X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

La chorégraphe Soraïda Caron rayonne à l’international cet été

durée 25 mai 2023 | 06h31
  • La directrice générale, artistique et chorégraphe de la compagnie Mars elle danse, Soraïda Caron, s’illustrera à l’international cet été avec une participation au festival Les Journées chorégraphiques de Carthage en Tunisie ainsi qu’un séjour pour une résidence de création chorégraphique à Potsdam en Allemagne. 

    Alors qu’elle y était en février dernier avec une délégation québécoise pour participer au Festival des Premières Chorégraphiques, Soraïda Caron sera de retour pour la cinquième tenue du festival Les Journées chorégraphiques, où elle prendra part, entre autres, à une table ronde. Cette présence fait suite à une invitation du directeur artistique Selim Ben Safia, également chorégraphe de la compagnie Al Badil, une association œuvrant pour la structuration du secteur culturel tunisien. L’événement, qui aura lieu à Carthage du 10 au 18 juin prochain. 

    «Ce retour en Tunisie représente beaucoup pour moi puisque je souhaite y sceller le début d’une longue collaboration artistique avec Selim, mais aussi avec les professionnels de la danse qui habitent ce territoire. Ce sera une participation inspirante et riche en échanges», mentionne Soraïda Caron. 

    RÉSIDENCE DE CRÉATION EN ALLEMAGNE

    Accompagnée de la sculptrice de Saint-Narcisse-de-Rimouski Ito Laïla Lefrançois, Soraïda Caron participera, en août et septembre prochains, à la résidence chorégraphique à Potsdam, en périphérie de Berlin. Offerte par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), la résidence de création permettra aux deux artistes bas-laurentiennes d’explorer le langage entre la danse et la sculpture grâce au projet Corps territoire, qui a retenu l’attention du comité de sélection. 

    La résidence de création se déroulera à Fabrik Potsdam, un centre international de danse et de l'art du mouvement, qui figure parmi les lieux les plus réputés en Allemagne pour la danse contemporaine. «Je suis honorée et fébrile par cette opportunité artistique […]. Cette résidence de création sera pour nous l’occasion d’explorer l’effet de synergie entre nos disciplines artistiques, de sortir de notre zone et de profiter de l’accompagnement et de l’expertise de professionnels sur place», mentionne Soraïda Caron. 

    En plus d’être à la tête du Marathon de la création qui se déroulera du 6 au 8 juillet, dont la programmation a été dévoilée le 17 mai, Soraïda Caron effectuera une chorégraphie lors de la deuxième édition du Festuaire de Cacouna le 15 juillet. Cette dernière présentera un court extrait de son travail chorégraphique en extérieur. 
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    23 février 2024 | 6h02

    Maude Audet à la Forge à Bérubé de Trois-Pistoles

    Après non pas un, mais deux rendez-vous manqués en raison de la pandémie, L'œil de la tempête accueillera Maude Audet dans la chaleureuse Forge à Bérubé de Trois-Pistoles ce samedi 24 février à 20 h. Maude Audet est une force tranquille, lumineuse. Ayant tracé un sentier à son image dans le paysage artistique québécois, elle crée sa musique comme ...

    22 février 2024 | 13h58

    Le spectacle de Roch Voisine est maintenu à Rivière-du-Loup

    Malgré l’annonce du report de la tournée de Roch Voisine au Québec, en Ontario, en Belgique et en France cet hiver, la date de spectacle prévue à Rivière-du-Loup le 14 juin juin lors du Musique Fest est maintenue, a confirmé l’organisateur Steeve Drapeau. Le chanteur a subi une infection à l’oreille qui s’est aggravée. Les spécialistes ont jugé ...

    21 février 2024 | 6h58

    Le pied de nez d’Ariane Michaud à la beauté d’influence

    L’autrice Ariane Michaud, native de L’Isle-Verte, étale ses complexes d’antan comme une liste d’épicerie, en prémices de son livre autofictionnel «Ma laideur n’influence personne». Au fil de cette autofiction anatomique, elle décortique sa réflexion tout comme elle dissèque son corps. Un cheminement qu’elle aurait aimé lire lorsqu’elle était ...