Publicité
27 octobre 2018 - 06:57

La petite histoire de Monsieur Mô, le lapin lecteur

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Il y a trois ans, une petite boule de poils a trouvé domicile à la Bibliothèque Françoise-Bédard de Rivière-du-Loup. Monsieur Mô, un lapin Rex miniature, a été adopté par les employés de la bibliothèque et, sans aucun doute, par ses usagers. Depuis son adoption en 2015, le nombre de prêts effectués par les enfants a augmenté de près de 21 %, passant de 27 300 à 33 012.

Confortablement installé sur des livres étalés sur une table de la bibliothèque, Monsieur Mô n’a pas bronché pendant toute la durée de l’entrevue, même lorsque deux usagers ont interrompu la discussion pour le caresser.  

«L’accessibilité et la convivialité font partie de notre philosophie. On accueille tout le monde et on veut que la bibliothèque soit un endroit bienveillant et ouvert (…) Les enfants lisent parfois à haute voix à M. Mô. Ça aide ceux qui ont des difficultés en lecture à passer par-dessus leur gêne. Ils savent qu’il ne les jugera pas», souligne Sylvie Michaud, bibliothécaire responsable.

ENGAGEMENT

Les employés de la bibliothèque ne se doutaient pas de l’impact de M. Mô au quotidien sur les usagers et visiteurs. Le lapin est devenu avec les années l’image de la Bibliothèque Françoise-Bédard et a permis de créer un sentiment d’appartenance chez les usagers.

«C’est un engagement du cœur. La fin de semaine je viens le voir, je le nourris. Tout le monde y participe. Nous l’avons eu quand il avait deux mois. Il était présent lors des visites scolaires donc il s’est habitué rapidement à la présence des enfants (…) Il va se coucher dans leurs livres, les enfants l’interprètent des fois comme s’il approuvait leur choix», explique la coordonnatrice à l’animation, Isabelle Moffet. La présence d’un lapin à la bibliothèque pour l’heure du conte de Pâques a été l’élément déclencheur de l’adoption d’un animal à la Bibliothèque Françoise-Bédard de Rivière-du-Loup. Ce dernier est rapidement devenu l’élément distinctif de l’établissement louperivois.

Lors de la semaine de relâche en mars, un évènement spécial pour la fête de M. Mô est organisé. Du gâteau aux carottes est distribué aux enfants. Ces derniers sont invités à dessiner une carte de fête au lapin et lui apportent parfois des cadeaux. En 2016, sa fête avait attiré 120 personnes, l’année suivante, 160 puis l’an dernier, plus de 200 personnes ont participé à l’anniversaire de M. Mô.

LA LECTURE AU PREMIER PLAN

 En se basant sur les données du recensement de 2016, 60% des enfants de 0 à 14 ans de Rivière-du-Loup sont abonnés à la Bibliothèque Françoise-Bédard. Elle comptait d’ailleurs 90 visites scolaires l’an passé. La présence M. Mô est certainement un facteur contribuant à l’augmentation de la fréquentation à la bibliothèque, mais il ne faut pas sous-estimer les efforts qui ont été déployés depuis 2010 par l’équipe en place pour tisser des liens avec les écoles de la région. Diverses activités d’animation conviviales permettent aussi de rendre ce lieu plus accessible, notamment la présence de plusieurs jeux, d’ateliers et de l’heure du conte.

Selon une enquête menée par Scholastic Canada effectuée entre le 31 janvier et le 6 février 2017 sur un échantillon de 1 939 parents et enfants, 84 % des enfants et encore plus de parents (96 %) croient aux bienfaits de la lecture durant l’été et conviennent que cela les aidera pendant l’année scolaire. Les parents utilisent de nombreuses stratégies pour encourager la lecture d’été, y compris amener les enfants à la bibliothèque, emporter des livres en vacances ou durant les voyages en voiture et faire une réserve de livres pour l’été.

Des données qui s’alignent directement avec la mission des bibliothèques publiques qui est entre autres de créer et de renforcer les habitudes de lecture chez les enfants dès leur plus jeune âge. Cette action se développe notamment par la lecture à voix haute des parents avec leurs enfants. Selon l’Association des bibliothèques publiques du Québec, les bibliothèques publiques permettent de développer les habiletés de préparation à la lecture comme la motivation à lire la conscience phonologique (des sons), le vocabulaire et la connaissance des lettres.

Nombre de prêts de la bibliothèque par les enfants

2014 – 21 896

2015 – 27 300

2016 – 28 665        

2017 – 33 012

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Quelle belle idée! Aussi la zoothérapie fait ses preuves positives. Et, maintenant que nous avons surpopulation de chats dans certaines communautés, pourquoi ne pas en faire de petits assistants poilus dans certains centres de services publics (avec zones de contrôle allergènes) ? Café-chats par exemple : 'flatte les minous en buvant un bon cappuccino'. Bref, des solutions pour les garder au chaud cet hiver. Et notez que je suis aussi le gardien d'un mini-rex (race de lapin). Un animal de compagnie plein de douceur...

    André - 2018-10-27 14:12