Publicité

31 août 2022 - 15:13 | Mis à jour : 16:17

Rivière-du-Loup est «l’une des régions prioritaires» de Québec solidaire

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Deux jours à peine après le passage du chef de la Coalition avenir Québec, François Legault à Rivière-du-Loup, la caravane de Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire y a aussi fait un arrêt, encourageant au passage la candidate Myriam Lapointe-Gagnon dans la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata.

«Le hasard est beau, la coïncidence est d’adon […] On sera de retour plus tard dans la campagne électorale, parce que c’est une circonscription où on a une candidature de premier plan», a indiqué Gabriel Nadeau-Dubois.

La candidate et le porte-parole de Québec solidaire sont allés serrer des mains à l’intérieur du restaurant St-Hubert du boulevard Cartier, où ils ont rencontré par hasard, l’ex-députée et co-fondatrice du parti, Françoise David, qui y était attablée.

Québec solidaire a dit avoir de grandes ambitions, tant à Rimouski qu’à Rivière-du-Loup et ne cache pas son intention de faire élire des députés solidaires dans l’est du Québec. L’organisation en a fait «l'une de ses régions prioritaires».

Gabriel Nadeau-Dubois a présenté Myriam Lapointe-Gagnon comme une candidate qui peut «livrer la marchandise et compléter le réseau des CPE [parce que] c’est un gros problème dans toutes les régions du Québec, y compris ici dans Rivière-du-Loup.»

La candidate a affirmé au porte-parole de sa formation politique qu’elle avait une équipe de 85 bénévoles afin de l’aider à mener sa campagne dans Rivière-du-Loup-Témiscouata.

«C’est le signe qu’on a le vent dans les voiles, on le sent et on travaille fort sur le terrain. En quatre ans, tellement de choses ont changé dans la circonscription avec de nouveaux partis et aucun candidat du Parti libéral. On se dit que tout est possible», a commenté Myriam Lapointe-Gagnon.

En 2018, Québec solidaire avait récolté 11 % des intentions de vote dans la circonscription, 4e derrière le Parti québécois (15,2 %), le Parti libéral (33,5 %) et la Coalition avenir Québec avec 39,2 %. «Quelque chose est en train de se passer, les gens veulent du changement. On veut déjouer les statistiques», complète Mme Lapointe-Gagnon.

Le 30 aout, s’il est élu, Québec solidaire a promis de suspendre la TVQ sur la vente de tous les biens essentiels comme la nourriture, les repas au restaurant, les vêtements, les médicaments en vente libre et les produits de soins corporels et les services de réparation. Cette promesse représente un montant de 2 milliards $ en 2023.  Cela pourrait représenter «des économies de 1 100 $ par année pour une famille moyenne», selon Québec solidaire.

Quelques jours avant le déclenchement officiel de la campagne électorale, le porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a annoncé à Cacouna son engagement de créer une Prestation poupons pour les parents en attente d’une place en service de garde ayant écoulé leurs prestations du Régime québécois d’assurance parentale.

En avril dernier, Amélie Dionne a été présentée par le chef François Legault comme la candidate de la Coalition avenir Québec dans Rivière-du-Loup-Témiscouata. Au début du mois d’aout, le chef du Parti conservateur Éric Duhaime était à Rivière-du-Loup pour annoncer la candidature de Louise Moreault. La candidature de Myriam Lapointe-Gagnon pour Québec solidaire a aussi été officialisée au début du mois d’aout. Félix Rioux a annoncé le 29 aout qu’il porterait les couleurs du Parti québécois lors de cette élection. Le Parti libéral n’a pas présenté de candidature pour le moment.

Publicité


Publicité

Commentez cet article