position une fois pour toutes et à expliquer ce qui leur permet d’appuyer le projet.

«Comment ils peuvent appuyer [ce dossier] et concilier ça avec leurs objectifs en matière d’environnement?», avance-t-elle. Au printemps dernier, le projet du prolongement de la 20 a été réinscrit au Plan d’infrastructures québécois (PQI), ce qui a semé la controverse dans la région pistoloise. Le maire, Philippe Guilbert, une résidente et un groupe de citoyens du regroupement Le pont de la 20 ça ne tient pas debout ont clamé qu’ils étaient contre la continuation de l’autoroute.

Sans équivoque, Mme Sierpien, appuyée par son collègue se présentant dans Rimouski, Pierre Beaudoin, se dit en défaveur du prolongement. «On comprend que les impacts environnementaux sont très hauts. On comprend que la vallée de la rivière Trois-Pistoles, son intégrité écologique est menacée : les milieux humides, les terres agricoles, les érablières. Aussi, ce qui est important c’est la vitalité économique de Trois-Pistoles et les autres villages qui sont impactés [sic]. On sait, avec L’Isle-Verte et Cacouna, l’effet que la 20 a eu sur leur vitalité», explique la candidate de Climat Québec. Elle ne cache pas que cet enjeu est important et traine depuis longtemps. Elle soutient que «pendant que le projet n’aboutit pas, il y a des sections de la 132 qui restent dangereuses et qui ne sont pas améliorées».

Notons que la veille du lancement de la campagne de Carole Sierpien, le regroupement citoyen Le pont de la 20 ça ne tient pas debout a fait parvenir un communiqué aux médias locaux. Dans ce dernier, les membres dénoncent qu’aucun candidat de la circonscription ne s’est montré en défaveur du projet et se désole que Québec solidaire, le Parti québécois, le Parti libéral du Québec, la Coalition avenir Québec et le Parti conservateur du Québec aient appuyé l’idée.

À LIRE AUSSI» Prolongement de l’autoroute 20 : les candidats interpelés

La candidate a confirmé qu’elle n’était pas impliquée dans Le pont de la 20 ça ne tient pas debout, mais qu’elle était sympathisante à la cause des militants.

LES GRANDES LIGNES DE SA CAMPAGNE

Carole Sierpien, résidente de Saint-Mathieu-de-Rioux depuis dix ans, ne s’attend pas à être élue cette année pour sa première participation en tant que candidate aux élections. Elle invite tout de même la population à voter pour son parti afin de démontrer leur appui à la lutte contre les changements climatiques et augmenter leur financement.

Par sa présence à la campagne électorale, elle souhaite faire connaitre Climat Québec ainsi que mettre au défi les autres partis afin que plusieurs points importants soient débattus. «On prépare l’avenir», confie-t-elle. Durant les prochains jours, elle prendra notamment part à une marche à Rimouski. Le 27 septembre, elle sera au Cégep de Rivière-du-Loup pour s’entretenir avec les étudiants sur l’heure du midi, puisqu’elle n’a pas pu participer à la joute électorale qui se déroulait le 15 septembre dernier.

Concernant les enjeux locaux, en plus de l'autoroute 20, Mme Sierpien s’est montrée favorable à ce que l’accès aux terres publiques du territoire non organisé du Lac-Boisbouscache soit rétabli, et non seulement réservé au Club Appalaches.

Par rapport au transport collectif, elle a mis de l’avant l’engagement du parti à débourser 5 milliards de dollars afin de rendre gratuit un transport interrégional. Ce dernier prendrait la forme d'un monorail à grande vitesse dont les couts de mise en place en sus du 5 milliards investis annuellement.

Pour l’instant, la candidate n’a pas souhaité aller plus loin : «Vu que je suis nouvelle, je ne veux pas trop m’éparpiller et mes connaissances ne sont pas encore au niveau (ça va venir), mais il faut que je m’en tienne à ce que je suis capable de défendre, car je ne veux pas dire des paroles en l’air».

Climat Québec est un parti qui s’est formé en 2021 et dont la cheffe est Martine Ouellet. Il prône avant tout le climat. Pour réussir sa mission de carboneutralité, le parti désire, entre autres, l’indépendance du Québec.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article