Publicité

8 septembre 2022 - 06:59 | Mis à jour : 10:40

Festival Mots de la rive

Rébecca Déraspe, fille du fleuve et de théâtre

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

En amour avec le théâtre depuis son tout jeune âge, l’autrice de Notre-Dame-du-Portage Rébecca Déraspe reviendra au bercail les 9 et 10 septembre afin de partager sa passion, en tant que porte-parole du festival de lectures théâtrales Mots de la rive de Rivière-du-Loup, à l’endroit même où elle a eu son coup de foudre pour le 6e art.

«C’est génial, cette initiative de donner de l’espace au théâtre en région, ça me touche beaucoup. Tant pour les gens qui viendront assister aux lectures que pour les auteurs et autrices. Il n’y avait pas ça quand j’étais plus jeune», constate Rébecca Déraspe. Presque 30 ans après le début de son béguin pour le théâtre, à l’École de théâtre Françoise-Bédard, ses pièces prennent vie sur les scènes de Montréal, Berlin et Paris.

Assise sur la grève de la plage à Notre-Dame-du-Portage, les yeux rivés sur le fleuve Saint-Laurent, elle plonge dans ses plus vieux souvenirs qui la lient au théâtre et se projette directement avant d’entrer sur la scène. «J’étais très jeune, j’avais sept ans. Je suis en coulisses, j’entends le public entrer. J’ai un vertige de trac de fou! Tu entres sur scène et tu as quelque chose qui se détend et qui explose. C’est le moment où je me suis dit que je suis en amour avec le théâtre.»

À cette époque, toutefois, elle voulait jouer. Rébecca Déraspe a rapidement su que le théâtre allait avoir une place centrale dans sa vie. Les circonstances de sa vie ont fait en sorte qu’elle est devenue autrice. «Je voulais vraiment être actrice et à un moment donné, j’ai eu une crise de panique sur scène. J’ai commencé à ressentir le besoin de fuir cet endroit-là et je n’avais vraiment pas envie d’y retourner.»

Elle s’est réconciliée avec son art lors d’un cours d’écriture dramatique dans le cadre de ses études en littérature à l’université en découvrant le monde du théâtre contemporain. «Ce n’est pas juste les gens morts qui écrivent du théâtre. Je n’avais pas conscience que ça pouvait être une prise de parole contemporaine. J’ai toujours aimé écrire, mais je n’avais pas réalisé que cela pouvait servir ma passion», poursuit Rébecca Déraspe.

Elle a véritablement trouvé sa voie après s’être inscrite à l’École nationale de théâtre du Canada en écriture dramatique. Au cours des dernières années, elle a repris contact avec la scène, petit à petit. L’idée de s’écrire une pièce en solo chemine tranquillement dans son esprit, même si elle est encore loin de la concrétiser. Elle lance ce projet au Saint-Laurent, comme on jette une bouteille à la mer.

Au cours des prochains mois, elle se donnera du temps pour rêver à des projets et retrouver le désir d’écrire et de traverser le deuil de sa mère, qu’elle a perdue en avril dernier.

En plus de sa présence au festival Mots de la rive de Rivière-du-Loup, l’autrice d’une quinzaine d’œuvres théâtrales verra pour la toute première fois l’une de ses pièces, intitulée «Les Glaces», présentée dans sa région natale. Elle est prévue à l’horaire du Centre culturel Berger de Rivière-du-Loup le 1er décembre prochain.

Rébecca Déraspe travaille présentement sur un projet d’adaptation cinématographique de sa pièce «Ceux qui se sont évaporés». Trois de ses œuvres théâtrales seront présentées au Québec, dont «Les Glaces», «Les Filles du Saint-Laurent» et son adaptation de «La nuit des rois» au Théâtre du nouveau monde. Rébecca Déraspe a remporté le prix Michel-Tremblay 2020 de la Fondation du Centre des auteurs dramatiques et le prix de la critique de l’Association québécoise des critiques de théâtre pour sa pièce «Ceux qui se sont évaporés».

FESTIVAL MOTS DE LA RIVE

La troisième présentation du festival de lectures théâtrales Mots de la rive aura lieu les 9 et 10 septembre à 20 h à la salle Bon-Pasteur de la Maison de la culture de Rivière-du-Loup, sous le thème Havre commun. Les auteurs et autrices invités cette année sont Julien-Claude Charlebois, Marianne Dansereau, Lauriane Derouin, Mélissa Simard, Stéphanie Pelletier, Phara Thibault, Alexandra Tremblay et Anne-Marie White. Ils partageront leurs textes par l’intermédiaire des comédiens et comédiennes professionnels Sylvio Archambault, Jean-Raymond Châles, Marie-Hélène Gendreau, Olivier Hardy, Camille Marchon, Parfaite Ségolène Moussouanga et Emanuel Robichaud. L’artiste invitée de la région est Wina Forget.

Le festival Mots de la rive est né en 2019 du désir d’offrir une tribune aux dramaturges dans la région du Bas-Saint-Laurent, loin des grands centres. Les cofondatrices Myranda Plourde et Mélodie Noël Rousseau y ont toutes les deux grandi. Les artistes participant au festival prennent aussi part à diverses activités culturelles éducatives et touristiques. Il est possible d’obtenir plus d’informations au www.festivalmotsdelarive.com.

Publicité


Publicité

Commentez cet article