Publicité

14 janvier 2021 - 08:32

La multiplication des neurones au Cégep de Rivière-du-Loup

Le Cégep de Rivière-du-Loup a récemment reçu une nouvelle œuvre permanente qui ne passe pas inaperçue dans ses murs. Déjà quelques minutes après son installation, étudiants et membres du personnel en profitaient pour se prendre en photo devant, ou plutôt, au milieu de la création. Cette pièce d’envergure intitulée «La multiplication des neurones» a été pensée et conçue par le duo d’artistes Cooke-Sasseville exclusivement pour le Cégep.

L’année dernière, dans le cadre des festivités de son 50e anniversaire, le Cégep avait prévu et entamé des démarches pour acquérir une œuvre de l’une ou l’un de ses diplômés.

«Nous avons reçu plusieurs propositions très intéressantes et un comité composé de membres de la Direction et du Département des arts s’est penché sur les intentions de création reçues et devait faire une présélection, une entrevue et une sélection finale. La vision de Cooke-Sasseville a séduit le comité pour de multiples raisons dont son éloquence, son originalité et l’interaction certaine qu’elle allait créer avec la communauté collégiale», souligne le directeur général du Cégep, René Gingras.

La représentation du cerveau évoque, entre autres, la transmission du savoir et la coordination entre les individus. Jean-François Cooke et Pierre Sasseville travaillent conjointement depuis le début des années 2000 et ont présenté leur travail dans un nombre important d'expositions individuelles ainsi que dans le cadre d'évènements collectifs d'envergure aussi bien au Canada qu'à l'international. Ils sont à l'origine d'œuvres d'art public bien connues telles que Le Mélomane (2011), Prendre le pouls (2014) et La Rencontre (2017).

 «L’ouverture démontrée par les représentants du Cégep lors des rencontres préliminaires nous a amenés à développer une proposition audacieuse qui détonne par rapport aux habituelles interventions artistiques pour ce type d’espace. L’aspect immersif de l’œuvre amplifie le lieu d’intégration en créant l’illusion de nouveaux volumes architecturaux de part et d’autre du corridor menant aux bureaux de la direction. Créer l’infini dans un espace restreint et quelconque nous a semblé être un défi intéressant à relever», mentionne avec enthousiasme Pierre Sasseville qui a réalisé son parcours collégial au Département des arts du Cégep de Rivière-du-Loup entre 1995 et 1997.

Pour l’instant, en raison de la pandémie, il n’est pas possible pour la population de visiter cette œuvre en personne. En attendant un meilleur contexte, le Cégep a diffusé quelques photos sur son site web.

Publicité


Publicité

Commentez cet article