Publicité

25 novembre 2020 - 15:32

Retracer ses origines, le récit de Valérie-Ginette Lebel

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Dans une biographie qu’elle lancera les 27 et 28 novembre intitulée «Mon parcours de l’aube au crépuscule : histoire d’une enfant adoptée», Valérie-Ginette Lebel de Saint-Michel-du-Squatec raconte ses retrouvailles avec sa mère biologique, sœur Émérentine Quinn, de la communauté religieuse les Oblates de Marie.

Elle espère ainsi inspirer d’autres enfants confiés à l’adoption à entreprendre des démarches afin de retrouver leur famille biologique, leurs origines et d’ainsi boucler un chapitre de leur vie. «J’écrivais cette histoire avant tout pour mes enfants. Je suis certaine que d’autres mères de famille auraient beaucoup de choses à écrire et à laisser pour leurs descendants, ça fait de belles histoires», explique Valérie-Ginette Lebel.

Mme Lebel est née à l’Hôpital de la Miséricorde de Québec et a été adoptée à quatre mois par une famille de Squatec, en 1941 à la Crèche Saint-Vincent-de-Paul. Dans son livre, elle aborde les circonstances de son adoption, son passage à l’école de rang, sa vie avec ses parents adoptifs et la suite avec son mari. Valérie-Ginette Lebel a retrouvé sa mère biologique en 1996 en passant par le service d’adoption et de post-adoption des Centres jeunesse de Québec, alors que les options de recherche étaient moins nombreuses pour les enfants adoptés.

«Avant, on voyait des annonces passer de temps en temps dans le journal et il y avait l’émission de Claire Lamarche. Maintenant avec Internet et les réseaux sociaux, c'est beaucoup plus facile. J’ai été chanceuse, j’ai vécu une belle histoire en retrouvant ma mère biologique. D’autres personnes se sont fait dire par les services sociaux que leurs parents biologiques n’étaient pas intéressés à les rencontrer», ajoute Mme Lebel.

Ces retrouvailles lui ont permis de boucler la boucle et de mieux comprendre sa personnalité. «Après, quand tu le sais, c’est vraiment un poids de moins sur les épaules. Des fois, j’étais avec mes parents et mon frère et j’avais un tout autre caractère, je ne savais pas d’où ça venait. Ça permet de faire des liens et de connaitre aussi l’historique des maladies familiales […] Celle que j’ai retrouvée, je n’ai jamais pu l’appeler maman. Mes parents, mon père (Antonio Lebel) et ma mère (Maria Albert), sont ceux qui m’ont adoptée et élevée.»

Le lancement de cette biographie aura lieu les 27 et 28 novembre à l’édifice municipal de Saint-Michel-du-Squatec (entrée par la porte arrière) de 13 h à 16 h. Il a été prévu sur deux journées puisque la capacité de la salle est réduite en raison des règles sanitaires. Le livre sera disponible prochainement à la Librairie du Portage et à la Librairie J.A. Boucher de Rivière-du-Loup.

Publicité


Publicité

Commentez cet article